Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Délégué de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Membre du Conseil d'Administration
du Centre "La Bessannaise"


Membre du Conseil d'Administration
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Membre du Conseil d'Administration
de Maurienne Expansion


Adhérent à Les Républicains


Membre du bureau de l'Association
"T.M Vivre en Vanoise"


Attaché parlementaire d'Emilie Bonnivard,
Députée de la Savoie


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 88 46 27 78

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : 345 rue du Capitaine Bulard
                        73300 SAINT-JEAN-DE-MAURIENNE

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

38e Marathon International de Bessans
7 et 8 janvier 2017

 

Agenda

Bessans
Lundi 4 septembre
Rentrée des classes

 

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 18:57

Les infirmiers libéraux de montagne sont actuellement confrontés à un problème lié à la facturation de leurs frais de déplacement (indemnités horokilométriques). La Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM) de la Savoie souhaite modifier le mode de calcul, en s'appuyant sur des dispositions réglementaires et législatives nationales.

 

Cette mesure, qui peut paraitre louable pour une meilleure maitrise des dépenses, ne prend malheureusement absolument pas en considération les spécificités des zones de montagne.

 

Ainsi, si les nouvelles dispositions sont appliquées, la prise en charge à domicile des patients dans le besoin, en premier lieu les personnes âgées, est menacée. A terme, les cabinets d'infirmiers risquent même de disparaitre de nos territoires ruraux de montagne.

 

Alors que depuis des années, les gouvernements successifs s'accordent sur la nécessité de favoriser le maintien à domicile, cette mesure va totalement à l'encontre.

 

Sans soins à domicile, les personnes âgées devront intégrer des établissements (qui ne sont pas en capacité aujourd'hui d'absorber une plus forte demande et coûtent très cher). Il y a fort à parier qu'aucune économie ne sera réalisée.

 

Les démarches entreprises par bon nombre d'élus locaux et départementaux pour que la position soit revue a permis des avancées récentes.

 

Des réunions entre le Collectif des infirmiers libéraux de montagne et la Caisse Nationale de l'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) ont permis d'aboutir à un accord : il a été accepté le maintien du système de facturation des frais de déplacement en l'état actuel, et ce jusqu'à la renégociation nationale de la nomenclature, programmée début 2017.

 

Si cette décision est positive pour les infirmiers savoyards, et bien entendu pour les patients, tout n'est pas résolu : l'enjeu sera désormais que les spécificités des zones de montagne soient prises en compte dans la nomenclature nationale, tout en choisissant un système pertinent et viable.

 

La vigilance reste donc de mise sur ce dossier, dont j'ai pu mesurer combien il suscite de vives et légitimes inquiétudes parmi les habitants.

 

Si nos territoires de montagne ont évidemment besoin de projets de développement, tout cela n'a de sens qu'avec l'existence et la pérennisation des services aux personnes les plus élémentaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Actualité
commenter cet article

commentaires