Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Délégué de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Membre du Conseil d'Administration
du Centre "La Bessannaise"


Membre du Conseil d'Administration
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Membre du Conseil d'Administration
de Maurienne Expansion


Adhérent à Les Républicains


Membre du bureau de l'Association
"T.M Vivre en Vanoise"


Attaché parlementaire d'Emilie Bonnivard,
Députée de la Savoie


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 88 46 27 78

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : 345 rue du Capitaine Bulard
                        73300 SAINT-JEAN-DE-MAURIENNE

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

38e Marathon International de Bessans
7 et 8 janvier 2017

 

Agenda

Bessans
13 et 14 janvier 2018
Marathon de Bessans

 

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 13:04

OM---Naples---octobre-2013.jpgDéjà en très mauvaise posture, l’Olympique de Marseille a quasiment tiré un trait sur ses espoirs de qualification pour les 8ème de finale de Ligue des Champions après une troisième défaite en autant de rencontres (1-2 à domicile contre Naples). Tellement cruel et pourtant tellement logique…


Au moment d’accueillir Naples au stade Vélodrome, l’OM n’avait pas d’autre choix que de viser la victoire. Battu à domicile par Arsenal (2-1) puis sur la pelouse du Borussia Dortmund (2-0), les Phocéens espéraient profiter d’une rencontre sur leur pelouse face au plus faible adversaire du groupe sur le papier pour empocher leurs premiers points.


Malheureusement, les analystes qui avaient décrit le groupe de l’OM comme celui « de la mort » ne s’y sont pas trompés. Même avec un effectif à priori plus modeste que celui d’Arsenal et Dortmund, Naples fait partie des clubs capables d’aller loin dans la compétition et de rivaliser avec les ténors européens.


Dès le début de partie, les Marseillais ont été dominés au milieu de terrain, sous l’impulsion notamment d’un Mertens flamboyant.


A l’exception d’André Ayew, aucun joueur de l’OM n’a jamais semblé en mesure de tenir la comparaison avec les Napolitains. Gignac a été sevré de ballons, Valbuena n’a pas réussi à faire la différence malgré sa volonté, et le duo Cheyrou – Romao n’est pas parvenu à imposer sa loi au milieu de terrain.


Certes, sur quelques rares mouvements, l’OM aurait pu réaliser le hold-up en première période. Mais globalement, les hommes d’Elie Baup n’ont cessé de subir les assauts d’Higuain, Callejon et autres Zapata. Et a fini par craquer en fin de première période puis au milieu du second acte.


La belle inspiration d’André Ayew pour réduire le score en fin de partie n’a pas masqué la différence de niveau entre les deux formations.


Clairement, l’OM n’a pas le niveau pour jouer la Ligue des Champions, ou plus précisément pas le niveau pour rivaliser avec les meilleures écuries européennes.


Dans un groupe plus modeste, comme celui dont a hérité le PSG, sans doute que les Marseillais auraient pu accéder aux 8ème de finale. Mais pour quoi faire ? Pour être éliminés de toute manière au printemps par des formations bien plus taillées pour réaliser de grandes performances sur la scène continentale.


En attendant, l’histoire européenne de l’OM cette saison s’inscrit déjà en pointillés, y compris en ce qui concerne l’Europa League. Car avec zéro point au compteur alors que Naples, Arsenal et Dortmund en comptent tous six, la dernière place du groupe semble promise aux olympiens.


L’OM a misé sur la jeunesse et il faudra du temps pour espérer récolter les fruits de sa politique. Seulement, chacun sait qu’à Marseille plus qu’ailleurs, la patience n’est pas la vertu première !


Dès ce samedi à 17h00, l’OM devra relever la tête lors de sa rencontre face à Reims à domicile pour le compte de la 11ème journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Canal+).

 

Résumé du match OM - Naples

Ligue des Champions - 3e journée

22 octobre 2013

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Sport
commenter cet article
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 11:40

Entrainement-Norvege---G.Liveneau--6-.jpgEntraînement Norvège - G.Liveneau (5) Entraînement Norvège - G.Liveneau (4)

Depuis deux semaines, le stade d’entrainement permanent de biathlon de Haute-Maurienne Vanoise est en pleine effervescence. Les équipes olympiques de Norvège viennent de conclure un stage de préparation en altitude.

