Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Membre du bureau du
Syndicat du Pays de Maurienne



Président de la
Mission Locale Jeunes Pays de Maurienne



Vice-président
du Centre "La Bessannaise"



Adhérent à Les Républicains


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré


 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

50 ans de la station de Bessans
Février 2022 - Maurienne TV

 

Agenda

Bessans
5 novembre 2022
Ouverture de la station

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 01:51

Arbitres.jpgLassés d’être sans cesse critiqués – avec plus ou moins de virulence – par l’ensemble du monde du football, les arbitres de Ligue 1 ont décidé de monter au créneau. A qui la faute ?

 

La rumeur est née jeudi en fin de journée avant de se confirmer vendredi : les arbitres français sont en colère et comptent bien le faire savoir. Ils n’acceptent plus les critiques dont ils font l’objet quasi systématiquement par les supporters, les joueurs, les dirigeants, les entraîneurs, les médias, etc…

 

En guise de protestation, les « hommes en noir » (qui n’ont plus de vêtements noirs aujourd’hui, esthétique oblige !) ont décidé de donner le coup d’envoi de l’ensemble des rencontres de la 26e journée de Ligue 1 de ce weekend avec 15 minutes de retard. Un coup médiatique pour tirer la sonnette d’alarme et faire réagir en haut lieu.

 

Finalement, la Fédération Française de Football (FFF), liant ce mouvement de protestation aux revendications actuelles du Syndicat des Arbitres de Football Elite (SAFE) pour obtenir la revalorisation des salaires suite au juteux contrat signé avec Nike et ne souhaitant donc pas céder au chantage, a annoncé que les matchs seraient dirigés par des arbitres venus du championnat de National (3e division). Pas sûr que cela soit judicieux pour calmer les polémiques et entamer des discussions concrètes.

Si des erreurs sont commises, les clubs vont se déchaîner en mettant en avant le manque d’expérience et de compétence des arbitres d’un soir. Si tout se passe bien et sans problème flagrant, encore plus de critiques vont s’abattre sur les Enjimi, Piccirilo, Kalt et consorts.

 

Mais ne nous trompons pas de coupable : encore une fois, c’est notre chère Fédération Française de Football (FFF) et ses dirigeants incompétents qui sont les seuls responsables de cette situation ! Coutumiers de la « méthode Coué », nos énarques du foot ne font strictement rien depuis plus de dix ans, à part s’accrocher à leur fauteuil doré ! Un constat déplorable…

 

Escalette avait pourtant promis de régler le problème de l’arbitrage en deux coups de baguette magique dès son élection à la tête de la FFF. Aujourd’hui, il n’est plus président et pourtant, rien n’a changé !

 

Entre ceux qui ne veulent rien modifier ou presque pour ne pas « nuire à l’esprit du jeu » et ceux qui s’avancent (trop timidement) pour faire évoluer les mœurs, bonjour la pagaille !

 

Platini, en tant que Président de l’UEFA, est clairement opposé à donner la possibilité aux arbitres de faire appel à la vidéo dans des situations difficiles à juger. Il influence une partie des dirigeants du foot français dans ce sens.

 

« Moustache » (comprenez Frédéric Thiriez), le Président de la Ligue de Football Professionnelle (LFP), est depuis toujours pour, et tant mieux, mais sans jamais avoir réussi à imposer son point de vue.

 

Résultat : statut quo si ce n’est de piètres expérimentations, comme l’arbitrage à 5 avec 2 arbitres postés dans les surfaces de réparation, histoire de ne pas se faire taxer d’immobilisme.

 

Mais soyons sérieux : le football a évolué et l’arbitrage n’a pas suivi ! Comparez un match des années 80 et un match d’aujourd’hui… La vitesse et la façon de poser le jeu n’ont rien à voir et cela rend certaines actions très difficile à arbitrer convenablement pour les arbitres. L’erreur est humaine et quand il s’agit de prendre une décision en une seconde sur un hors-jeu d’à peine 30 centimètres, ou de déterminer si un joueur a bel et bien été fauché ou s’il a en fait perdu le ballon à la régulière, je mets au défi ceux qui tapent systématiquement sur l’arbitrage de s’y essayer avec réussite !

