Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Membre du bureau du
Syndicat du Pays de Maurienne



Président de la
Mission Locale Jeunes Pays de Maurienne



Vice-président
du Centre "La Bessannaise"



Adhérent à Les Républicains


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré


 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
24 au 26 juin 2022
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 16:27

Vincent-Labrune.jpgL’Olympique de Marseille a concédé mardi sa 7e défaite consécutive toutes compétitions confondues. Battus pitoyablement en quart de finale de Coupe de France par Quevilly (Nat.), les Marseillais vivent un véritable cauchemar depuis un mois. Ils espèrent sortir la tête de l’eau à Nice, avant d’accueillir le Bayern Munich (All.) en Ligue des Champions mercredi.


Après avoir perdu 6 matchs consécutifs (5 en Ligue 1 et un en Ligue des Champions face à l’Inter Milan malgré la qualification), l’Olympique de Marseille pensait avoir touché le fond. Le quart de finale de Coupe de France face aux modestes de joueurs de l’US Quevilly (Nat.) arrivait à point nommé pour se refaire une santé.

 

Au lieu de cela, les Olympiens se sont un peu plus enfoncés ! Ils se sont même couvert de honte au terme d’une rencontre perdue 3-2 après prolongations.

 

Didier Deschamps avait choisi de faire confiance à certains joueurs habitués du banc de touche.

 

Bracigliano suppléait Mandanda dans les buts afin qu’il prenne ses repères en vue du match face au Bayern. Traoré et Fanni étaient titularisés derrière, de même que Kaboré au milieu ou encore Jordan Ayew et Gignac devant.

 

On pourra toujours contester les choix de l’ancien capitaine des Bleus et lui reprocher de ne pas avoir aligné sa meilleure équipe pour l’emporter. Pour moi l’argument ne tient pas.

 

Tout simplement car les joueurs cités ci-dessus sont des professionnels, censés être bien meilleurs que leurs adversaires du soir. Il est inadmissible de constater que certains, au lieu de saisir l’occasion pour tout donner et montrer un visage positif, ont été complètement inexistants du début à la fin.

 

Dès la 5e minute, les Marseillais ont été cueillis à froid suite à un coup-franc. Cela peut arriver à n’importe quelle équipe. Mais la médiocrité qui s’en est suivie est intolérable. Il a fallu attendre l’entrée d’André Ayew et de Loïc Rémy pour enfin voir de véritables occasions. C’est grâce à ces deux là qu’à quelques minutes de la fin du match, l’OM parvint à égaliser.

 

On croyait alors que la rencontre allait basculer en faveur des Olympiens, face à une équipe épuisée par tous les efforts fournis pour préserver son maigre avantage.

 

Il n’en fut rien. Si l’OM a nettement dominé, il a offert au final un dénouement parmi les plus scandaleux de l’histoire du club.

 

D’abord en encaissant un but au milieu de la seconde période de prolongation. Mais surtout en concédant un troisième but, quelques minutes à peine après avoir miraculeusement réussi à revenir au score (toujours grâce à Ayew et Rémy).

 

Face à des amateurs, des professionnels du standing de l’OM peuvent être menés. Ils n’ont en revanche pas le droit de revenir deux fois à la marque et de finalement être éliminés.

 

La crise est là. Distancés en Ligue 1, éliminés de la Coupe de France, les Marseillais n’ont plus guère que la Champions League et la finale de la Coupe de la Ligue face à Lyon pour rêver encore.

 

Ce samedi à Nice, les supporters feront la grève des encouragements. La même démarche est prévue mercredi face au Bayern pour montrer tout leur mécontentement aux dirigeants.

 

Autant, la contestation de ce samedi me semble justifiée. Autant j’espère que le peuple marseillais se résonnera d’ici le milieu de semaine, car un quart de finale de Ligue de Champions mérite de se jouer avec un public uni derrière son équipe.

 

Aux joueurs de prouver ce soir face à Nice qu’ils sont capables de rendre de bien meilleures copies que celles d’un mois de mars d’ores et déjà à oublier.

 

Ce samedi, l’OM se déplace à Nice pour le compte de la 29e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Foot+ à 19h00).

 

Résumé du match Quevilly - OM

20 mars 2012

Partager cet article
Repost0

commentaires