 

Svendsen, Boe, Berger et leurs coéquipiers ont regagné en ce début de semaine leur pays pour les premiers entrainements sur neige.


Avant cela, grâce à une collaboration efficace entre le directeur de la station de Bessans et le service médias de la fédération norvégienne, une réception a été organisée à l’Espace Sportif Le Carreley.


Elle a réuni élus locaux, représentants du territoire et biathlètes avec leur staff.


Cette rencontre à permis d’affirmer une nouvelle fois l’attachement particulier des Scandinaves au site d’entrainement bessannais. Ils se plaisent à rappeler les conditions idéales réunies pour préparer un événement d’envergure comme celui programmé cet hiver : les Jeux Olympiques de Sotchi en Russie.


Emil Svendsen n’a d’ailleurs pas hésité à annoncer clairement que ces vingt jours passés en altitude au pied du col de l’Iseran seront la clé de son éventuel succès en Russie !


Roger Grubben et Egil Gjelland, les entraîneurs, reconnaissent privilégier cette destination où tout est propice à une préparation optimale :

  • installations parfaites (cibles, piste de ski-roues).
  • conditions d’entrainement variées (VTT, trail, musculation).
  • ambiance particulièrement calme favorisant le bon travail.

A un mois de la première échéance hivernale à Susjoen en Norvège et à cent jours des JO, les Norvégiens ont de grandes ambitions.


La présence de cette nation majeure du biathlon mondial en Haute-Maurienne témoigne de la reconnaissance du savoir-faire et de la qualité des infrastructures du domaine nordique de Bessans.


Alors que l’ouverture des pistes de ski de fond est programmée mi-novembre, les élus et l’équipe de la station espèrent accueillir prochainement d’autres sportifs de haut-niveau, notamment ceux de l’équipe de France.

 

De nombreux retours médias ont été générés par cette rencontre, dans les médias locaux et régionaux, mais également sur des sites Internet français et norvégiens. En Norvège, des chaînes de télévision avaient même fait le déplacement.

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Bessans
commenter cet article
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 06:45

L’association du Marathon International de ski de fond de Bessans organise ce samedi 26 octobre son Assemblée Générale. Les bénévoles anciens, actuels et futurs sont également invités à se réunir pour un moment convivial.

 

L’Assemblée Générale débutera à 18h00 dans la salle de l’Albaron et est ouverte à tous, membres de l’association ou non. Un point sera notamment réalisé sur la préparation de l’édition 2014, qui se tiendra les 11 et 12 janvier et comprendra plusieurs nouveautés.


A l’issue de cette Assemblée Générale, dont la durée n’excèdera pas une heure, un apéritif dinatoire sera offert afin de remercier les bénévoles qui contribuent depuis de nombreuses années à la réussite de ce grand événement sportif.

 

Les personnes qui souhaiteraient apporter leur aide lors des prochaines éditions sont également invitées à participer nombreuses. Ce sera pour elles l’occasion d’échanger avec des bénévoles et des membres du comité d’organisation, afin de voir de quelle manière elles peuvent contribuer en amont, pendant ou après l’événement à son développement.

 

L'objectif est de fédérer toujours plus autour du Marathon International de Bessans, qui mobilise Bessanais, Mauriennais et même au-delà depuis plus de 30 ans.

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Bessans
commenter cet article
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 19:36

Loup-Albiez---septembre-2013.JPGPar autorisation préfectorale, un loup a été abattu fin septembre en Maurienne sur la commune de Montricher-Albanne. Ce tir de prélèvement s’inscrit dans le cadre du Plan loup en vigueur depuis mai 2013. Un des arrêtés fixe à 24 le nombre maximum de loups pouvant être tués pour la période 2013-2014, dans un périmètre défini (qui a été élargi par rapport au Plan loup précédent). Nous en sommes pour l’instant seulement à 5…


A la lumière de cette information, on peut s’interroger sur le réel impact de ce prélèvement ponctuel. Je dirais qu’il est pratiquement nul. Certes, cela fait un prédateur en moins dans un secteur où l’on a considéré que les éleveurs ont été durement touchés par les attaques. Mais pour autant, rien n’est résolu.


Même si le quota de 24 loups tués en 2013-2014 était atteint, ce dont je doute fortement quand on sait qu’entre 2008 et 2012 seuls 7 loups ont été tués, les attaques se poursuivraient et se multiplieraient, et pour cause : selon un comptage de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) en 2012, il y a aujourd’hui en France environ 250 loups, essentiellement concentrés dans les Alpes. Et l’animal se reproduit à grande vitesse (+20% chaque année).


