Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Délégué de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Membre du Conseil d'Administration
du Centre "La Bessannaise"


Membre du Conseil d'Administration
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Membre du Conseil d'Administration
de Maurienne Expansion


Adhérent à Les Républicains


Membre du bureau de l'Association
"T.M Vivre en Vanoise"


Attaché parlementaire d'Emilie Bonnivard,
Députée de la Savoie


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 88 46 27 78

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : 345 rue du Capitaine Bulard
                        73300 SAINT-JEAN-DE-MAURIENNE

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

38e Marathon International de Bessans
7 et 8 janvier 2017

 

Agenda

Bessans
13 et 14 janvier 2018
Marathon de Bessans

 

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 22:25

OM---PSG---octobre-2012.jpg

L’Olympique de Marseille et le Paris-Saint-Germain ont fait match nul (2-2) en match de clôture de la 8e journée de Ligue 1. Gignac et Ibrahimovic ont tous deux inscrit un doublé. L’OM reste leader avec 3 points d’avance sur son rival et 4 sur l’Olympique Lyonnais.


Depuis 1994, on attendait un vrai « Clasico » opposant deux équipes bien placées en Championnat. Alors quand le leader du classement accueillait son dauphin, on espérait un grand match.


Cela a été le cas pendant 45 minutes de folie où les deux attaquants se sont largement illustrés.


Gignac a frappé le premier. Suite à une bonne passe en profondeur, il a su prendre le dessus sur Jallet et frapper entre ses jambes dans le petit filet opposé, hors de portée de Sirigu.


Mais quelques minutes plus tard, c’est un Vélodrome en ébullition que Zlatan s’est chargé d’éteindre.


D’abord à la réception d’un corner en prenant le dessus sur N’Koulou pour crucifier Mandanda. Ensuite sur un coup-franc des 30 mètres incroyable, même si pour le coup, le placement de Valbuena dans le mur n’est pas irréprochable.


Fort heureusement, « petit vélo » allait rapidement se remobiliser pour déposer un corner parfait sur la tête de Gignac, pour un but rappelant un peu celui de Basile Boli un jour de mai 1993.


Après une première mi-temps d’une telle intensité, on pouvait légitimement se demander si les 22 acteurs allaient être en mesure de tenir un tel rythme en seconde période.


Malheureusement, la fatigue s’est fait sentir et la partie a nettement baissé en intensité. Peu d’occasions à noter, si ce n’est quelques opportunités pour Gameiro, entré en jeu à la place d’un Pastore transparent, et André Ayew.


Au final, ce résultat est plutôt satisfaisant pour l’OM, qui a montré de bien meilleures choses dans le jeu que son adversaire. Sans son attaquant vedette, les Parisiens auraient sans aucun doute perdu cette rencontre. Car hormis Ibrahimovic, aucun joueur de la capitale ne peut se réjouir d’avoir réalisé une belle prestation. Pour écraser la Ligue 1 et briller en Ligue des Champions, le PSG a encore du travail.


Côté OM, on peut surtout souligner la performance une nouvelle fois très aboutie de Valbuena, véritable accélérateur du jeu marseillais. La prestation d’ensemble des Phocéens est prometteuse pour la suite de la saison. Ceux qui disaient jusque là que l’OM n’était capable de briller que face à des équipes de fin de tableau en ont pour leur frais.


Désormais, place à la trêve internationale. Le Championnat reprendra ses droits après la mi-octobre.


L’OM se déplacera sur la pelouse de la lanterne rouge Troyes le dimanche 21 octobre (match à suivre en direct sur Canal+ à partir de 21h).

 

Résumé du match OM - PSG

Ligue 1 - 8e journée

7 octobre 2012

 

 

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Sport
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 14:43

La-gauche-savoyarde.JPGLes jeunes UMP de Savoie ont lancé vendredi leur site Internet caricaturant les personnalités de la gauche savoyarde. Cet outil de communication a pour but entre autres de dénoncer la politique menée par les élus socialistes et leurs alliés.


Florian Maître, Président des Jeunes Populaires du département, était entouré notamment de Julien Donzel et Florian Bischopp pour présenter aux médias ce site Internet satirique.

 

On y trouve pêle-mêle le Ministre Thierry Repentin, la Maire de Chambéry Bernadette Laclais ou encore l’ancien ténor Louis Besson, présentés avec humour sous des traits caricaturaux.

