Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 02:18

Real-Barca-2011.jpg

Mené 1-0 après seulement 21 secondes de jeu, le FC Barcelone a réussi à revenir dans la partie puis à prendre le dessus sur le Real Madrid dans le Clasico tant attendu à Santiago Barnabeu (1-3). Un constat s'impose : les Blaugranas sont tout simplement les plus forts.

 

Real Madrid - Barcelone, c'est toujours LE match attendu par toute l'Europe du football. Il y a dans ces confrontations tous les ingrédients pour faire de grands matchs, à commencer par les plus grands joueurs du monde.

 

Ronaldo d'un côté, Messi et Xavi de l'autre, sont les trois joueurs encore en course pour obtenir le Ballon d'Or 2011. Une donnée suffisante pour imaginer ne pas s'ennuyer pendant 90 minutes.

 

Ce samedi, il n'a fallu que 21 secondes pour voir le tableau d'affichage se débloquer. Juste après l'engagement, pressé par les attaquants madrilènes, Victor Valdes rate son dégagement. Le ballon atterrit dans les pieds d'un joueur du Real, qui cherche Benzema. Le cuir est repoussé, puis une frappe est contrée, et l'international français se retrouve finalement balle au pied, seul face au but, pour ouvrir le score.

 

Vu les bonne dispositions affichées par le Real depuis le début de la saison et cette entrée en matière tonitruante, beaucoup ont imaginé d'extravagants scénarios : Madrid bien plus proche du Barça que les saisons précédentes, Madrid capable de verrouiller le match, Madrid en mesure d'infliger une correction à son adversaire et de laver ainsi l'affront subi un an plus tôt au Camp Nou (5-0).

 

Il n'en fut rien ! Progressivement, Barcelone reprit les choses en main et se montra de plus en plus pressant devant la cage de Casillas. Messi semblait à tout moment capable de réaliser un festival.

 

Pourtant, à la demi-heure de jeu, c'est Ronaldo qui eut une superbe opportunité de faire le break, mais qui vit le cadre se dérober.

 

Juste après, le meilleur joueur du monde (n'en déplaise aux défenseurs de Ronaldo ou au contraire d'un football ultra défensif) débuta son récital. Parti du milieu de terrain, Messi se joua de plusieurs adversaires avant de servir Sanchez, qui trouva le petit filet du pied droit (1-1).

 

La deuxième période fut totalement à l'avantage des Barcelonais.

 

Il est vrai que Xavi est chanceux de voir sa frappe détournée par Marcelo et finir tout tranquillement sa course au fond des filets, sous les yeux d'un Casillas pris à contre-pied et trop court pour revenir à temps (1-2).

 

Mais ensuite, la réalisation de Fabregas est tout simplement fantastique : décalage de Messi, centre d'Alves pour la tête plongeante de l'ancien Gunners (1-3) ! Rien à dire, juste magnifique.

 

Depuis l'arrivée sur le banc de Pep Guardiola, le FC Barcelone est une véritable machine à gagner, une addition de talents au service d'un jeu collectif d'exception.

 

A bien des égards, Mourinho est considéré comme le meilleur entraîneur du monde. Il a gagné la Ligue des Champions avec plusieurs équipes, a réalisé de grandes choses à Porto, à Chelsea puis à l'Inter, c'est sûr.

 

Mais le meilleur, n'est-ce pas Guardiola ? Moins extravagant certes, moins arrogant face aux médias aussi, mais tellement génial quand il s'agit d'orchestrer la meilleure "harmonie" footballistique de la planète...

 

 

Résumé du match Real-Barcelone

10 décembre 2011

Partager cet article

Repost0

commentaires