Quand on sait qu’à une époque, le loup avait pratiquement disparu en France, éradiqué pour le tord qu’il causait à une économie beaucoup plus dépendante de l’élevage (les riches notables des milieux urbains dégageaient alors des profits du travail des éleveurs), la question de son retour ou de sa réintroduction est bien sûr posée.


Sans nier le fait que le loup ait pu franchir la frontière italienne (en 1987, un premier loup tué depuis 1954 a été identifié comme venant d’Italie), il est indéniable qu’à l’époque de son retour avéré, plusieurs lobbies écologistes avaient fait de la réintroduction du loup dans les montagnes françaises un véritable cheval de bataille.

Le fait qu’ils aient mis leurs aspirations en pratique en réintroduisant clandestinement des loups est donc une hypothèse censée, défendue par de nombreux protagonistes.


Toujours est-il qu’aujourd’hui, le loup est là, prolifère, gagne du terrain, cause des dommages importants aux éleveurs. Et les mesures proposées ne sont pas du tout adaptées à la réalité de la situation.

 

Certaines associations écologistes ont récemment relativisé la responsabilité des loups dans les pertes ovines. Bien entendu, diverses causes de mort chez les ovins existent, notamment chez les agneaux.

Mais cela ne doit pas pour autant faire ignorer la multiplication très dommageable des attaques de troupeaux.

Au niveau national, la globalité de ces attaques représente pour le contribuable des sommes conséquentes, chaque bête tuée par un loup donnant droit à dédommagement pour l’éleveur dès lors qu’il remplit les conditions de protection de son troupeau.


L’hypothèse des chiens errants qui seraient responsable de tous ces dégâts a vécu. Il serait malhonnête de nier que certaines attaques, très minoritaires toutefois, peuvent être le fait de chiens errants. Mais alors qu’il y a 15 ans, certains ne voulaient pas croire à la présence du loup, plus personne ne la remet en cause aujourd’hui, des photos et des vidéos ayant apporté des preuves irréfutables.


Les dégâts que sème aujourd’hui le loup dans nos montagnes ne peuvent plus durer. Les éleveurs sont sans cesse sur la brèche, même en multipliant les mesures pour protéger les troupeaux. Chiens de protection, barbelés, éleveurs présents au maximum auprès de leurs troupeaux (y compris la nuit) n’empêchent pas les attaques de prédateurs.


Et agriculture et tourisme, qui pourtant sont des atouts complémentaires pour nos régions, finissent par s’opposer en raison des attaques dont sont victimes les randonneurs de la part des chiens de protection.


Il faut donc agir vraiment et au-delà des "mesurettes" destinées uniquement à atténuer l’exaspération des éleveurs.


Le Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a marqué une volonté d’avancer en admettant en septembre que les moyens donnés pour mettre efficacement à exécution le Plan loup étaient insuffisantes.

Il a affirmé sa volonté, en accord avec le Ministre de l’Ecologie Philippe Martin, de donner les moyens d’atteindre les quotas, en autorisant de chasser le loup lors de battues au gibier, en permettant aux chasseurs formés d’abattre plusieurs bêtes, et en créant une cellule dédiée au loup au sein de l’ONCFS.


L’autorisation de tuer lors de battues au gibier a fait l’objet d’attaques en justice de la part d’associations de protection de la nature, qui pour l’heure ont obtenu gain de cause.


Il convient donc de ne pas relâcher la pression pour enfin obtenir de réelles avancées et aller encore plus loin :

  • que la chasse au loup soit effectivement autorisée lors de battues au gibier.
  • que les chasseurs soient formés pour abattre efficacement les loups dans les zones spécifiées lorsque l’autorisation est donnée.
  • que les quotas soient atteints et sensiblement augmentés.
  • que les élus des zones de montagne, mobilisés, parviennent à un consensus au niveau européen afin que le problème du loup soit repensé en profondeur.

Car malgré les fantasmes véhiculés ici et là, il ne faut pas croire qu’il n’y a qu’en France que le loup pose problème. On vante souvent les capacités de deux de nos pays voisins à s’adapter à sa présence : l’Italie et l’Espagne.

