Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Membre du bureau du
Syndicat du Pays de Maurienne



Président de la
Mission Locale Jeunes Pays de Maurienne



Vice-président
du Centre "La Bessannaise"



Adhérent à Les Républicains


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré


 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

50 ans de la station de Bessans
Février 2022 - Maurienne TV

 

Agenda

Bessans
5 novembre 2022
Ouverture de la station

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 18:37

OM-Trophee-Champions-2011.jpegAu terme d'un match devenu complètement fou dans le dernier quart d'heure, l'Olympique de Marseille a idéalement lancé sa saison officielle en arrachant le Trophée des Champions aux joueurs de Lille (5-4) à Tanger (Maroc).  4 buts inscrits entre la 85e et la 95e minute ont fait couler le Champion de France en titre qui pensait pourtant avoir fait le plus difficile.

 

 

Il y a des rencontres qui par leur qualité, leur nombre de buts et leur scénario, marquent l'histoire du football et des équipes qui les disputent. Le Trophée des Champions 2011 fait désormais partie de ces matchs si spéciaux.

 

Outre le fait que les deux équipes ont proposé un spectacle très intéressant pour un début de saison, elles ont surtout offert de belles émotions dans une fin de partie complètement folle.

 

En première période, les Marseillais ont de suite tenté d'emballer le match, le nouveau venu Morgan Amalfitano touchant le poteau.

 

L'ouverture du score fut pourtant lilloise. Elle est l'oeuvre de Balmont.

 

Jusqu'à la pause, Phocéens et Nordistes se sont ensuite neutralisés bien que les plus franches occasions furent à mettre à l'actif des joueurs de Didier Deschamps.

 

A la reprise, les Lillois rappelèrent alors à l'OM les qualités qui ont fait d'eux les Champions de France la saison dernière.

 

Hazard, déjà très en jambes, fit énormément souffrir l'arrière-garde marseillaise. Et le break ne tarda pas à venir par l'intermédiaire d'Eden Hazard. On s'attendait alors à une fin de match à sens unique avec des tentatives désespérées des Olympiens pour recoller au score et des Lillois se contentant de gérer leur avance.

 

Ce ne fut pas du tout le cas !

 

Rapidement, André Ayew redonna espoir aux supporters bleu et blanc, en réduisant la marque d'une frappe à l'entrée de la surface sur laquelle Landreau n'est pas exempt de tout reproche.

 

Mais dans la minute qui suivit, Lille reprit un avantage de deux buts. le meilleur buteur du dernier exercice Moussa Sow (57e) profitant des largesses de la charnière centrale Diawara - M'bia.

 

S'en était trop pour les Phocéens qui avaient consentis beaucoup d'efforts pour réduire la marque et n'avaient pas eu le temps de faire doutes leurs adversaire. Du moins c'est ce que l'on croyait jusqu'à la 85e minute.

 

Déjà buteur en amical, le latéral gauche Jérémy Morel réalisa un bel enchaînement plein axe suivi d'une frappe limpide au ras du poteau de Landreau.

 

Trois minutes plus tard, c'est Loïc Rémy, bien servi par l'Argentin Lucho (sur le départ mais pourtant très bon lors de cette rencontre), qui donna l'égalisation d'une tête imparable.

 

3-3 ! Tout était donc à refaire pour les deux équipes. On pensait alors se diriger tout droit vers la séance de tirs au buts (il n'y a pas de prolongation lors du Trophée des Champions).

 

C'était sans compter sur la détermination marseillaise à remporter cette partie dans le jeu.

 

A la 90e minute, Jordan Ayew hérita du ballon dans la surface et poussa le défenseur à la faute pour un pénalty indicutable sifflé par l'arbitre, qui sortit un rouge sévère pour Chedjou.

 

Son frère André se chargea de transformer la sentance en prenant Landreau, pourtant habitué de l'exercice, à contre-pied.

 

Mais nous étions loin d'être au bout de nos surprise dans ce match plein de rebondissements. Dans la minute qui suivit, Lille obtint un bon coup-franc sur le côté qui lui permit d'égaliser grâce à une tête de Basa.

 

4-4 qui dit mieux ?! Eh bien l'OM qui sur un nouveau penalty consécutif à une faute de Benoît Pedretti sur Jordan Ayew assoma définitivement son adversaire, André Ayew s'offrant par la même un triplé.

 

Marseille, qui a déjà démontré des qualités mentales exceptionnelles, conserve le Trophée remporté un an plus tôt face au Paris-Saint-Germain (0-0, 5-4 TAB).

 

Ce match restera à coup sûr dans les mémoires et n'est pas sans rappeler le 5-4 face à Montpellier en 1998 ou le 5-1 infligé au Deportivo La Corogne en 2005.

 

 

Après la rencontre, les Lillois ont refusé de participer à la cérémonie de remise des médailles. Si leur frustration est légitime, ils ne peuvent pas nier leur repsonsabilité dans cette défaite. Le débat sur le second penalty est exagéré. En effet, sur le ralenti, on voit clairement Pedretti (un habitué de ce type de faute) tendre le pied pour faucher J.Ayew puis se tenir le tibia, preuve d'un contact empêchant le jeune prodige marseillais de poursuivre son action.

 

 

Résumé du match OM - Lille

27 juillet 2011

Partager cet article
Repost0

commentaires