Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 21:24

Lors du Comité Central d’Entreprise extraordinaire du mercredi 14 mars qui s’est tenu à Voreppe (Isère), la direction du groupe Rio Tinto Alcan a expliqué qu’elle envisage la vente du site mauriennais.

 

Rio Tinto Alcan avait promis aux employés de Saint-Jean-de-Maurienne de les tenir informés mi-mars de l’avancée des négociations avec EDF au sujet du prix de l’énergie. Les dirigeants ont convoqué mercredi un Comité Central d’Entreprise extraordinaire.

 

Si tous les détails n’ont pas été donnés, il semblerait qu’EDF ait récemment formulé une offre d’approvisionnement en énergie tout à fait honorable et compétitive (cela tend à confirmer le discours tenu par Henri Proglio, PDG du groupe EDF, mi-février).

 

Pourtant, Rio Tinto Alcan ne s’en satisfait pas, estimant que si le projet est compétitif à l’échelle de l’union Européenne, il n’en est pas de même à l’échelle mondiale.

 

Des écarts importants subsisteraient entre l’offre d’EDF et le niveau que Rio Tinto Alcan s’est fixé pour assurer la continuité de l’usine.

 

Sans envisager clairement une fermeture, Rio Tinto Alcan affirme « qu’un modèle d’affaires différent de celui de Rio Tinto Alcan pourrait être plus adapté à la réalité logistique et opérationnelle de Saint-Jean ». La cession de l’usine Saint-jeannaise apparaît donc fort probable.


Ce jeudi, à l’issue d’une rencontre avec les salariés à Saint-Jean-de-Maurienne, Loïc Maenner, Directeur de l’usine Saint-jeannaise, s’est exprimé quelques minutes devant les médias. Il a réaffirmé l’objectif de Rio Tinto Alcan de pérenniser le site mauriennais.

Trois axes de travail ont été énumérés :

  • continuer à améliorer et sécuriser le projet d’approvisionnement du site.
  • étudier les options de cession ou de partenariat (pour l’usine de Saint-Jean-de-Maurienne,  le  centre de recherche ne serait pas inclus dans le périmètre de l’étude).
  • continuer à améliorer les performances de l’usine, notamment avec les travaux en cours sur la fiabilité des équipements.

Les syndicats ont en tout cas légitimement du mal à cacher leur déception et leur mécontentement. Ils estiment que les prix proposés sont inférieurs à toutes les prévisions initiales de Rio Tinto Alcan pour maintenir le site. Le contrat, qui serait d’une durée de 15 ans, permettrait selon eux d’envisager des investissements.


Si l’avenir de l’usine reste pour l’heure très flou, c’est toute la filière aluminium européenne qui se voit menacée.

Par exemple, le contrat obtenu pour l’usine Rio Tinto Alcan de Dunkerque dans le cadre d’Exceltium serait moins intéressant que la proposition d’EDF pour Saint-Jean-de-Maurienne. L’usine ne serait donc pas rentable et pourrait se trouver menacée à court ou moyen terme.

 

Rio Tinto Alcan
Interview de Loïc Maenner
15 mars 2012

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

beaumont 29/05/2013 16:27

Bonjour,

plutôt espérer le contraire et privilégier une solution française avec des centres de décisions en Maurienne

http://www.dailymotion.com/video/x104kvm_rio-tinto-maurienne-aussel-francebleu-22mai_news

Jérémy TRACQ 21/08/2013 01:32



Attendons désormais la reprise par Trimet, cela devrait bien se passer...



bamelin 01/05/2013 19:28

un an après et toujours dans le flou:
Une multinationale allemande prendrait le relai d'une anglo-australienne avec à la clé des investissements de plusieurs dizaines de millions d'euros, des emplois, un redémarrage de capacités dont
la série F, une plateforme de récupération et de traitement de déchets d'aluminium au milieu d'une vallée alpine...

Un scénario de science fiction des plus abstraits pourrait être que cette multinationale ayant déjà fait plus de 40 millions d'Euros de perte l'année dernière ne s'en porte pas mieux avec un cours
des métaux en chute libre et profite de cette opportunité pour geler son investissement d'Hambourg dans la construction d'une usine d'anodes afin d'utiliser celles de Saint Jean mettant à l'épreuve
le redémarrage de la série F, l'utilisation d'une manne d'énergie à bas prix pour une partie des capacités restantes, une partie recyclage dans l'expectative à l'heure de pénurie de déchets sur le
marché (déchets dont le prix explose...).Une belle opportunité pour mettre la main sur une technologie de pointe et des moyens de production au service de la maison mère.

Les protagonsites de la filière aluminium française si souhaitée n'aurait certainement pas accumulée autant de néglicences, tout ça c'est de la science fiction...

Jérémy TRACQ 13/05/2013 10:29



Bonjour,


Merci pour votre message.


A la lumière de vos arguments, il ne reste qu'à croiser les doigts pour que les projets annoncés aboutissent et qu'un rachat du site par Trimet soit effectif prochainement.


 


Cordialement