Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Membre du bureau du
Syndicat du Pays de Maurienne



Président de la
Mission Locale Jeunes Pays de Maurienne



Vice-président
du Centre "La Bessannaise"



Adhérent à Les Républicains


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré


 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

50 ans de la station de Bessans
Février 2022 - Maurienne TV

Agenda

Bessans
24 au 26 juin 2022
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 14:59

Emilien-Personnaz---biathlon.jpgTrois jours après sa médaille de bronze lors du relais des Championnats du monde jeunes de biathlon à Obertilliach en Autriche, Emilien Personnaz, jeune biathlète de Bessans, revient sur sa course avec passion :

 « Je suis heureux et satisfait. Quand Ari’ (Aristide Begue, le premier relayeur) me passe le relais en tête, je suis très stressé mais l’envie d’aller vite prend le dessus. Dans mon premier tour, j’essaye de garder l’écart sans trop me fatiguer, ce que je réussis.

Sur mon tir couché, je prends mon temps, j’en sors une quand même mais la pioche est vite mise et je repars derrière le Norvégien, trop rapide pour moi-même s’il ne se creuse pas l’écart.

Au tir debout, j’essaye de tirer un peu plus vite que d’habitude et là encore j’ai du piocher une fois.

Dans le dernier tour, le Polonais essaye de me « poser » dans la première bosse, je le colle et arrivé dans la dernière bosse je passe à côté de lui en me disant que c’est le moment d’essayer de le lâcher à mon tour. Je lui mets 10 secondes en 100 mètres et je tiens cet écart sur la dernière partie de piste avant de passer le relais. Fabien Claude a fait le boulot ensuite ».


Emilien évoque aussi son émotion au moment de monter sur le podium :

« J’étais super fier de monter sur un podium mondial, avec une pensée pour mon coach Mathieu Rouveix, décédé lors d’un de nos stages en début de saison ».

Partager cet article
Repost0

commentaires