Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Délégué de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Membre du Conseil d'Administration
du Centre "La Bessannaise"


Membre du Conseil d'Administration
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Membre du Conseil d'Administration
de Maurienne Expansion


Adhérent à Les Républicains


Membre du bureau de l'Association
"T.M Vivre en Vanoise"


Attaché parlementaire d'Emilie Bonnivard,
Députée de la Savoie


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 88 46 27 78

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : 345 rue du Capitaine Bulard
                        73300 SAINT-JEAN-DE-MAURIENNE

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

38e Marathon International de Bessans
7 et 8 janvier 2017

 

Agenda

Bessans
Lundi 4 septembre
Rentrée des classes

 

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 17:48

Dans un courrier adressé le 5 juillet 2012 à Hervé Gaymard, Président du Conseil général de la Savoie, et Rozenn Hars, Conseillère générale du canton de Lanslebourg Mont-Cenis, j’attirais l’attention du Département sur l’état des routes de Haute-Maurienne au début de la période touristique estivale.


De nombreux travaux avaient été lancés et plusieurs tronçons étaient recouverts d’une épaisse couche de graviers, rendant la circulation des véhicules motorisés difficile et la pratique du vélo presque impossible.


Cela me semblait être en totale contradiction avec la volonté affichée d’accueillir une clientèle touristique importante, notamment des motards et des cyclotouristes.


En conclusion, j’alertais sur le fait que « cette situation, si elle venait à perdurer, pourrait à terme être préjudiciable, principalement pour nos commerçants et nos hébergeurs, et plus largement pour l’ensemble de l’activité économique ».


J’émettais le souhait « que d’autres options puissent être envisagées dans les années à venir, en concertation avec les acteurs du territoire ».


Des réponses me sont parvenues.


La première, très rapidement, fut celle de Rozenn Hars. Elle m’a indiqué que de nombreux élus départementaux s’interrogeaient sur les méthodes et les périodes choisies pour l’entretien de la voirie départementale.


Elle me précisait également que « Le Territoire de Développement Local (TDL) de Maurienne y a été sensibilisé, notamment du fait du positionnement affiché de la Maurienne en faveur du cyclotourisme et du cyclisme ».


Elle m’a enfin affirmé sa volonté de mettre en œuvre des actions dès l’année 2013 (dont elle me tiendra informé) pour améliorer les pratiques sur cette question.


Auguste Picollet, Vice-président délégué aux routes, m’a apporté sa réponse quelques semaines plus tard au nom d’Hervé Gaymard.


Réaffirmant l’excellent rapport qualité/coûts apporté par la technique d’enduits superficiels pour la réfection des voiries, il a admis l’aspect pénalisant pour les usagers.


Il m’a ensuite exposé les mesures prises pour limiter les impacts de ces travaux :

 

  • privilégier la réalisation d’itinéraires plutôt que des tronçons disséminés.
  • tenir compte des contraintes locales (manifestations sportives et animations des stations), grâce à une concertation avec le comité des stations, le syndicat des pays, les offices de tourisme et les associations de cyclistes.
  • faire le maximum pour réaliser la majeure partie des travaux durant l‘avant saison et éviter ainsi la pleine période touristique.

 

S’il est vrai que les conditions météorologiques du printemps n’ont pas permis aux services départementaux d’anticiper autant que souhaité en 2012, le constat reste que la Haute-Maurienne a une nouvelle fois débuté l’été avec des routes dans un état indigne d’un territoire à vocation touristique.


Il est donc souhaitable que les élus de la vallée continuent à suivre de très près ce dossier afin que de réelles améliorations soient possibles dès l’été 2013.


Une réunion devrait être programmée dans le courant du mois de décembre, à l’initiative de Rozenn Hars, pour évoquer avec les élus de Haute-Maurienne la viabilité hivernale et les travaux estivaux sur les routes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Bessans
commenter cet article

commentaires