 

Le site, réalisé par l’entreprise BF2i, comprend également une rubrique « 1 mois, 1 tweet », où des propos réels ou détournés diffusés sur le célèbre réseau social seront repris.

 

Les Jeunes Populaires comptent bien attirer l’attention sur les dérives de la politique du gouvernement et de la gauche savoyarde.

 

Ils espèrent également voir leurs rangs se garnir de nouveaux adhérents et sympathisants dans les semaines à venir.

 

Dès à présent, découvrez le site Internet « La Famille socialiste de Savoie ».
www.lagauchesavoyarde.com

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Actualité
commenter cet article
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 18:52

OM---Limassol---2012.JPGL’Olympique de Marseille s’est largement imposé (5-1) jeudi à domicile face aux Chypriotes de Limassol pour le compte de la 2e journée de la League Europa. Les nombreux changements dans l’équipe de départ n’ont pas vraiment posé de problèmes au club phocéen.


On attendait de la part d’Elie Baup des changements dans son onze de départ afin de permettre à quelques cadres de l’effectif de se reposer, il n’a pas déçu. « L’homme à la casquette » a largement remanié son équipe pour affronter les modestes footballeurs de Limassol.


Cela a permis aux jeunes et à certains joueurs en manque de temps de jeu de s’exprimer.


Ainsi, si Mandanda et la défense centrale N’Koulou – Fanni n’ont pas changé, les côtés étaient occupés par le jeune Baptiste Aloé et Lucas Mendes, dont c’était la première apparition. Tous deux ont offert une prestation intéressante, ponctuée par un but de la tête de la nouvelle recrue brésilienne.


Au milieu, Abdullah était titularisé aux côtés de Kaboré et Barton, une juste récompense pour celui qui n’a jamais déçu lors de ses entrées en jeu depuis le début de saison.


Barton, toujours suspendu dans les compétitions nationales, a réalisé un match plein, avec un rendement bien supérieur à celui entrevu à Fenerbahçe, ce qui donne de l’espoir pour les semaines à venir.


Enfin devant, Florian Raspentino était associé à Jordan Ayew pour alimenter en bons ballons Loïc Rémy, qui peine à revenir après sa lourde blessure.


Si l’ancien nantais n’a pas réellement brillé, le « petit » Ayew a démontré qu’il aspirait à être bien plus qu’un joker de luxe.


Et Rémy s’est lui largement rassuré en inscrivant un doublé.


Cela dit, la rencontre n’a pas été aussi facile que le score semble l’indiquer. Après un début de match catastrophique, les Marseillais semblant ne pas encore avoir digéré leur lourde défaite sur la pelouse de Valenciennes, Limassol parvint à ouvrir le score.


Il fallut attendre la 42e minute et une remise de la tête de Barton suite à un corner pour voir Fanni égaliser.

1-1   à la mi-temps, cela semblait très bien payé vue la domination chypriote.


Au retour des vestiaires, il n’y eut en revanche plus de contestation possible. Les Marseillais prirent peu à peu l’ascendant et parvinrent à faire céder la défense adverse sur un nouveau corner, avec cette fois Mendes à la conclusion.


La fin de match allait tourner à la correction. Rémy, en deux temps, réussit le but du break.


Après les entrées de Gignac et Valbuena, qui ont encore montré toute leur influence dans la réussite actuelle de l’OM, deux nouveaux buts vinrent ponctuer cette belle soirée.


Le premier fut l’œuvre de Gignac, d’une reprise de volée suite à un une-deux superbe avec Rémy.


Le second allait être inscrit par Rémy de près, opportuniste pour conclure après deux tentatives repoussées par l’arrière-garde de Limassol.


Gignac aurait pu lui aussi inscrire un doublé et par la même occasion un but d’anthologie. Après un redoublement de passes avec Valbuena sur le côté, l’attaquant phocéen enroula un ballon vers la lucarne opposée qui vint s’écraser sur le montant du but de Degra.


Avec cette large victoire, l’OM prend la tête de son groupe, devant les Turcs de Fenerbahçe, vainqueurs sur la pelouse des Allemands de Mönchengladbach (3-2).


Les Phocéens se sont surtout rassurés et savent désormais qu’ils peuvent compter sur chaque membre de l’effectif. De bon augure avant le grand rendez-vous face au PSG, dimanche soir.