 

D’accord, les arbitres français ne sont pas les meilleurs du monde, ça se saurait ! Nous aurions régulièrement des arbitres sélectionnés pour exercer lors des grandes compétions internationales. C’est loin d’être le cas !

 

Mais au lieu de se contenter de punir tous les joueurs, entraîneurs et dirigeants qui chaque week-end pètent les plombs après avoir perdu sur des erreurs d’arbitrage, il serait temps pour la FFF et la LFP de se réveiller et de réfléchir enfin à des solutions concrètes pour aider le corps arbitral à prendre les bonnes décisions.

 

Les propos tenus parfois ne sont pas acceptable, ok. Mais au-delà des quelques personnalités réputées « sanguines » que tout le monde connaît dans le cercle des passionnés du ballon rond, le fait de voir même les plus calmes se plaindre des décisions arbitrales doit amener chacun à admettre qu’il est temps d’agir, et très vite !

 

L’expérimentation de la vidéo me paraît aujourd’hui indispensable ! A quand un peu de bon sens ?!

 

En attendant, Messieurs de la Fédé et de la Ligue, CARTON ROUGE !!!

 

 

PS : En signe de solidarité avec leurs collègues de Ligue 1, les arbitres de Ligue 2 ont retardé vendredi toutes les rencontres de 30 mn. Le bras de fer est lancé...

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 12:00

Luge-Bessans-2011.jpgPendant les vacances scolaires, le bureau de Bessans de l’Office de Tourisme Intercommunal propose plusieurs animations à destination du jeune public.

 

Afin d'assurer l'ouverture journalière de la patinoire, diverses activités sur glace sont programmées : balle aux prisonniers, football, hockey avec des balais et courses de relais originales. Les enfants en vacances dans la station  peuvent ainsi faire connaissance au-delà des cours de ski de fond et alpin.

 

Cet hiver, Bessans développe aussi ses courses de luge. En plus des descentes traditionnelles, les participants peuvent aussi essayer les « parets », des surfs avec une structure en bois réalisés par le sculpteur Georges Personnaz.

 

Les ateliers de conception de bonhommes de neige font le bonheur des plus petits. Avec l’aide de Julien, l'animateur de la station, chacun peut fabrique le bonhomme de ses rêves.

 

Bessans, terre de biathlon, permet aussi à ses touristes de découvrir la discipline à travers des courses de 110 mètres biathlon et des initiations au tir à la carabine laser.

 

Enfin, nouveauté de l’hiver, les enfants sont invités à préparer des ballons brésiliens illuminés qui sont lâchés dans les airs avant la descente aux flambeaux hebdomadaire.

 

 

Pour en savoir plus et découvrir le programme complet des animations, contactez l'Office de Tourisme Intercommunal, bureau de Bessans au 04 79 05 96 52 ou rendez-vous le site touristique de Bessans.

 

Patinoire-Bessans-2011.jpg

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 21:13

Premiere-greffe-de-bronche---2011.jpgUne équipe française de l'hôpital Avicenne de Bobigny a greffé avec succès une bronche artificielle sur un patient de 78 ans atteint d'un cancer du poumon, lui évitant ainsi l'ablation complète de l'organe.

 

L'équipe du Professeur Martinod, chirurgien thoracique et vasculaire, a réalisé l'opération le 28 octobre 2009, mais a préféré s'assurer de son succès avant de rendre l'information publique. "Le patient va très bien" a affirmé le chirurgien, indiquant qu'il se déplace sans problème et fait l'objet d'une surveillance particulière.

 

Cette intervention, qui ne s'adresse pas à tous les patients, permet d'éviter l'ablation complète du poumon aux malades ayant une tumeur située en périphérie de l'organe.

Sur les 1 000 à 2 000 patients subissant chaque année une ablation de poumons, 300 environ pourraient à terme bénéficier de l'innovation réalisée à Avicenne, au terme de dix ans de recherches très spécifiques.

 

Le Professeur Martinod, dont les travaux expérimentaux ont été réalisés ans le laboratoire de recherche biochirurgicale du Professeur Alain Carpentier - mondialement connu pour la mise au point des bioprothèses valvulaires cardiaques et président de l'Académie des Sciences - a toutefois appelé à la prudence dans l'attente des résultats d'une étude sur 20 à 30 patients qui doit débuter ce mois-ci.

