Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Membre du bureau du
Syndicat du Pays de Maurienne



Président de la
Mission Locale Jeunes Pays de Maurienne



Vice-président
du Centre "La Bessannaise"



Adhérent à Les Républicains


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré


 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

50 ans de la station de Bessans
Février 2022 - Maurienne TV

Mourramondo 2022
Juin 2022 - TF1

Agenda

Bessans
2 et 3 juillet 2022
Marche Nordique des Alpes

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 22:35

Jean-Michel-Baylet.jpgQuatre femmes arborant de belles barbes (postiches) ont interrompu la séance budgétaire du Conseil Général du Tarn-et-Garonne (82) afin de protester contre la composition 100% masculine de l'assemblée départementale.

 

Le Tarn-et-Garonne est l'un des deux départements de France (avec l'Ariège) dont le Conseil Général est composé uniquement d'hommes. Un constat qui n'est pas du tout du goût du "Collectif de la barbe", qui a souhaité le faire savoir.

 

Quatre femmes portant de fausses barbes ont fait irruption au cours de la séance budgétaire présidée par Jean-Michel Baylet, le leader du Parti Radical de Gauche, afin de faire entendre leur voix. Devant les élus, surpris de cette apparition soudaine, elles se sont exprimées avec un brin d'ironie : "C'est exceptionnel en France puisque, avec l'Ariège, vous êtes les deux seules assemblées départementales à avoir résisté à la présence des femmes: encore bravo!".

 

Elles ont poursuivi avec le même ton sarcastique :"Messieurs, il vous reste une dernière élection départementale en mars prochain (NDRL : avant la création des conseils territoriaux), et pour finir en beauté, nous comptons sur vous pour faire à nouveau barrage à toute créature femelle voulant s'immiscer dans vos rangs".

 

D'abord embarrassé, Jean-Michel Baylet a rappelé en fin de séance que sa mère, Evelyne-Jean Baylet, avait présidé le Conseil Général du Tarn-et-Garonne dans les années 70. Il a fait part de son souhait de voir "l'arrivée d'une ou plusieurs femmes" à l'issue des prochaines élections cantonales.

 

Il appartiendra aux électeurs d'en décider dans les urnes les 20 et 27 mars prochains.

Partager cet article
Repost0

commentaires