Dimanche 7 octobre, l’OM reçoit le PSG au stade Vélodrome (match à suivre en direct sur Canal+ à 21h00).


Résumé du match OM – PSG

Ligue 1 – 8e journée

7 octobre 2012

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Sport
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 16:47

Valenciennes - OM - 2012Après six victoires en autant de matchs de Championnat disputés, l’Olympique de Marseille a lourdement chuté à Valenciennes (4-1) dimanche. L’OM reste en tête, mais sous la menace du PSG, qui se rendra au stade Vélodrome le week-end prochain.


On savait que l’état de grâce s’arrêterait forcément à un moment ou un autre. On espérait que ce soit le plus tard possible. C’est finalement Valenciennes qui lors de la 7e journée a mis fin au début de saison historique réalisé par Marseille.

 

On n’imaginait pas en revanche que la chute soit aussi brutale. Contre une équipe bien partie dans l’exercice 2012-2013 mais pas destinée à jouer le haut du tableau, il pouvait y avoir un piège. Cela a finalement tourné au fiasco.

 

Au terme d’une première mi-temps catastrophique, l’OM, jusque là si solide derrière, avait déjà craqué à trois reprises. Sans être outrageusement dominés, les Phocéens avaient perdus une grande partie de leurs espoirs de rentrer dans le sud avec un résultat positif.

 

Il faut dire que plusieurs joueurs sont passés au travers de leur rencontre. C’est là un doux euphémisme.

 

Sur le premier but, le coup-franc tiré par Danic va se loger dans la lucarne de Mandanda, impuissant. Seulement, on peut se demander pourquoi Morel, présent dans le mur et à l’origine de la faute, ne saute pas pour détourner cette frappe qui passe à quelques centimètres de lui.

 

Sur le second but, Fanni n’attaque pas le ballon qui lui est destiné et se fait devancer par Kadir, qui transmet sereinement à Le Tallec, seul face au but vide.

 

Et sur le troisième but, Mandanda, pourtant habitué aux prestations de haute volée, loupe complètement un dégagement à la main. Le ballon, au lieu de se retrouver au centre du terrain, retombe directement dans les pieds de Kadir, qui a l’entrée de la surface n’a plus qu’à cadrer entre les poteaux.

 

Après un tel coup de massue, la deuxième mi-temps tient de l’anecdote. Le quatrième but inscrit par Valenciennes en contre n’a qu’une valeur symbolique, de même que celui inscrit par Jordan Ayew au bout du temps additionnel.

 

Clairement, l’OM est passé au travers. Le résultat aurait même pu être plus lourd si Mandanda n’avait pas relevé la tête et sorti quelques parades impressionnantes.

 

Cela dit, cette déception ne doit en rien faire oublier l’excellent début de saison des Olympiens. Le classement est là pour rappeler qu’il n’y a absolument aucune raison de s’alarmer.

 

L’OM va simplement devoir continuer à travailler et parvenir à gérer ce premier moment difficile. Il n’y aura que peu de temps pour gamberger car dès jeudi, les Marseillais recevront Limassol en League Europa, avant le Classico face au PSG dimanche.

 

On ne le répètera jamais assez : il vaut mieux en prendre 4 une seule fois qu’1 seul mais dans quatre matchs différents.

 

Jeudi, l’OM accueille les Chypriotes de Limassol au stade Vélodrome pour la 2e journée de la League Europa (match à suivre en direct à 21h05 sur BeInSport). Dimanche, ce sera au tour du PSG de se rendre dans l’antre marseillaise (match à suivre en direct à 21h00 sur Canal+).

 


Résumé du match Valenciennes - OM

Ligue 1 - 7e journée

30 septembre 2012



Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Sport
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 17:22

pn-vanoiseVendredi 21 septembre 2012, le Conseil municipal de Bessans était invité à émettre un avis sur le projet de Charte du Parc National de la Vanoise (PNV). Sur les huit élus présents, cinq ont donné un avis réservé, trois un avis défavorable.

Voici quelques explications pour mieux comprendre ce qui pourrait amener les élus de Bessans à rejeter cette Charte lorsqu’une décision définitive sera demandée, au cours de l’année 2013.  