Mais n’oublions pas deux différences majeures que mentionne assez justement Jean-Marc Moriceau, spécialiste du loup auteur de plusieurs ouvrages sur l’animal :

  • En Italie, où il y a trois fois plus de loups qu’en France, l’élevage laitier est largement majoritaire. Les troupeaux sont donc en général rentrés le soir, ce qui n’est pas envisageable en France. Dans le Piémont, les personnes vivant de l’activité pastorale sont confrontées à des problèmes similaires à la France et sont tout autant exaspérés.
  • En Espagne, on compte près de 3 000 loups, mais la grogne est forte et un abattage important est réalisé dans certaines provinces, le pays ayant ratifié la convention de Berne en prenant soin d’y intégrer un statut dérogatoire.

Cette fameuse convention de Berne justement, parlons-en. Signée par la France en 1992, elle a fait passer le loup du statut "d’ennemi public n°1" à celui d’espèce protégée. Les écologistes n’ont depuis de cesse de rappeler son existence. Récemment, l’association Ferus, qui agit pour la protection du loup, a affirmé son intention "de porter plainte contre les tueurs de loups en bandes organisées et d’exercer systématiquement des recours contre les arrêtés félons autorisant les tirs de prélèvement et de défense".


Précisons que ces arrêtés ne sont absolument pas "félons", la convention de Berne ne donnant pas au loup une protection à 100%. Il est possible d’y déroger dès lors que des dommages importants sont constatés sur les cultures et l’élevage malgré les mesures de protection prises. Il faut cependant que la survie de l’espèce ne soit pas remise en cause.


A mon sens, il y a aujourd’hui urgence à trouver un consensus au niveau européen pour dénoncer et revoir la convention de Berne, qui n’est absolument pas en adéquation avec la réalité de l’activité pastorale.


Je ne suis pas opposé au loup juste pour le plaisir de voir une espèce tuée. Bien entendu, les loups comme d'autres animaux peuvent avoir un côté fascinant.


Simplement, je constate qu’il constitue un véritable problème puisqu’il met en péril tout un pan de notre activité économique, en l’occurrence le pastoralisme, dont la Savoie et d’autres départements ont éminemment besoin.


Plusieurs solutions ont déjà été évoquées, mais leur réalisme laisse perplexe :

  • une meilleure protection des troupeaux retarde les attaques, sans les empêcher.
  • faire garder les troupeaux par des bergers 24h/24 n’est pas tenable, notamment d’un point de vue économique. Et chacun comprendra qu’il n’est pas vivable pour les éleveurs de dormir continuellement sous des tentes auprès de leurs bêtes.
  • capturer les prédateurs semble quasi impossible et ne nous dira pas où les emmener.

Alors, comme l’affirmait Hervé Gaymard dont je me fais encore une fois l’écho à ce sujet "entre le loup et l’homme, je choisirai toujours l’homme et entre le loup et l’agneau, je choisirai toujours l’agneau".


Pour poursuivre sur Hervé Gaymard, lorsqu’il était Ministre de l’Agriculture, sa tête avait été mise à prix par les écologistes car il avait déclaré : "A titre personnel, ma position sur les loups, c’est de tous les tuer".


Mais je vois que les écologistes ne s’en prennent pas qu’aux personnes exerçant de hautes fonctions.


Récemment, les propos que j’ai tenus sur le loup m’ont valu des attaques violentes sur les réseaux sociaux de la part de défenseurs du loup convaincus de détenir la vérité, d’être les seuls à se soucier de la nature et incapables d’admettre que l’on puisse penser différemment d’eux.


J’ai pris des positions contre le loup au nom de convictions et non pas d’idées électoralistes comme certains ont voulu le faire croire (un récent sondage montre que 80% des Français sont favorables au loup, une vision électoraliste aurait donc du m’amener à aller dans ce sens).


Je m’engage sur un sujet important au niveau local, qui concerne notamment le territoire où je suis né et où je suis conseiller municipal, là où beaucoup d’élus préfèrent aller dans le sens du vent ou plutôt ne pas s’avancer en attendant que ça se passe.

 

Cependant, je suis prêt à entendre des arguments contraires, dès lors qu’ils sont étayés en des termes respectueux.


Mais cela ne fait visiblement pas partie des manières de faire de ces personnes coutumières des attaques personnelles, qui considèrent que l’on se décrédibilise dès lors que l’on n’a pas les mêmes idées qu’eux.