 

Cette avancée significative a été saluée par le Ministre de la Santé, Xavier Bertrand : "Dans le contexte particulier des patients atteints de cancer, votre intervention représente un progrès et un espoir nouveaux dont vous pouvez légitimement être fiers" a-t-il écrit dans une lettre de félicitations.

 

Le cancer bronchopulmonaire tue plus de 29 000 personnes chaque année en France, dont plus de 21 000 hommes.

Les taux de survie pour cette maladie sont faibles : 46% un an après le diagnostic et seulement 14% cinq ans après.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 01:32

Angers---Chambery.jpgAngers, pensionnaire de Ligue 2, a mis fin à la belle aventure du SO Chambéry en Coupe de France. Les hommes de David Guion ont été balayés 3-0 au stade des Alpes de Grenoble, et ne réussiront donc pas l'exploit de devenir le premier club français de CFA 2 à atteindre les demi-finales de la compétition. Malgré tout, le parcours des savoyards reste remarquable.

 

Après avoir battu trois clubs de Ligue 1 consécutivement (Monaco, Brest puis Sochaux), le SO Chambéry avait l'occasion d'entrer définitivement dans la légende la Coupe de France en se hissant dans le dernier carré. Cette compétition, qui permet souvent aux plus petits de faire rêver leurs supporters en créant la surprise face aux grosses écuries de Ligue 1, avait cette année fait le bonheur des savoyards.

 

Tombeurs de trois clubs de l'élite, rien que ça, les joueurs du SOC s'étaient pris à rêver d'un exploit hors-normes. Le tirage au sort leur avait offert Angers comme adversaire. De quoi nourrir de réels espoirs de qualification. Malheureusement, ces espoirs se sont éteints à la 45e minute, juste avant le mi-temps du match disputé à Grenoble, le stade chambérien n'étant pas assez grand pour accueillir une rencontre de ce standing.

 

Après un début de match catastrophique avec de nombreuses pertes de balle et des difficultés évidentes à la récupération, Chambéry est progressivement revenu dans la partie, réussissant à faire jeu égal avec les Angevins.

La première période allait se terminer sur un score nul et vierge... C'est le moment que choisit Saivet pour profiter d'une mésentente entre deux défenseurs et battre Benemou au second poteau. 1-0 à la pause et un sacré coup de massue sur la tête des Chambériens.

 

Jamais les amateurs ne réussirent à se relever de ce but encaissé. Après la pause, bien que volontaires et solidaires derrière, les attaquants s'approchèrent trop peu du but adverse pour espérer arracher l'égalisation. Et à l'heure de jeu, l'équipe savoyarde céda une seconde fois suite à un coup-franc dévié de la tête pour Renouard qui crucifia la portier local. Le troisième but de Gomez à la 84e minute fut anecdotique tant le match semblait plié depuis bien longtemps.

 

Le SO Chambéry quitte la Coupe de France avec le regret de ne pas avoir réussi à lutter face à un club de Ligue 2, alors qu'ils avaient fait mordre la poussière à trois équipes de Ligue 1. Sans doute que l'effet de la potentielle surprise était moins fort, sans doute aussi que de jouer le match au stade des Alpes, sur un terrain plus grand, n'a pas aidé le "petit poucet". Mais surtout, la logique a cette fois été respectée. Angers a livré un match sérieux, et a mérité sa qualification.

 

Les Chambériens peuvent être fiers de leur parcours. Ils resteront les premiers à avoir réussi l'exploit d'éliminer trois clubs de Ligue 1 consécutivement avec pourtant quatre divisions d'écart. Les joueurs et leur encadrement ont surtout fait rêver tout un département pendant trois mois.

 

Il va désormais falloir se remobiliser pour bien terminer la saison en CFA 2. Et espérer reproduire dans les années à venir un parcours similaire, et même meilleur.

 

Chapeau Chambéry et merci pour tout !