En 2006, une nouvelle loi portant sur les parcs nationaux a été votée dans le but d’introduire davantage de démocratie dans le fonctionnement des parcs nationaux français, dont fait partie le PNV. Il s’agissait notamment de préciser la réglementation concernant la « zone cœur » (celle à plus forte naturalité) et de redonner du sens au concept de « zone périphérique » (ce qui gravite autour de la zone cœur et qui devient une « aire d’adhésion »).  

Parmi les dispositions de la loi, il est prévu d’établir une charte, en concertation avec les acteurs locaux notamment, pour donner un sens réel à cette aire adhésion.

 

Le projet de Charte a fait l’objet d’une large concertation, sans que son contenu n’apparaisse aujourd’hui satisfaisant pour de nombreuses communes concernées.

Le Conseil Général de la Savoie, invité à donner son avis sur le projet actuel, a d’ailleurs émis de sérieuses réserves sur la recevabilité de la Charte par les communes.


Avant d’évoquer les points que je considère comme négatifs, il convient de souligner les aspects positifs :

  • La présence des élus dans le Conseil d’Administration du PNV a été renforcée, ce qui garantit davantage de démocratie dans la gestion et les prises de décisions.
  • Il y a une réelle volonté d’œuvrer pour un développement durable et de prendre en compte la problématique environnementale.
  • Concernant la zone cœur du PNV, qui est imposée par la loi et que les communes ne peuvent pas rejeter, il n’y a pas de modification majeure de son zonage et de sa réglementation. La volonté que cette zone soit dédiée à une protection très forte du patrimoine naturel, culturel et paysager est louable.
  • Entre la délimitation de la zone cœur et de l’aire d’adhésion, on y voit assez claire. La proposition d’une aire d’adhésion qui correspondrait aux limites géographiques de la commune de Bessans ne suscite pas d’objections particulières.
  • L’adhésion d’une commune à la Charte du PNV ne devrait pas remettre en cause (c’est en tout cas ce qui est affirmé) les règles du droit commun qui s’appliquent aux domaines de la chasse, de la pêche, de l’agriculture, de l’artisanat et des activités touristiques et économiques.
  • Le maire garderait l’autorité pour valider les permis de construire, sans consultation préalable du directeur du PNV.

Seulement, au-delà de ces points positifs, il reste aujourd’hui de nombreux éléments qui ne permettent pas selon moi d’émettre un avis favorable :