J’ai donc eu droit pêle-mêle à des qualificatifs tels que "trou du cul", "personnage absurde", "arriéré comme de nombreux Mauriennais", "personne aux dents longues et aux idées arrêtées", tandis que d’autres souhaitaient que "je me fasse tirer dessus" ou que "je marche dans un piège à loup".


Autant de paroles qui prouvent encore une fois le sectarisme et l’absence de capacité d’écoute de la part de ces écologistes extrémistes qui, s’ils ne représentent (fort heureusement) qu’une faible part de la population, font tout pour imposer leurs principes et nouer les alliances leur permettant d’exercer des responsabilités sans pourtant n’avoir aucune légitimité populaire.


Mais ce qui est le plus inacceptable est certainement les propos trop souvent tenus à l’encontre des éleveurs, pointés du doigt comme "n’aimant pas la nature", "ne pensant qu’à l’argent", "étant trop fainéant pour faire leur travail correctement".

Quand on sait le travail que représente aujourd’hui celui des éleveurs, tant au niveau physique qu’administratif, il est insultant pour eux d'entendre les propos proférés par des personnes qui n’auraient pour la plupart pas le courage d’assurer le tiers de travail que représente une exploitation.


Rappel : Lors de la réunion cantonale de Rozenn Hars du 19 septembre 2013 à Lanslebourg, Michel Dantin, Député européen, expliquait qu’il serait difficile d’obtenir de réelles avancées "tant que le loup ne sera pas en forêt de Fontainebleau". Eh bien le loup pourrait bien atteindre Paris plus vite que prévu. Des attaques ont été constatées il y a une dizaine de jours à 200 km de la capitale, dans l’Aube et la Haute-Marne. Peut-être qu’alors, le dossier "loup" prendrait une toute autre tournure…

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 13:29

Ukraine-2013.JPGLe tirage au sort des barrages de la Coupe du Monde 2014 pour la zone Europe a été réalisé ce lundi 21 octobre 2013 à 14h à Zurich. L'équipe de France affrontera l'Ukraine, avec match retour à domicile. A priori, ca semble largement jouable...

 

Contraints de passer par les barrages pour espérer se qualifier pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil, les Bleus espèraient éviter le Portugal de Cristiano Ronaldo et dans une moindre mesure la solide formation de Croatie. Ils ont été exaucés puisqu'ils affronteront l'Ukraine les 15 et 19 novembre prochains.

 

A première vue, c'est plutôt une bonne nouvelle pour l'équipe de France, qui va affronter une nation qu'elle connait bien et face à laquelle elle reste sur un succès 2-0 lors de l'Euro 2012.

 

Surtout, cette équipe plutôt en vue sur la scène européenne dans les années 90 et 2000 a perdu de sa superbe depuis la retraite sportive de son attaquant vedette Andriy Chevtchenko.

 

Toutefois, il ne faudra pas considérer comme gagnée d'avance cette double confrontation face à un pays qui dans la foulée d'un Euro 2012 raté à domicile avait commencé les qualifications avec tellement de difficultés qu'il se croyait déjà éliminé.

 

Sauf qu'entre temps, Mikhail Fomenko, d'abord chargé de trouver un nouveau sélectionneur, a pris lui même la tête de l'équipe nationale, à laquelle il a su inculquer un nouvel état d'esprit, plus conquérant.

 

Pour preuve, l'Ukraine reste sur 6 victoires et 1 match nul lors de ses 7 derniers matchs.

 

Deuxièmes derrière l'Angleterre dans le Groupe H des qualifications, les "jaune et bleu" ont devancé le Monténégro et la Pologne, ainsi que les très modestes formations de Moldavie et de Saint-Marin.

 

En faisant preuve de sérieux et d'application devant le but comme lors de ses trois dernières sorties, l'équipe de France est en mesure de gagner son ticket pour Rio.

 

Pour positiver, on notera qu'en 7 confrontations, la France n'a jamais perdu face à l'Ukraine (4 victoires, 3 nuls).

 

Didier Deschamps, le sélectionneur, a parfaitement résumé les choses quelques minutes après le tirage au sort : "Il faut avoir beaucoup de confiance mais aussi respecter cette équipe d'Ukraine".

