Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 17:19

Michel-Bouvard-vs-PS.jpgLes élections du canton de Lanslebourg Mont-Cenis continuent de faire parler, plusieurs jours après la victoire de Rozenn Hars (Union Pour la Savoie) face à Patrick Debore (sans étiquette, soutenu par Savoie Pour Tous au second tour).

Tout est parti d’un communiqué de presse publié mercredi 30 mars au soir par le Parti Socialiste en Savoie, relayé peu de temps après par l’hebdomadaire savoyard La Vie Nouvelle.

Il disait ceci : « Il semble que Michel Bouvard ait mobilisé les moyens de l'Assemblée nationale pour faire campagne en faveur de Madame Hars. Le papier utilisé pour discréditer pêle-mêle le PS et un candidat qui n'a rien à voir avec lui, porte l'en-tête officiel de l'Assemblée nationale, en bleu, blanc et rouge. Les enveloppes en notre possession ont été postées tardivement, le 23 mars, et portent le cachet du Palais Bourbon. Or, de tels procédés sont interdits par la loi. […] Avec seulement 76 voix d'écart, il est clair que le résultat a pu être nettement modifié, si de tels moyens ont été utilisés ».

En cause donc, le député Michel Bouvard, accusé d’avoir fait campagne en faveur de Rozenn Hars en mobilisant des moyens publics, via l’envoi de courriers à destination des électeurs et plus particulièrement des abstentionnistes du premier tour.

Jeudi 31 mars, dans l’hebdomadaire La Maurienne, le candidat malheureux, Patrick Debore, se disait prêt à déposer un recours en annulation, en ces termes : « Je déplore par ailleurs les manipulations politiciennes et la censure d’une presse partiale, qui ont soutenu une candidate sortante aux abois. D’où qu’elles viennent et quelles qu’elles soient, elles ne font pas honneur à leurs auteurs, ni ne servent la démocratie. Et je me réserve le droit de porter recours en annulation ».

Jeudi matin, quelques minutes avant l’élection du Président du Conseil Général de la Savoie, le député Michel Bouvard a réagi aux attaques du Parti Socialiste.

Il a assuré tenir à la disposition de tous les factures et relevés nécessaires, n’acceptant pas que sa probité soit mise en cause. Il a aussi affirmer réfléchir à intenter une action en justice contre Stéphane Pillet, Premier secrétaire fédéral du Parti socialiste, et contre La Vie Nouvelle.

Michel Bouvard semble donc serein concernant le financement de ses documents. Difficile d’imaginer qu’un député rôdé aux campagnes électorales depuis de longues années se soit laissé prendre au piège de l’utilisation des fonds publics pour soutenir une candidate.

Le Mémento du candidat pour les élections cantonales de 2011, paru en janvier, clarifie le droit pour Michel Bouvard de faire campagne dans l’exercice de son mandat, dès lors que les fonds publics ne sont pas mobilisés (le document est fastidieux, mais après une lecture assidue, je vous conseille de vous pencher surtout sur la page 15).

Nous verrons si dans les prochains jours, les accusateurs sont en mesure de justifier l’utilisation des moyens de l’Assemblée Nationale. Dans le cas contraire, tout recours n’a pratiquement aucune chance d’aboutir.

Quoi qu’il en soit, Michel Bouvard a je pense eu raison de rédiger ce courrier. Il s’est appliqué à informer clairement les électeurs sur les choix très différents qui s’offraient à eux :

- d’un côté Rozenn Hars, Vice-présidente sortante du Conseil Général de la Savoie et candidate de la majorité départementale.

- de l’autre Patrick Debore, qui bien que sans étiquette, bénéficiait au deuxième tour du soutien de l’opposition socialiste et du désistement en sa faveur du candidat officiel de Savoie Pour Tous, François Chemin. Pour rappel, Thierry Repentin (leader de SPT), lors d’un débat avec Hervé Gaymard sur France Bleu le jeudi 24 mars, avait apporté son soutien plein et entier à Patrick Debore, affirmant que "si Patrick Debore est élu, ce sera une voix de moins pour la majorité départementale d'Hervé Gaymard".

Les précisions de Michel Bouvard étaient donc très importantes pour que les électeurs choisissent avec sérénité. Et ses explications sur les orientations très différentes pour la Savoie entre la majorité départementale et l’opposition socialiste l’étaient tout autant.

Qui peut aujourd’hui douter que la gauche, si elle avait obtenue la majorité, aurait concentré ses moyens sur les quartiers sensibles et le logement social au détriment des territoires de montagne et des petites communes, dont celles de Haute-Maurienne ?

Patrick Debore peut toujours s’élever contre « une presse partiale », il ne me semble pas avoir vu au cours des deux semaines de campagne un seul article favorisant davantage un candidat qu’un autre. Les journalistes de la presse locale se sont contentés d’évoquer les forces en présence, les possibilités de « surprise », et de rendre compte des résultats des votes.

Tout texte diffusé par d’autres moyens que la presse n’engage que son auteur.