  • La durée de validité de la charte serait de 15 ans maximum, avec une réflexion sur sa révision à partir de 12 ans. Une commune peut choisir d’adhérer tous les 3 ans. Seulement, lorsqu’elle est engagée, elle l’est pour toute la durée de la Charte. Cette rigidité ne permet donc aucunement à une commune de réviser sa position ou de rediscuter certains points.
  • Le projet de charte tel que proposé à ce jour a une portée générale qui ne permet pas de prendre position sereinement. Le document comporte plus de 200 pages, ce qui n’aide pas à dissiper le flou. S’il est bien mentionné que « chacun doit se retrouver dans le sens commun qui sera donné à la Charte. C’est la traduction d’un projet de territoire. », il est aussi indiqué que « la Charte étant un document de cadrage, elle n’a pas vocation à être précise ». Ce manque de précision suscite évidemment des inquiétudes sur le fait que « chacun s’y retrouve ».
  • La charte prévoit des contrats individualisés pour préciser les objectifs spécifiques et les projets particuliers des communes qui le souhaiteront. Il est également mentionné que « pour ne pas disperser les moyens disponibles et diminuer leur efficience, un programme de travail pluriannuel et renouvelable doit être élaboré pour identifier les priorités d’action et d’intervention dans la durée de la Charte ». Seulement, il n’y a ni détails sur la méthode de création de ces documents, ni échéance fixée. Il est légitime que les élus veuillent savoir où ils vont avant de valider la Charte.
  • Cette Charte du PNV manque également de précisions sur les moyens financiers mis en œuvre. Difficile de valider un projet de Charte qui ne comporte aucun chiffrage, et qui est donc susceptible d’entrainer progressivement une charge financière non négligeable pour les communes.
  • Le code de l'environnement précise que les documents d'urbanisme (qui portent sur un zonage précis et des prescriptions claires) doivent être compatibles avec la Charte du PNV (au caractère très général). Cette compatibilité n’apparait pas évidente à trouver. La Charte sera bien sûr opposable aux documents d’urbanisme.
  • Lorsque l’on évoque ce que le PNV peut apporter aux communes, plusieurs réponses sont apportées : l’image, la notoriété, une capacité d’ingénierie pour les projets des communes, des financements spécifiques et une valeur ajoutée économique et sociale.
    Si le PNV dispose aujourd’hui d’une notoriété non négligeable, une commune qui déciderait de ne pas adhérer pourrait de toute manière communiquer sur le fait qu’une partie de la commune est située en zone cœur et que la commune est ainsi « proche » du PNV. Il y a peu de chances que le touriste s’attache au fait que la commune fasse partie de l’aire d’adhésion, car ce qui l’importe est avant tout l’environnement dans lequel il va se trouver.
    Rappelons aussi que le PNV, lors de sa création, avait notamment pour vocation de favoriser l’implantation des jeunes en privilégiant le recrutement de locaux. Cette notion s’est pourtant effritée peu à peu, ce qui laisse sceptique sur la valeur ajoutée économique et sociale.
    Mais surtout, concernant les financements spécifiques, il semble clairement établi que les aides apportées aux communes par des organismes divers, notamment la Région et le Département, seraient moins faciles à obtenir et même moins conséquentes pour les communes qui rejetteraient la Charte. Espérons qu’il ne s’agisse pas là d’une forme de chantage pour en dernier recours obliger les communes à dire oui par nécessité économique. Il conviendra de porter une grande attention à cela.
  • Enfin dernier point, et pas des moindre, la Charte prévoit une cartographie de l’état des différents espaces du territoire, afin de déterminer les zones à protéger et celles ouvertes à un développement, notamment touristique. Lors de rencontres avec des représentants du PNV, les élus de Bessans avaient clairement exprimé leur souhait de voir les zones d’Andagne, de la Buffaz, de la Mottuaz et de l’Albaron comme potentiellement ouvertes à un développement touristique à moyen terme.
    Si la demande a été entendue pour Andagne, il n’en a pas été de même pour les autres espaces, qui restent à ce jour des zones de forte naturalité ou d’activité pastorale. Cela ne favorise pas la poursuite d’un travail constructif dans un climat de confiance.

    Il n’est pas concevable, si l’on ne veut pas compromettre l’avenir de la station, de valider un projet qui pourrait à l’avenir bloquer une possibilité de développement touristique par la création ou l’extension d’un nouveau domaine de ski alpin.

 

Il reste un an environ avant que les élus soient invités à se prononcer sur la validation ou non de la Charte et donc leur adhésion ou non au PNV. Entre temps, une enquête publique va être lancée, vraisemblablement en novembre.  
ll est à espérer que de nouvelles discussions auront lieu et que des modifications seront consenties avant le vote des communes, sans quoi le rejet parait inévitable.  

 

La décision qui devra être prise par les élus est de première importance. Car comme cela est clairement écrit « l’avis conforme du Parc National de la Vanoise est requis dans l’aire d’adhésion pour les aménagements qui auraient un impact direct sur le cœur du Parc ». Cette phrase, en cas de validation de la Charte, ouvre la porte à de nombreuses interventions du PNV. Il faut donc faire preuve d’une extrême vigilance.

Car en cas de désaccord sur un projet, le dossier pourra être porté devant le tribunal administratif et donc éventuellement mettre à mal les initiatives d’une commune.  

 



Je ne souhaite pas à ce jour entrer dans une situation de blocage, alors qu’il reste quelques mois pour que ce projet de Charte évolue. J’espère que le bon sens et la volonté d’une négociation ouverte et concrète l’emporteront et amèneront de nouvelles discussions, dans un climat de confiance réciproque.

J’ai donc personnellement émis un avis « réservé » sur le projet de Charte actuel. Dans l’attente de nouvelles évolutions, tout à fait indispensables.

 

 

Retrouvez de nombreuses informations concernant le projet de Charte du Parc National de la Vanoise sur le site Internet proposé par le PNV.

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Bessans
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 11:46

Il y a quelques semaines, beaucoup prédisaient pour l’OM une saison très difficile.


Immanquablement comparé à son grand rival parisien, il faut dire que le club phocéen ne présentait pas toutes les garanties pour jouer le haut du tableau : départ de Didier Deschamps, absence de Ligue des Champions, budget très limité, transferts de joueurs essentiels, effectif restreint et contraint…


Seulement, le football a ce charme que rien n’est écrit d’avance. Et l’équipe que l’on imaginait à la dérive caracole aujourd’hui en tête du championnat, avec six victoires en autant de rencontres.


