Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 13:40

Justice.jpgDans l'actualité de ces dernières semaines, et plus particulièrement de ces derniers jours, un mot revient avec insistance : récidive ! Une triste réalité que d'imaginer la détresse des familles des victimes pour des faits qui auraient pu être évités.

 

Meurtre de Laetitia : l'assassin présumé était connu des services de police pour des faits de violence.

Samedi, un homme fonce dans un abri-bus et tue trois personnes : il avait déjà été condamné pour conduite en état d'ivresse et circulait sans permis.

Vendredi, un homme enleve et viole une fillette de 5 ans avant de la déposer de nouveau dans son quartier : c'est un récidiviste.

Ce jour, l'homme recherché depuis dimanche soir pour son implication supposée dans un accident de voiture ayant provoqué la mort de 3 personnes s'est rendu à la police. Il est connu pour des faits de violence et conduite en état d'ivresse...

 

On pourrait ajouter à cela le procès récent de l'assassin d'une jeune femme dans le RER D, qui avait déjà violé une fille dans ce même RER quelques années auparavant.

 

Autant de faits divers qui mettent en lumière les failles indiscutables qui existent aujourd'hui dans notre système judiciaire. Si des actes si graves sont intolérables, le fait qu'ils soient commis par des personnes ayant déjà agi de la sorte par le passé est d'autant plus inacceptable.

 

On sait que la folie des hommes est toujours difficile à détecter, et encore plus à éradiquer. J'entends par là qu'il y aura  malheureusement toujours des personnes violentes, atteintes par la folie et capables de commettre des viols, des meutres, etc...

 

En revanche, il est impensable que les législateurs continuent de manière impuissante à constater que des personnes déjà connues des services de police, ayant déjà été jugées pour des actes graves, aient la possibilité de recommencer.

 

Notre système judiciaire est aux abois, il serait temps que l'ensemble de la classe politique l'admette ! Les peines de prison ne sont pas assez dures, c'est une évidence. Et leur application (remises de peines, liberté conditionnelle, etc...) est une mascarade !

 

Exemple : l'homme qui a été condamné récemment à perpétuité pour le viol et le meutre d'une jeune femme dans le RER D avait déjà violé une autre femme en 1996. Condamné à 5 ans de prison (dont 2 avec sursis), il était ressorti en février 1997, les experts ayant jugé le risque de récidive "peu probable" pour cette personne. Mais où est la sanction dans cette affaire ?!

 

Cela met aussi en lumière l'inefficacité du suivi assuré pour les coupables. Leur remise en liberté une fois leur peine purgée (ou pas) n'intervient que trop rarement après un traitement psychologique efficace. Et le suivi n'est pas suffisant pour parer aux risques de récidive.

 

Législation pas assez strictes, justice trop laxiste, manque de moyens... Peut-être que toutes ces raisons cumulées peuvent expliquer les problèmes actuelles.

 

Toujours est-il qu'il devient urgent de réagir, pour les victimes, pour leurs familles, et parce que cela peut toucher  un jour chacun d'entre nous...

Partager cet article

Repost0

commentaires

clément 19/04/2011 15:53


Que fais-tu de la surpopulation carcérale? Les psychopates n'ont pas leur place en prison mais ds des centres spécialisés. Pour ce qui des chauffards etc... je te l'accorde.


Jérémy TRACQ 22/04/2011 00:11



Bonjour Clément (nous nous connaissons ?) et merci pour ce commentaire,


Bien évidemment que la surpopulation carcérale est un problème. Mais il faut à mon sens chercher à le résoudre très vite (plus de moyens, plus de prisons notamment...) car nous ne pouvons pas
alléger les peines et remettre des personnes dangereuses en liberté pour ne pas surcharger les prisons...


Concernant la présence des psychopates dans des centres spécialisés, tout à fait d'accord. Comme je l'écrivais, il est clair que les moyens mis en oeuvre pour soigner les prisonniers pendant leur
détention et pour assurer le suivi psychologique ensuite n'est pas suffisant.


A bientôt.