 

Les quatre rencontres des barrages de la zone Europe

 

Ukraine - France (aller en Ukraine et retour en France)

Portugal - Suède (aller au Portugal et retour en Suède)

Grèce - Roumanie (aller en Grèce et retour en Roumanie)

Islande - Croatie (aller en Islande et retour en Croatie)

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Sport
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 18:25

Nice---OM---octobre-2013.JPGBattu à deux reprises avant la trêve internationale par Dortmund et le PSG, l'Olympique de Marseille a enchainé une troisième défaite consécutive sur la pelouse de Nice (1-0) pour le compte de la 10e journée de Ligue 1.

 

La crise couve à Marseille. Après un début de saison encourageant en août et septembre, les hommes d'Elie Baup sont en train de passer complètement à côté de leur mois d'octobre.

 

Si perdre contre Dortmund et le PSG n'a rien d'alarmant au vu des effectifs des deux clubs, le déplacement à Nice devait servir à repartir de l'avant en récoltant un résultat positif.

 

Malheureusement, l'OM a fait preuve une nouvelle fois de suffisance dans le jeu et s'est heurté à un Ospina des grands soirs, auteur de plusieurs arrêts décisifs.

 

Les occasion de Gignac, Valbuena ou André Ayew à plusieurs reprises n'ont pas permis de débloquer le compteur marseillais.

 

En face, sur une erreur dont l'OM est malheureusement trop souvent coupable, Cvitanich a conclu dans le but vide suite à une passe parfaite de Traoré, à l'affût devant l'hésitation de Fanni pour relancer.

 

Le plus rageant est de voir cette équipe complètement amorphe, la même qui l'année dernière et encore il y a quelques semaines avait une grande motivation sur le terrain. Hormis quelques individualités, comme Valbuena, André Ayew ou encore Thauvin, on ne sent pas la volonté de se révolter pour montrer le vrai visage de l'OM, celui d'une équipe jeune mais prometteuse.

 

Aujourd'hui, deux arguments principaux sont montrés du doigt pour expliquer les mauvais résultats :

  • l'inefficacité de l'attaque marseillaise. Il est vrai qu'au-delà des premiers matchs où Gignac semblait en grande forme, c'est la panne sèche. Gignac, un temps blessé, peine à revenir à son meilleur niveau, Jordan Ayew est incapable de s'imposer à sa place et Khalifa, pourtant recruté pour doubler Gignac, n'a que rarement la chance de s'illustrer. Derrière le ou les attaquants, Payet a semblé en mesure de jouer les finisseurs avant de s'éteindre totalement, et les autres ne sont pas des buteurs dans l'âme. Assurément, les dirigeants marseillais vont devoir se poser la question d'un recrutement à ce poste au mercato d'hiver. A moins que d'ici là, Gignac ne retrouve sa fougue de l'an dernier.
  • le coaching d'Elie Baup. Depuis quelques semaines, l'entraineur de l'OM est sous le feu des critiques de la part des supporters. Ses choix tactiques et surtout son habitude de faire peu tourner son effectif alors que le calendrier est en ce moment très chargé sont pointés du doigt pour expliquer la mauvaise passe phocéenne. Le fait de s'acharner à vouloir faire jouer Jordan Ayew alors que ses performances ne plaidaient pas pour lui et que Saber Khalifa rongeait son frein sur le banc n'a pas du tout plu aux groupes les plus influents des virages du stade Vélodrome. Ce qui me semble personnellement de plus en plus évident, c'est qu'on ne sent pas une volonté des joueurs de "se défoncer" pour satisfaire leur coach. Baup n'est pas un meneur d'hommes, quelqu'un qui transcende son groupe. Sa position clairement fragilisée, Elie Baup va devoir rapidement reprendre le dessus, sans quoi Vincent Labrune et José Anigo devront se demander s'il est toujours l'homme de la situation, et si installer quelqu'un d'autre sur le banc est susceptible d'inverser la tendance.

 

En attendant, l'OM avec 17 points est 5e du classement et il est désormais urgent de relever la tête et de reprendre la marche en avant pour viser le podium derrière le PSG et Monaco.

 

Dès mardi, l'OM retrouve la Ligue des Champions avec l'ambition d'empocher ses premiers points face à Naples à domicile (match à suivre en direct sur Canal+ à 20h45). En Championnat, l'OM accueillera Reims samedi 26 octobre pour le compte de la 11e journée (match à suivre en direct sur Canal+ à 17h00).