Pour avoir vécu cette période préélectorale d’assez près, je peux dire avec sérénité que Rozenn Hars a mené une campagne digne et respectueuse, avec le souci de mettre en valeur son bilan et surtout ses projets pour les trois années à venir.

A l’inverse, son principal adversaire n’a pas hésité à aller d’attaques frontales en promesses racoleuses, comme il le faisait déjà depuis de nombreux mois.

Monsieur Bouvard a souhaité soutenir Rozenn Hars, notamment en témoignant du travail précieux réalisé par la Conseillère générale en faveur du canton de Lanslebourg Mont-Cenis au cours de ses sept années de mandat. C’est tout à son honneur.

Rien n’empêchait les ténors du Parti socialiste d’apporter un soutien appuyé à Patrick Debore ou de répondre aux propos tenus par Michel Bouvard (les courriers ayant été reçus plusieurs jours avant le second tour).

Comme le dit le romancier québécois Yvon Paré : « la plus grande des victoires, c’est peut-être d’admettre sa défaite… ».

Partager cet article

Repost0

commentaires

Chemin 11/04/2011 19:34


Ahh nostalgie, quand tu nous tiens !! ;-))


Jérémy TRACQ 11/04/2011 23:13



Tu l'as dit !!!



Chemin 09/04/2011 22:17


Mon cher Jérémy, j'ai rarement vu autant de mauvaise foi en aussi peu de lignes...M.B. n'a pas "informé" les électeurs, il a fait de la propagande en stigmatisant les positions qu'il attribue à la
gauche. Quand il parle de hausse d'impots, il oublie que la dernière fois que les impots ont augmenté au cg73 c'est sa majorité qui l'a voté...14% d'un coup...
La défaite est toujours amère, surtout quand la victoire a été proche. Laisse P. Debore tranquille, il n'est pas membre du PS et n'était pas soutenu par lui au 1er tour.
Ce n'est pas la meilleure des interventions de notre député, tu le sais bien, il est souvent plus diplomate et moins sectaire, mais là il y avait le feu dans la maison!
Quant à la presse, son indépendance est encore à prouver, surtout quand le correspondant local est l'auteur de ce blog. A bientot Jéjé;-))


Jérémy TRACQ 11/04/2011 18:44



François,


A la lecture de ton commentaire, je pourrais aisément te retourner le compliment concernant la mauvaise foi ! ;-)


Qu'on appelle cela de l'information ou de la propagande ne change rien au fait qu'il était nécessaire de clarifier les choses : les électeurs avaient le choix entre une personne de droite de la
majorité départementale et une personne de gauche (bien que n'en ayant pas l'étiquette).


Il est clair que les visions ne sont pas les mêmes, et il ne fallait pas que les gens croient que les deux candidats travailleraient de la même manière avec Michel Bouvard et l'ensemble de la
majorité.


Une défaite amère n'empêche pas qu'elle peut être reconnue sans chercher moyen de déposer un recours en annulation. De plus, je n'ai jamais dit que Patrick Debore est membre du PS, je précise
seulement qu'il est clairement ancré à gauche, ce dont il ne se cache pas.


Et j'ai parlé du soutien qui lui a été apporté par la gauche au 2e tour (cela, personne ne peut le contester car il est venu directement de
Thierry Repentin).


 


Par ailleurs, le Conseil Général de la Savoie étant dirigé par la droite depuis 1982, il me semble logique que la dernière majorité à avoir voté une hausse des impôts soit celle dont fait partie
Michel Bouvard !


 


Je persévère dans l'idée que Michel Bouvard a eu raison d'intervenir dans le débat pour clarifier les choix possibles pour chaque électeur au vu des résultats du premier tour.


 


Enfin concernant la presse, je vais me répéter, mais quand j'écris que "Tout texte diffusé par d’autres moyens que la presse n’engage que son auteur" cela
a un sens.


M'étant clairement positionné comme un soutien de Rozenn Hars pour ces élections, je n'ai à aucun moment proposé la publication d'un article dans la presse à ce sujet.


Mon intervention en tant que correspondant pour le Dauphiné Libéré s'est limitée à transmettre les résultats des votes de Bessans après chaque tour.


Ce que j'écris sur mon blog reste un avis personnel que je ne me serais pas permis d'envoyer pour une parution dans le Dauphiné Libéré.


Et franchement, si tu reprends les journaux, je serais curieux de savoir quel article a été partial et en défaveur de Patrick Debore...?!
Par exemple, lorsque Frédéric Thiers publie son article sur le canton de Lanslebourg intitulé "Si surprise il y a, qui peut la créer ?", il n'y a là aucune prise de position pro-Hars.
Il évoque le fait que Rozenn Hars peut être battue, contrairement à l'idée reçue des personnes voyant la Haute-Maurienne comme un canton de droite imprenable.
Il avait raison de le faire, puisque la suite a démontré que l'issue n'était pas si évidente que cela.
Et tu semblais en plus satisfait pour ta part du portrait qui était dressé de toi...



Allez je te rassure, tous ces désaccords politiques entre nous ne me font pas oublier les bons moments du Collège de Modane... A bientôt ! :-)