 

 

Découvrez le résumé du match Chambéry - Angers

2 mars 2011

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 02:50

Sarkozy---Juppe.jpgConsidéré par certains comme une volonté affichée de mieux appréhender les importants bouleversements en cours dans les pays du sud de la Méditerrannée, par d'autres comme le moyen de mettre fin au scandale qui a éclaboussé Michèle Alliot-Marie ces dernières semaines, le remaniement du gouvernement de dimanche marque assurément pour Nicolas Sarkozy une nouvelle étape dans la mise en ordre de bataille de son équipe en vue de l'élection présidentielle de 2012.

 

Mais ce remaniement, qui intervient trois mois après la mise en place du gouvernement Fillon III, est-il judicieux? Pas si sûr. D'abord parce qu'en éjectant MAM de son poste de Ministre des Affaires Etrangères, le Président de la République se prive d'une chiraquienne de la première heure qui avait parfaitement réussi sa transition dans l'équipe sarkozyste.

 

Ensuite, la "promotion" d'Alain Juppé aux Affaires Etrangères, ainsi que l'apparition de Claude Guéant et de Gérard Longuet, ne montrent aucune main tendue aux centristes, affectés par le dernier remaniement et qui ont pris quelques distances avec la majorité présidentielle. Ce jeu de "chaises musicales" ne contribuera pas à ressouder les liens. Il risque au contraire de fragiliser encore plus les relations entre l'UMP et les différentes mouvances du centre-droit.

 

Ces deux arguments sont toutefois à tempérer : le départ d'Alliot-Marie est compensé en quelques sortes par la place plus importante accordée au maire de Bordeaux, proche de Jacques Chirac lui aussi (l'ancien président qui se plaisait à dire de son Premier Ministre de l'époque qu'il était "le meilleur d'entre nous"). De plus, Juppé a de bonnes relations avec les personnalités du centre, lui qui a réussi au fil des années à faire consensus au vu de son expérience au sein de sa famille politique.

 

S'il est certainement en partie avéré que la crédibilité de Michèle Alliot-Marie pour mener la dipomatie française était limité suite au scandale lié à ses vacances contestées en Tunisie et les achats de biens immobiliers réalisés par ses parents, je ne peux m'empêcher de penser que Nicolas Sarkozy a, une fois n'est pas coutume, cédé à la pression de la gauche. Lui qui habituellement, sait rester inflexible devant les basses manoeuvres politiciennes de ses adversaires, a cette fois de manière inexplicable baissé pavillon...

 

Quel gâchis ! Dans cette affaire, la gauche a fait ce qu'elle sait le mieux faire depuis de nombreuses années : chercher une affaire, un dossier sensible, un potentiel scandale, capable d'attirer l'attention des médias et de créer ainsi la confusion au sein de la majorité. A défaut d'arguments sur les sujets sensibles de la France, cherchons ailleurs...

 

Les socialistes ont mis en lumière les vacances de MAM en Tunisie, ont critiqué celles de François Fillon, et cherchent aujourd'hui à avoir la tête d'Henri Guaino pour son déplacement privé chez l'ambassadeur de France en Lybie.

Mais ont-ils oublié que depuis des années, tous nos dirigeants pourraient être "épinglés" pour des faits similaires ?!

Mitterand, ses ministres successifs, ceux de l'époque Jospin... n'ont-ils pas, pour des raisons diplomatiques et peut-être personnelles, noué des liens avec des chefs d'Etat aujourd'hui déchus ou largement contestés ?!

 

Il est incroyable qu'aujourd'hui, sous prétexte que les populations d'Afrique du Nord se soulèvent contre les régimes en place, les ministres actuels paient les pots cassés. Ont-ils eu raison d'entretenir de bonnes relations avec Ben Ali, Moubarak ou Kadhafi ? Chacun aura son avis... Etait-il de leur devoir de condamner les régimes en place ? C'est possible... Toujours est-il que le gouvernement actuel a préservé les relations qui existent depuis de nombreuses années.

 

Il me semble donc dommage que Nicolas Sarkozy, qui avait réaffirmé son soutien à Michèle Alliot-Marie il y a quelques jours, se soit finalement résolu à remanier son gouvernement. La sortie de Brice Hortefeux, condamné dans plusieurs affaires ces derniers mois, est dans la même lignée. Le désormais ex-minitre de l'Intérieur a été jugé, s'est expliqué, et il paye pourtant les attaques à répétition de l'opposition. Remarquez, il va pouvoir de cette manière se consacrer dès à présent à la préparation de la campagne de 2012.