Je ne pense pas que l’on puisse parler de chance pour expliquer ce début de saison historique. Les statistiques attestent de la domination marseillaise à tous les niveaux.


L’état d’esprit conquérant et tourné vers le collectif, le retour en forme de Gignac et l’adaptation réussie des nouvelles recrues et des jeunes promus en équipe première font partie des explications crédibles à la dynamique actuelle.


Certes les formations affrontées jusque-là ne sont pas les meilleures de France, mais certains « gros » devraient y laisser des points au cours de la saison. Et il y a fort à parier que l’année dernière, certaines de ces rencontres, l’OM les auraient perdues.


Seulement, ce constat positif ne doit pas faire plonger les supporters dans un optimisme béat.


L’effectif reste très limité, il n’y a qu’à observer le banc de touche au début des rencontres. Les joueurs qui y figurent ont certainement de la qualité. Seulement, ils sont souvent très jeunes, inexpérimentés, et ce n’est pas leur faire injure que de ne pas les placer au niveau des remplaçants des principaux rivaux de l’OM.


L’enchaînement des rencontres de championnat et d’Europa League, avec en plus les coupes nationales, va faire mal aux organismes dans les semaines à venir.


Si on ajoute à cela les éventuelles blessures qui parfois bouleversent complètement l’équilibre d’un groupe, il est évident que l’OM aura du mal à maintenir un tel rythme dans les mois à venir.


Marseille a sans aucun doute les moyens de réaliser une belle saison, à condition de ne pas courir plusieurs lièvres à la fois.


Elie Baup devra laisser les jeunes accumuler de l’expérience dans certaines compétitions, à défaut de jouer la gagne.


Entre une place sur le podium de Ligue 1, un bon parcours en Europa League, une nouvelle ligne au palmarès de la Coupe de France ou la défense des trois titres consécutifs en Coupe de la Ligue, les dirigeants marseillais devront trancher. L’importance économique d’une qualification en Ligue des Champions orientera forcément leur choix.


Car si aucun choix n’est fait, le risque sera alors de tout perdre et de finir la saison avec pour seul souvenir positif celui d’une époque où l’OM trônait fièrement en tête de la Ligue 1 !

 

 

Cet article a été rédigé pour contribuer à des débats lancés par Eurosport sur plusieurs clubs de Ligue 1. Pour l'OM, la question était : "L'OM est-il surcoté ?". Une large partie de ma contribution a été publiée sur le site Internet d'Eurosport ce vendredi 28 septembre 2012.

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Sport
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 07:49

Guerre d'Algérie, guerre d'indépendance - 2012L’association des « Anciens appelés en Algérie et leur Amis Contre la Guerre » (4ACG), dont fait partie Victor Personnaz, habitant de Bessans, a récemment publié un ouvrage baptisé « Guerre d’Algérie, guerre d’indépendance – paroles d’humanité ».

 

Cette association a été créée en 2004 par d’anciens combattants d’Algérie souhaitant consacrer leur retraite à témoigner des méfaits du colonialisme et à mettre en place des actions symbolisant la paix et l’espoir.

 

Dans cet ouvrage consacré à la guerre d’Algérie (1954-1962), plus de soixante témoignages, algériens et français, ont été collectés. La grande force du livre réside dans la diversité des récits. Des combattants, des harkis, des pieds-noirs, des réfractaires, des médecins, des infirmières et bien d’autres personnes mêlées de près ou de loin à ce conflit armé ont été interrogées.

 

Le projet de départ a été enrichi par la collaboration d’historiens et d’associations.

 

A la lecture des 471 pages, nul doute que des habitants de Bessans et de toute la Maurienne, dont bon nombre ont été appelés en Algérie, retrouveront une partie de leur vécu et pourront le faire partager à leurs proches.

 

Les préfaces sont signées par les historiennes Ouanassa Siari Tengour et Raphaëlle Branche.

 

« Guerre d’Algérie, guerre d’indépendance – paroles d’humanité » est paru aux éditions de L’Harmattan dans la collection « Histoire de vie » au prix de 28 euros.

