Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Membre du bureau du
Syndicat du Pays de Maurienne



Président de la
Mission Locale Jeunes Pays de Maurienne



Vice-président
du Centre "La Bessannaise"



Adhérent à Les Républicains


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré


 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
24 au 26 juin 2022
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 08:10

Affiche-du-MJS.jpgUne affiche siglée du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) fait scandale. Elle assimile le Président de la République au dictateur nazi Adolf Hitler. Acte isolé ou dérapage collectif ?

 

L'affiche montre une photo de Nicolas Sarkozy, bras droit tendu pendant un discours. Il est écrit au-dessus de lui  en bleu-blanc-rouge "Liberté ? Egalité ? Fraternité ?" et au-dessous "Jusqu'où le laisserez-vous aller?" avec le sigle du MJS.

 

Une affiche aussi indécente qu'irresponsable, qui a provoqué de vives réactions. L'UMP, par la voix de Jean-François Copé, a estimé "qu'une nouvelle étape dans la bassesse a été franchie". Le Secrétaire Général du parti de droite dénonce "le détournement honteux d'une photographie dans l'unique but d'assimiler Nicolas Sarkozy à Adolf Hitler".

 

De son côté, la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a condamné cette campagne "qui relève d'un honteux mélange des genres". Selon elle, "ce type d'analogie a pour conséquence à la fois de décrédibiliser le combat politique et de contrevenir au travail des associations contre le racisme et l'antisémitisme".

 

Au-delà de la timide révolte de la Licra, que l'on a connu bien moins frileuse quand il s'agit de dénoncer les légitimes discours sur la sécurité du Président de la République, il s'agit de comprendre comment un mouvement politique national, assimilé à un des deux grands partis républicains français, a pu se lancer en toute liberté dans une telle campagne.

 

Bien évidemment, l'hypothèse d'un acte orchestré par une minorité de militants est plausible. Le MJS a d'ailleurs officiellement déclaré n'avoir découvert l'affiche que tardivement et démandé que celle-ci soit retirée.

Les Jeunes Socialistes ont expliqué que la campagne avait été lancée il y a plusieurs mois par la Fédération de la Vienne dans le contexte du discours tenu par le Président de la République à Grenoble et de l'expulsion des Roms, et que quelques affiches restant en stock avaient été collées récemment.

 

Cela peut être une explication, mais en aucun cas une excuse ! Il revient aux responsables du mouvement et même du parti de veiller à encadrer leurs jeunes militants.

 

S'il ne faut en aucun cas accuser l'ensemble des militants socialistes de soutenir cet acte, il est en revanche nécessaire de pointer du doigt le manque d'encadrement des actions de certaines fédérations du MJS, et le temps de réaction extrêmement long des dirigeants du PS.

Pourtant, Benoît Hamon par exemple, sait faire preuve d'une réactivité absolue lorsqu'il s'agit de s'insurger des propos tenus par des élus de la majorité présidentielle !

 

A cette heure, seule Laurianne Deniaud, Présidente du MJS, a admis que les affiches "ne sont pas du meilleur goût et même très maladroites".

Elles montrent surtout l'absence de volonté de certains de s'inscrire dans un débat d'idées, préférant user de procédés en dehors de toute responsabilité politique pour contrer le pouvoir en place.

 

On se dit dans ces moments là que la campagne des Jeunes Populaires de l'UMP lors des dernières élections régionales (avec le fameux lipdub "Tout ceux qui veulent changer le monde"), à défaut d'être très réussie, avait au moins le mérite de ne pas s'inscrire dans une telle médiocrité !

Les Jeunes Populaires se sont déclarés "scandalisés par une campagne insultante et l'attitude du MJS qui a choisi l'outrance et l'insulte pour exister".

Partager cet article
Repost0

commentaires