 

Si j'aurais préféré, et je ne dois pas être le seul, que Nicolas Sarkozy tienne bon et maintienne son gouvernement, afin d'éviter de montrer tout signe de faiblesse à 14 mois d'une échéance politique majeure, espérons que ces changements permettront, grâce notamment à Alain Juppé, à la diplomatie française de gérer au mieux le contexte international inédit.

 

Gageons aussi que la nouvelle équipe conservera le souci de travailler toujours plus au service des Français. Car c'est cela qu'attendent les citoyens : que l'on se soucie d'eux, de leurs problèmes, de leur quotidien... et non des mouvements politico-politiques en haut lieu !

 

Au fait, dans tout cela, rappelons que Nicolas Sarkozy n'est toujours pas officiellement candidat à sa propre succession... mais tout le monde fait comme si c'était fait ! Vous avez dit "secret de Polichinelle" ?!?

Partager cet article
Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 10:37

Sarkozy---Bruni.jpgSelon une étude sérieuse réalisée par des économistes, les hommes politiques de droite seraient jugés plus beaux que ceux de gauche, et en profiteraient lors des élections. Très subjectif, me direz-vous...

 

L'étude a été réalisée par trois économistes suédois et finlandais. Selon eux, les électeurs trouvent les politiciens de droite plus beaux que leurs homologues de gauche. Et cela leur servirait à l'heure des échéances électorales.

 

L'étude a consisté à combiner les résultats des élections de 2003 et 2004 en Finlande avec une enquête de beauté menée auprès de plus de 2 500 internautes sur 1 357 candidats finlandais.

Les sondés étaient invités à attribuer des notes de 1 à 5 aux candidats sur le critère de la beauté, sans connaître leur tendance politique.

 

Deux enseignements principaux ont été tirés :

 

- les candidats de droite semblent plus séduisants que ceux de gauche ;

- ces mêmes candidats tirent un certain profit de leur beauté.

 

"Beaucoup d'études ont montré qu'être beau apporte plus de votes, mais nous pensons être les premiers à nous être intéressés au rapport entre la beauté et la tendance politique", explique Niclas Berggren, un des économistes.

 

Plusieurs explications à cette tendance sont avancés par les auteurs, parmi lesquelles le fait que les gens jugés beaux ou qui se considèrent comme tel sont plus individualistes, donc de droite.

Autre hypothèse, le fait que les hommes politiques de gauche fondent essentiellement leurs campagnes politiques sur les arguments, oubliant souvent les facteurs extérieurs qui encouragent les électeurs à donner leur suffrage.

 

Enfin, l'étude relève que le rapport "beauté - nombre de voix" est plus marqué lors des élections municipales que législatives. Cela peut s'expliquer par le fait que les candidats sont souvent moins connus. Les citoyens accordent donc plus d'importance au critère physique. On pourrait ajouter que les politiciens locaux étant plus proches des gens, l'attention portée à leur beauté est plus forte.

 

L'étude, publiée par le canal de l'Institut d'étude du travail (IZA) en Allemagne, est considérée comme préliminaire avant une éventuelle publication dans une revue scientifique.

 

Quoi qu'il en soit, il reste incontestable que le critère de beauté est très subjectif et que chacun en a sa propre vision ! Comme on dit, les goûts et les couleurs...


A quand cette étude sur nos politiques français ?!?

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 23:36

A.Ayew---Nancy-OM.jpgMalgré quelques passages à vide, l'Olympique de Marseille s'est imposé sur le terrain synthétique de l'AS Nancy-Lorraine (2-1), grâce à un doublé du Ghanéen André Ayew. Une nouvelle victoire qui permet aux Marseillais de conforter leur place sur le podium. Il semble acquis que le titre se jouera entre Lille, Rennes, le PSG, l'OM et l'OL.

 

Face à une équipe qui se bat pour le maintien, l'OM partait logiquement favori. Une logique à relativiser au vu des prestations parfois médiocres livrées par les hommes de Didier Deschamps depuis le début de l'année 2011. Ajoutons à cela qu'il est toujours difficile de s'imposer à l'extérieur sur une pelouse en synthétique comme celle de Marcel-Picot.

