Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Membre du bureau du
Syndicat du Pays de Maurienne



Président de la
Mission Locale Jeunes Pays de Maurienne



Vice-président
du Centre "La Bessannaise"



Adhérent à Les Républicains


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré


 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
24 au 26 juin 2022
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 22:05

Marine-Le-Pen.jpgSelon un sondage de l'institut Harris pour Le Parisien/Aujourd'hui en France publié ce dimanche, Marine Le Pen, Présidente du Front National, arriverait en tête au premier tour de l'élection présidentielle 2012 avec 23% des intentions de vote, tandis que Nicolas Sarkozy (UMP) et Martine Aubry (PS) seraient à égalité avec 21%. Faut-il tirer le sonnette d'alarme ?

 

On le sait, les enquêtes d'opinion passionnent les Français, d'autant plus quand il s'agit de dégager des tendances en vue d'une élection importante comme la présidentielle. Le sondage publié ce jour par le quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France risque de faire couler beaucoup d'encre.

 

Pour le première fois, la toute nouvelle présidente du FN est donnée qualifiée pour le second tour, et surtout en pemière position. Avec 23% des intentions de vote, elle devancerait de 2 points le Président de la République et la Première Secétaire du PS (le scénario avec une candidature de Dominique Strauss-Kahn à gauche n'a pas été testé... il aurait pourtant été intéressant de voir les tendances dans cette hypothèse).

 

Certes, les sondages doivent être pris avec des pincettes, comme en attestent les résultats très divers en fonction des instituts. Certes, il ne s'agit que d'une photographie de l'opinion à un instant T, et l'échéance présidentielle n'est que dans 14 mois. Certes, tous les candidats ne sont pas encore connus, notamment celui qui défendra les idées du Parti Socialiste, et il est donc difficile dans ces conditions pour les sondés de se prononcer avec assurance.

 

Malgré cela, à gauche comme à droite, l'éventualité d'un 21 avril 2002 bis refait surface, et suscite de grandes craintes, d'autant plus qu'on estime souvent que le potentiel réel du FN est sous-estimé dans les sondages.

 

Imaginer un deuxième tour opposant l'UMP ou le PS à la patronne du FN fait grincer les dents des grands partis républicains.

Car ne nous y trompons pas, cette hypothèse, si elle devenait réalité, marquerait un échec massif pour les grands noms de la politique française, de la majorité comme de l'opposition.

 

Echec d'abord pour Nicolas Sarkozy, dont la côte de popularité n'a jamais été aussi basse depuis 2007 (22% d'opinions favorables selon le dernier baromètre de popularité). Même s'il reste le meilleur candidat de droite - tout autre candidat de sa famille politique (Jean-François Copé, Jean-Louis Borloo ou François Fillon) étant balayé largement par la chef de file de l'extrême-droite - le Président ne peut que constater le rejet massif de sa politique. Contexte économique difficile, crise sociale liée à cela et politique sécuritaire qui ne séduit pas autant qu'espéré les sympathisants de droite et les électeurs du FN, rien ne va dans le bon sens et après avoir été élu triomphalement voilà 5 ans, Sarkozy semble subir le "revers de la médaille" ou "l'effet boomerang".

 

Dans ces conditions, c'est logiquement le PS qui devrait tirer son épingle du jeu. Mais les guerres internes toujours présentes malgré les efforts de Martine Aubry pour rassembler, et le manque de propositions satisfaisantes pour les Français les plus en difficulté font du PS une force politique "bancale".

Ajoutez à cela l'incertitude qui plane sur le futur candidat à la Présidentielle - le devoir de réserve de Strauss-Kahn en tant que Président du FMI n'aidant pas - et vous vous retrouvez avec deux grands partis républicains incapables de représenter des solutions crédibles aux problèmes des Français.

 

On le sait, c'est souvent lorsque les citoyens sont le plus désespérés que leur choix se porte sur les extrêmes. La crise mondiale sans précédent traversée depuis 2009 favorise assurément le FN, comme il fait la part belle aux formations de la gauche anti-capitaliste et aux communistes du Front de Gauche.

 

Il reste 400 jours aux grands leaders politiques pour redresser la barre, sans quoi on pourrait assister avant l'été 2012 à une "grande lessive" parmi les personnalités de l'UMP et du PS et un renouvellement massif des dirigeants des partis.

Mais au fond, n'est-ce pas cela que les Français souhaitent ?!

 

 

A noter qu'afin de "corriger le tir" face aux critiques de la classe politique de n'avoir testé à gauche que Martine Aubry, l'institut Harris réalisera dès cette semaine un nouveau sondage prenant en compte ul'éventualité d'une candidature de DSK ou de François Hollande.

Partager cet article
Repost0

commentaires