 

Résumé du match OM - Nice

Ligue 1 - 10e journée

18 octobre 2013

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Sport
commenter cet article
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 09:45

Preparation-Marathon---octobre-2013--1-.jpgLe Marathon International de ski de fond de Bessans aura lieu dans moins de trois mois, les 11 et 12 janvier 2014.


Les organisateurs préparent une 33e édition espérée comme encore meilleure que les précédentes, avec 1 500 participants attendus et des nouveautés en prévision.


Cette semaine, des volontaires étaient mobilisés pour réaliser la mise sous enveloppes des brochures de présentation et d’inscription. Plusieurs séances ont été organisées à la salle rouge de l’Albaron.


Plus de 3 000 exemplaires vont ainsi pouvoir être expédiés en France et à l’étranger.

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Bessans
commenter cet article
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 07:48

La prévente des forfaits de ski "saison" du domaine de Bessans se déroulera du samedi 19 octobre au samedi 2 novembre 2013 inclus.


Un guichet sera ouvert à l’Espace Sportif Le Carreley du lundi au samedi de 13h30 à 17h30 et les samedis et dimanches du 10h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h30.

 

Voici les prix fixés pour 2013/2014 :

 

Titre 

Tarif prévente (en €)

Saison fond adulte

30,00*

Saison fond jeune

(12 à 16 ans inclus)

10,00**

Saison fond (- 12 ans)

GRATUIT

Saison alpin adulte

48,00

Saison alpin enfant

(5 à 11 ans inclus)

35,00

Saison alpin enfant

(3 et 4 ans)

22,00

Saison alpin (- 3 ans)

GRATUIT

 

* Le forfait saison fond adulte en tarif prévente n’a pas de réciprocité avec l’alpin. Tout autre forfait de ski Bessans adulte donne accès à l’ensemble du domaine (fond et alpin).

** Le forfait saison fond jeune n’a pas de réciprocité avec l’alpin (tarif plein ou prévente).

 

Plus d'informations au 04 79 05 96 65 ou au 04 79 05 36 05.

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Bessans
commenter cet article
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 06:00

Logo-Marathon-de-Bessans-2014.jpgA moins de trois mois de l'événement, l'organisation du Marathon International de ski de fond de Bessans 2014 s'accélère.

 

Afin d'assurer la réalisation des enveloppes pour l'envoi des brochures, des séances sont programmées cette semaine.

 

Les volontaires sont invités à se mobiliser nombreux pour permettre la réussite rapide de cette action.

 

Rendez-vous est donné à la salle rouge de l'Albaron :

  • mercredi 16 octobre de 15h00 à 18h30.
  • jeudi 17 octobre de 15h00 à 18h30.
  • vendredi 18 octobre de 15h00 à 18h30.

Pour plus d'informations, contactez le 04 79 05 42 84.

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Bessans
commenter cet article
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 21:50

France---Finlande---2013.JPGL'équipe de France de football a terminé deuxième de son groupe de qualification pour la Coupe du Monde 2014 et devra donc passer par un match de barrage pour décrocher son billet pour le Brésil.

 

Les Bleus de Didier Deschamps ont suscité ces derniers mois des sentiments tellement contradictoires : d'abord de l'espoir en tenant tête à l'Espagne, Championne du Monde en titre, puis le doute avec des résultats mitigés, de l'inquiétude en enchainant une longue période sans inscrire le moindre but, et finalement le bonheur en terminant par trois victoires sur des scores fleuves.

 

Tout d'abord, après un match nul presque synonyme de défaite face à la Géorgie (0-0), les Bleus ont su rebondir en battant la Biélorussie (4-2) au terme d'un duel compliqué mais qui a constitué un déclic pour le secteur offensif français.

 

En amical vendredi, les coéquipiers de Franck Ribéry n'ont fait qu'une bouchée de l'Australie, nation déjà qualifiée pour le Mondial 2014. Rapidement devant au score, les Tricolores ont inscrit six buts sans en prendre un seul pour une victoire convaincante et surtout la fin de plus de 1 200 minutes sans marquer pour Karim Benzema, auteur du dernier but du soir.

 

Ce mardi soir, l'équipe de France avait pour mission de l'emporter face à la Finlande au Stade de France afin d'assurer une place de barragiste et espérer une qualification directe en cas de contre-performance de l'Espagne.