 

DD avait décidé d'aligner Loïc Remy seul en pointe, laissant ainsi Brandao sur le banc. M'Bia suppléait Cissé en milieu défensif. L'arrière-garde était donc composée de Kaboré à droite (Fanni, de retour de blessure était resté à Marseille), Diawara et Heinze dans l'axe et Taiwo à gauche. Valbuena, qui n'a pas encore 90 minutes dans les jambes, était préservé, ce qui offrait à Abriel une chance de s'illustrer.

 

Les Marseillais débutèrent la partie par le bon bout. D'entrée, Loïc Remy chauffait les gants de Grégorini d'une frappe puissante dans un angle fermé. Combinant bien, l'OM semblait techniquement bien supérieur à son adversaire. Et l'ouverture du score fut toute proche lorsqu'André Ayew, bien lancé dans la profondeur par Benoît Chyrou, se présenta seul face au portier nancéein. Malheureusement, sa frappe fut sortie du pied alors que le but semblait grand ouvert.

On pensa alors qu'Ayew allait accuser le coup de cette opportunité raté.

 

Ce fut d'abord tout l'OM qui se mit à reculer. Loupant de nombreuses relances et concédant trop de coup-francs, la défense olympienne finit par céder. Féret, sur le côté, se joua de Kaboré, trop laxiste au marquage, avant de repiquer dans l'axe et de tromper Mandanda d'une frappe à mi-hauteur dans le petit filet.

 

Les Olympiens accusèrent le coup jusqu'aux ultimes minutes de la première période. C'est le moment que choisit Ayew pour débuter son récital. Sur un corner repoussé, Lucho tentait une frappe, contrée par la défense puis stoppée par Remy. En hauteur, M'Bia déviait pour Ayew, qui de près offrait l'égalisation.

 

1-1 à la mi-temps, un score logique sur l'ensemble de la première période, mais toutefois bien payé pour les Marseillais vu leur dernière demi-heure.

 

Peu après le retour des vestiaires, Hilton, qui n'avait plus joué depuis le mois de septembre, remplaça Stéphane M'Bia, blessé. L'écatombe se poursuivit quand Remy dut à son tour céder sa place au jeune Jordan Ayew, le frère du futur héros du soir.

 

La deuxième période fut équilibrée, avec toutefois beaucoup moins d'intensité. Malgré l'entrée de Valbuena, l'OM semblait devoir concéder le match nul. La fougue d'André Ayew ne suffisait pas à faire la différence... jusqu'à la 87e minute ! Servi côté gauche, le jeune attaquant de 21 ans s'extirpait du marquage de deux joueurs et s'enfonçait dans la surface, le long de la ligne de but. Son centre appuyé à ras de terre était repoussé par Grégorini sur... A.Ayew lui-même, qui n'avait plus qu'à ouvrir son pied pour conclure.

 

Marseille repart de Lorraine avec 3 points et une quatrième victoire consécutive en Ligue 1 ! S'ils sont toujours troisièmes au classement, les coéquipiers de Steve Mandanda reviennent à 1 point de Lille, tenu en échec par Lyon (1-1). Rennes, vainqueur de Lens (2-0) est co-leader. Le Paris-Saint-Germain, qui semblait se diriger vers une victoire facile face à Toulouse, a finalement du lutter jusqu'au bout pour l'emporter (2-1). La mauvaise opération comptable est  pour Lyon, même si un match nul à Lille ne peut pas être considérée véritablement comme une contre-performance. Les Lyonnais sont tout de même légèrement décrochés.

 

En bas de tableau, Monaco, Lens et Arles-Avignon, incapables de l'emporter, restent reléguables. Auxerre, corrigé à Bordeaux (3-0), est tout près de la zone rouge.

 

Si l'OM peut compter sur ses individualités, à l'image d'Ayew ce soir ou de Gignac à Sochaux, la fin de saison s'annonce radieuse !

