Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Délégué de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Membre du Conseil d'Administration
du Centre "La Bessannaise"


Membre du Conseil d'Administration
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Membre du Conseil d'Administration
de Maurienne Expansion


Adhérent à Les Républicains


Membre du bureau de l'Association
"T.M Vivre en Vanoise"


Attaché parlementaire d'Emilie Bonnivard,
Députée de la Savoie


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 88 46 27 78

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : 345 rue du Capitaine Bulard
                        73300 SAINT-JEAN-DE-MAURIENNE

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

38e Marathon International de Bessans
7 et 8 janvier 2017

 

Agenda

Bessans
Lundi 4 septembre
Rentrée des classes

 

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 02:50

Sarkozy---Juppe.jpgConsidéré par certains comme une volonté affichée de mieux appréhender les importants bouleversements en cours dans les pays du sud de la Méditerrannée, par d'autres comme le moyen de mettre fin au scandale qui a éclaboussé Michèle Alliot-Marie ces dernières semaines, le remaniement du gouvernement de dimanche marque assurément pour Nicolas Sarkozy une nouvelle étape dans la mise en ordre de bataille de son équipe en vue de l'élection présidentielle de 2012.

 

Mais ce remaniement, qui intervient trois mois après la mise en place du gouvernement Fillon III, est-il judicieux? Pas si sûr. D'abord parce qu'en éjectant MAM de son poste de Ministre des Affaires Etrangères, le Président de la République se prive d'une chiraquienne de la première heure qui avait parfaitement réussi sa transition dans l'équipe sarkozyste.

 

Ensuite, la "promotion" d'Alain Juppé aux Affaires Etrangères, ainsi que l'apparition de Claude Guéant et de Gérard Longuet, ne montrent aucune main tendue aux centristes, affectés par le dernier remaniement et qui ont pris quelques distances avec la majorité présidentielle. Ce jeu de "chaises musicales" ne contribuera pas à ressouder les liens. Il risque au contraire de fragiliser encore plus les relations entre l'UMP et les différentes mouvances du centre-droit.

 

Ces deux arguments sont toutefois à tempérer : le départ d'Alliot-Marie est compensé en quelques sortes par la place plus importante accordée au maire de Bordeaux, proche de Jacques Chirac lui aussi (l'ancien président qui se plaisait à dire de son Premier Ministre de l'époque qu'il était "le meilleur d'entre nous"). De plus, Juppé a de bonnes relations avec les personnalités du centre, lui qui a réussi au fil des années à faire consensus au vu de son expérience au sein de sa famille politique.

 

S'il est certainement en partie avéré que la crédibilité de Michèle Alliot-Marie pour mener la dipomatie française était limité suite au scandale lié à ses vacances contestées en Tunisie et les achats de biens immobiliers réalisés par ses parents, je ne peux m'empêcher de penser que Nicolas Sarkozy a, une fois n'est pas coutume, cédé à la pression de la gauche. Lui qui habituellement, sait rester inflexible devant les basses manoeuvres politiciennes de ses adversaires, a cette fois de manière inexplicable baissé pavillon...

 

Quel gâchis ! Dans cette affaire, la gauche a fait ce qu'elle sait le mieux faire depuis de nombreuses années : chercher une affaire, un dossier sensible, un potentiel scandale, capable d'attirer l'attention des médias et de créer ainsi la confusion au sein de la majorité. A défaut d'arguments sur les sujets sensibles de la France, cherchons ailleurs...

 

Les socialistes ont mis en lumière les vacances de MAM en Tunisie, ont critiqué celles de François Fillon, et cherchent aujourd'hui à avoir la tête d'Henri Guaino pour son déplacement privé chez l'ambassadeur de France en Lybie.

Mais ont-ils oublié que depuis des années, tous nos dirigeants pourraient être "épinglés" pour des faits similaires ?!

Mitterand, ses ministres successifs, ceux de l'époque Jospin... n'ont-ils pas, pour des raisons diplomatiques et peut-être personnelles, noué des liens avec des chefs d'Etat aujourd'hui déchus ou largement contestés ?!

 

Il est incroyable qu'aujourd'hui, sous prétexte que les populations d'Afrique du Nord se soulèvent contre les régimes en place, les ministres actuels paient les pots cassés. Ont-ils eu raison d'entretenir de bonnes relations avec Ben Ali, Moubarak ou Kadhafi ? Chacun aura son avis... Etait-il de leur devoir de condamner les régimes en place ? C'est possible... Toujours est-il que le gouvernement actuel a préservé les relations qui existent depuis de nombreuses années.

 

Il me semble donc dommage que Nicolas Sarkozy, qui avait réaffirmé son soutien à Michèle Alliot-Marie il y a quelques jours, se soit finalement résolu à remanier son gouvernement. La sortie de Brice Hortefeux, condamné dans plusieurs affaires ces derniers mois, est dans la même lignée. Le désormais ex-minitre de l'Intérieur a été jugé, s'est expliqué, et il paye pourtant les attaques à répétition de l'opposition. Remarquez, il va pouvoir de cette manière se consacrer dès à présent à la préparation de la campagne de 2012.

 

Si j'aurais préféré, et je ne dois pas être le seul, que Nicolas Sarkozy tienne bon et maintienne son gouvernement, afin d'éviter de montrer tout signe de faiblesse à 14 mois d'une échéance politique majeure, espérons que ces changements permettront, grâce notamment à Alain Juppé, à la diplomatie française de gérer au mieux le contexte international inédit.

 

Gageons aussi que la nouvelle équipe conservera le souci de travailler toujours plus au service des Français. Car c'est cela qu'attendent les citoyens : que l'on se soucie d'eux, de leurs problèmes, de leur quotidien... et non des mouvements politico-politiques en haut lieu !

 

Au fait, dans tout cela, rappelons que Nicolas Sarkozy n'est toujours pas officiellement candidat à sa propre succession... mais tout le monde fait comme si c'était fait ! Vous avez dit "secret de Polichinelle" ?!?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Actualité
commenter cet article

commentaires