 

Les Champions du Monde et d'Europe n'ont rien lâché face à une faible équipe de Géorgie. Vainqueurs 2-0, les hommes de Del Bosque ont conservé la première place du groupe et sont assurés de défendre leur titre au Brésil l'an prochain.

 

La France a elle réalisé un bon match en dominant facilement la Finlande (3-0) grâce à des buts de Ribéry, Toivio contre son camp et Benzema. Tout au long de la partie, l'influence de Ribéry sur le jeu français a sauté aux yeux.

 

Quel adversaire en barrage ?

 

Il faudra désormais pour l'équipe de France franchir le cap des barrages pour se qualifier pour la Coupe du Monde de football 2014. Cela n'est pas une surprise, la présence de l'Espagne dans le groupe des éliminatoires ayant laissé présager très tôt cette hypothèse.

En revanche, ce qui était moins prévu, c'est que les Français, seulement 25e au classement FIFA, ne seront pas tête de série parmi les huit barragistes. L'Ukraine devance les Bleus d'un petit point.

 

Le recours déposé par Noël Le Graët, Président de la Fédération Française de football, qui regrette un classement défavorable à la France en raison de sa présence dans un groupe qualificatif de cinq équipes au lieu de six (soit moins de matchs disputés) n'a que peu de chances d'aboutir d'ici le tirage au sort prévu lundi.

 

Parmi les barragistes européens, à savoir le Portugal, la Croatie, la Grèce, l'Ukraine, l'Islande, la Roumanie et la Suède, la France est susceptible de rencontrer les Portugais, les Croates, les Grecs ou les Ukrainiens.

 

Ce sera donc tout sauf une partie de plaisir, surtout dans le cas d'oppositions face au Portugal de Cristiano Ronaldo ou à une équipe de Croatie toujours très forte collectivement.

 

L'Ukraine, auteur de belles prestations lors des éliminatoires et devancée pour seulement un point par l'Angleterre, pourrait poser de gros soucis à la défense française.

 

Enfin, la Grèce, qui semble la plus faible sur le papier, a remporté huit de ses dix rencontres en éliminatoires. La Bosnie a dominé son groupe grâce à une meilleure attaque.

 

18 qualifiés sur 32 pour l'instant

 

Alors que la phase de qualification touche à sa fin dans toutes les régions du monde, on connait déjà 18 des 32 équipes qui participeront au prochain Mondial de football.

 

Zone Asie : Corée du Sud, Iran, Japon, Australie (qui dispute désormais les barrages en zone asiatique).

 

Zone Amérique du Sud : Brésil (pays organisateur), Argentine, Colombie.

 

Zone Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes : Etats-Unis, Costa Rica.

 

Zone Europe : Belgique, Italie, Allemagne, Pays-Bas, Suisse, Russie, Bosnie-Herzégovine, Angleterre, Espagne.

 

Parmi les pays encore en attente d'une éventuelle qualification, on compte :

 

Zone Asie : Jordanie (opposé en barrage au 5e de la zone Amérique du Sud)

 

Zone Amérique du Sud : Equateur, Chili, Uruguay (deux seront qualifiés directement, un disputera le match de barrage face à la Jordanie)

 

Zone Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes : Honduras, Mexique, Panama (entre le Honduras et le Mexique, l'un des deux sera qualifié directement, l'autre disputera un barrage face à la Nouvelle-Zélande, vainqueur de la zone Océanie. Le Panama ne peut plus se qualifier directement mais peut encore accéder au match de barrage).

 

Zone Europe : Portugal, Croatie, Grèce, Ukraine, France, Islande, Roumanie, Suède. Ces huit équipes se rencontreront dans quatre rencontres de barrage aller-retour pour connaître les quatre derniers qualifiés européens.

 

Zone Afrique : Ethiopie ou Nigéria, Côté d'Ivoire ou Sénégal, Tunisie ou Cameroun, Ghana ou Egypte, Burkina Faso ou Algérie. Cinq confrontations aller-retour décideront des cinq qualifiés africains. Avantage après les matchs aller au Nigéria, à la Côte d'Ivoire, à la Tunisie, au Ghana et au Burkina Faso.

 

Zone Océanie : Nouvelle-Zélande (opposé en match de barrage au 4e de la zone Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes).

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Sport
commenter cet article