 

Le seul point noir vient une nouvelle fois des blessures. L'infirmerie se remplit puisqu'après Gignac et Fanni, Remy et M'Bia ont été touchés. Leurs blessures ne semblent heureusement pas trop sérieuses. On l'espère car avec le Championnat, le match retour de Champions League face à Manchester United et la finale de la Coupe de la Ligue face à Montpellierfin avril, l'OM aura besoin de tout son effectif pour remplir ses objectifs.

 

 

Classement après 25 journées :

 

1 - Lille (46 pts +19)

2 - Rennes (46 pts +12)

3 - OM (45 pts +15)

4 - PSG (44 pts +14)

5 - OL (42 pts +14)

...

16 - Nancy (28 pts -14)

17 - Auxerre (26 pts -4)

18 - Monaco (25 pts -3)

19 - Lens (24 pts -16)

20 - Arles-Avignon (11 pts -32)

 

 

Dimanche 6 mars, l'OM accueillera Lille, leader du Championnat, pour le choc de la 26e journée (match à suivre en direct sur Canal + à 21h00)

 

 

Résumé du match Nancy -OM 

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 19:03

JB-Grange---Bansko.jpgEn se classant 3e du slalom de Bansko (BUL), le skieur de Valloire a profité de l'abandon du Croate Ivica Kostelic lors de la première manche pour revenir à 36 points au classement général de la Coupe du Monde de la spécialité. La lutte pour le Globe s'annonce palpitante.

 

Déçu mais pas abattu par sa chute lors du Super Combiné de samedi, après avoir remporté la manche de slalom, JB Grange était déterminé à se rattraper dimanche à Bansko.

 

Avec le dossard 1 sur les épaules, le récent Champion du monde se lança dans le tracé sans temps de référence, signant une bonne manche tout en maîtrisant son ski. Un calcul payant dans l'optique du classement général de la Coupe du Monde de slalom. Dans sa lutte avec Ivica Kostelic, Grange eu le bonheur de voir le Croate sortir du tracé.

Même si six coureurs réalisèrent un meilleur temps que lui. le Mauriennais avait tout en main pour tirer profit de ce slalom, à condition de ne pas être disqualifié lors de son deuxième passage.

 

Alors qu'on le pensait résolu à calculer et ne pas prendre trop de risques pour récupérer des points sur son rival direct en se classant parmis les 7 ou 8 premiers, JB Grange ne s'est pas posé de questions ! Une manche engagée, avec quelques fautes dans le mur mais un bas ultra-efficace... et une première place provisoire.

Le leader tricolore réussit à accrocher le podium, en n'étant devancé que par les Autrichiens Mario Matt et Reinfried Herbst. A 32 ans, Matt prouve qu'il a encore de la ressource, onze après sa première victoire en Coupe du Monde !

 

Autre satisfaction du jour côté français, celle de Steve Missillier. 18e de la première manche (en faisant l'essentiel de sa course avec un seul bâton), il réalise le 2e temps du second tracé pour remonter au 6e rang.

 

Thomas Mermillod-Blondin, après son podium en Super Combiné, se classe 20e, à égalité parfaite avec son compatriote Maxime Tissot.

 

Le Globe de Cristal se jouera lors des deux derniers slaloms : à Kranjska Gora (SLO) le 6 mars et à Lenzerheide (SUI) le 19 mars.

 

 

Chez les femmes, les Françaises n'ont une nouvelle fois pas brillé lors du Super G. La première d'entre elles, Tessa Worley, est seulement 18e. La victoire est revenue à l'Allemande Maria Riesch, dont le duel avec l'Américaine Lyndsey Vonn n'a pas fini de faire vibrer le public. Aujourd'hui, 1 centièmes ont séparé les deux rivales. Une autre Américaine, Julia Mancuso, se classe 3e.

 

Revivez la seconde manche de JB Grange

Slalom - 27 février 2011


Revivez la seconde manche de Steve Missillier

Slalom - 27 février 2011


La première manche de Steve Missillier, avec un seul bâton !
Slalom - 27 février 2011
Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 19:35

Thomas-Mermillod-Blondin.jpgOn attendait Jean-Baptiste Grange, en pleine bourre après son titre mondial en slalom conquis dimanche dernier à Garmisch (ALL), c'est finalement Thomas Mermillod-Blondin qui monte pour la première fois sur un podium en Coupe du Monde. Le Français s'est classé troisième du Super Combiné de Bansko (BUL), derrière l'Italien Innerhofer et l'Allemand Neureuther. JB Grange, en tête après la manche de slalom, est tombé lors du Super G.

 

Thomas Mermillod-Blondin est aux anges ! 15e à l'issue de la manche de slalom - qui une fois n'est pas coutume se déroulait avant l'épreuve de vitesse du Super Combiné - il a réussi un Super G de grande classe pour venir accorcher son premier podium en Coupe du Monde !

Et comme le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres, c'est grâce à la chute de Jean-Baptiste Grange que le skieur de Villards sur Thônes a réussi à préserver sa place sur "la boîte".

Le slalomeur de Valloire avait pourtant toutes les cartes en main pour signer un nouveau succès en Coupe du Monde. Le matin, il avait parfaitement négocié sa manche de slalom, devançant de 28 centième son premier poursuivant, Felix Neureuther.

 

C'est avec une confortable avance que le Mauriennais s'est élancé dans le Super G très technique de la piste bulgare (1'48"). Malheureusement, après un premier intermédiaire plus que correct et seulement 11 centièmes lâchés à l'Italien Innerhofer, Grange est parti à la faute et a perdu toute chance de victoire.

 

Trois autres Français se classent dans les trente premiers. Le jeune Alexis Pinturault, qui n'en finit plus d'impresionner, est 11e. Mathieu Faivre prend la 17e place et Maxime Tissot est 23e.

 

Dès dimanche, Jean-Baptiste Grange aura une nouvelle occasion de briller lors du slalom. Il aura surtout pour ambition de se rapprocher du Croate Ivica Kostelic au classement général de la spécialité.

 

A noter chez les dames la victoire de l'Américaine Lindsey Vonn devant Tina Maze et Maria Riesch dans le Descente d'Are (SWE). Belle performance de Marion Rolland (7e). Ingrid Jacquemod est 17e, Aurélie Revillet 19e, Marie Marchand-Arvier 28e et Margot Bailet 33e.

 

La première manche du slalom de Bansko est à suivre dès 9 heures sur Eurosport.

Les dames disputeront un Super G à 10h30, également en direct sur Eurosport.

 

Revivez la manche de slalom de JB Grange

Super Combiné - 26 février 2011



Revivez la manche de Super G de Thomas Mermillod-Blondin
Super Combiné - 26 février 2011

 

Revivez la chute de JB Grange lors de la manche de Super G

Super Combiné - 26 février 2011

Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 20:51

Estonie---une-route-sur-la-mer.jpgL'Estonie ouvrira ce samedi une route sur glace longue de 26 kilomètres. Elle reliera, à travers une partie gelée de la mer Baltique, le principal port estonien de Rohukula à l'île de Hiiumaa.

 

En vertu d'une loi spéciale, les autorités estoniennes donnent le feu vert pour l'ouverture de cette route très originale lorsque la couche de glace marine est épaisse d'au moins 25 centimètres. "En général, nous attendons tout de même que la couche atteigne 30 centimètres partout", a expliqué le porte-parole de l'administration des autoroutes.

 

L'ouverture de la liaison entre le port de Rohukula et l'île de Hiiumaa, qui compte plus de 10 000 habitants, est toujours un événement très attendu. Ce "pont de glace" est très fréquenté, notamment le week-end.

 

Des patrouilles spéciales surveillent la route avec attention. "L'une des règles principales est de ne laisser passer un véhicule que toutes les deux minutes. Les conducteurs ne doivent pas s'approcher trop des voitures devant eux, sinon la glace pourrait se briser" poursuit le porte-parole.

 

En 2010, la route avait pu restée ouverte seulement 11 jours, et il est difficile de faire une prévision pour 2011. La chaleur est évidemment un ennemi de taille, mais de trop fortes gelées pourraient provoquer des fissures à l'intérieur de la glace très dangereuses, susceptibles d'entraîner une fermeture immédiate.

 

Comparé au service habituel de ferries, la route de glace réduit le trajet depuis Hiiumaa jusqu'à l'Estonie continentale de 2,5 heures à une demi-heure seulement.

Partager cet article
Repost0