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Bessans
commenter cet article
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 17:44

Dessinateur-large.jpg

C'est souvent dans les explications les plus simples que résident les meilleures vérité. En quelques lignes, que certains jugeront criantes de vérité, d'autres très libérales, voici le résultat de l'application de l'idéologie socialiste.

 

Un professeur émérite d’économie affirme n’avoir jamais recalé le moindre étudiant lors de l’examen de fin d’année. Il n’y a eu qu’une exception, une année où sa classe entière a échoué.


Cette classe était absolument convaincue que le socialisme est une idéologie qui fonctionne et que tendre vers un système égalitaire parfait, sans pauvre ni riche, est une bonne solution.


Le professeur dit alors : « OK. Nous allons donc mener une expérience du socialisme dans cette classe. A chaque contrôle, on fera la moyenne de toutes les notes et chacun recevra cette note. Ainsi personne ne ratera son contrôle et personne n’aura de très bons résultats. Un système égalitaire parfait. »


Au premier contrôle, on fit donc comme prévu la moyenne des notes de tous les élèves de la classe et tout le monde obtint un 13/20.

Les élèves qui avaient travaillé dur n'étaient pas très heureux, au contraire de ceux qui n'avaient rien fait et qui étaient ravis.

 

A l'approche du deuxième contrôle, les élèves qui avaient peu travaillé en firent encore moins, tandis que ceux qui s'étaient donné de la peine pour le premier test décidèrent de lever le pied et de moins réviser. La moyenne de ce contrôle fut de 9/20 ! Evidemment, personne n'était satisfait.

 

Quand arriva le troisième contrôle, la moyenne tomba à 5/20.

 

Les notes ne remontèrent pas par la suite, alors que fusaient remarques acerbes, accusations quant à ces mauvais résultats et noms d'oiseaux, dans une atmosphère épouvantable. Plus personne ne voulait faire quoi que ce soit si cela devait bénéficier à quelqu'un d'autre plutôt qu’à lui.


A leur stupéfaction, tous les élèves ratèrent leur examen final.


Le professeur leur demanda alors s’ils comprenaient les raisons de cet échec.


C’est simple : l’être humain est disposé à se sacrifier en travaillant dur quand la récompense est attractive et justifie l’effort. Mais quand cette récompense est retirée, plus personne à terme n’est prêt à faire le moindre effort pour atteindre l’excellence. Au bout du compte, l’échec est général.


Voici en conclusion un petit extrait d’un ouvrage d’Adrian Rogers, auteur américain, datant de 1984. Cela résume parfaitement les choses :


« Vous ne pouvez pas apporter la prospérité au pauvre en la retirant au riche. Tout ce qu'un individu reçoit sans rien faire pour l'obtenir, un autre individu a dû travailler pour le produire sans en tirer profit.

Tout pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu'il a préalablement confisqué à d'autres.

Quand la moitié d'un peuple croit qu'il ne sert à rien de faire des efforts car l'autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu'il ne sert à rien d'en faire car ils bénéficieront à d'autres, cela mes amis, s'appelle le déclin et la fin d'une nation. On n'accroît pas les biens en les divisant. »

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Insolite
commenter cet article
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 20:25

OM---Evian---2012.JPGVisiblement un peu fatigués par leur  match éprouvant de jeudi en League Europa, les Marseillais ont tout de même réussi à s’imposer à domicile face à Evian Thonon Gaillard (1-0) lors de la 6e journée de Ligue 1. La série de victoires en Championnat se poursuit.


En ce début de saison où tout leur sourit, à défaut d’être brillants, les Olympiens savent aussi se contenter du minimum. Et cela suffit amplement au bonheur des supporters.

 

A peine 72 heures après un match nul arraché sur la pelouse des Turcs de Fenerbahçe (2-2), la crainte d’Elie Baup était évidemment un éventuel manque de fraîcheur de son équipe.

 

Il ne s’est pas beaucoup trompé au regard d’un début de match poussif, mais aussi d’une fin de rencontre où beaucoup de joueurs attendaient avec impatience le coup de sifflet final.

 

Entre les deux, les Olympiens ont tout de même démontré que leur début de saison quasiment parfait ne devait rien au hasard.

 

Plus entreprenants dans le jeu, plus précis dans les enchaînements et plus incisifs dans les duels, les coéquipiers de Steve Mandanda ont encore largement profité du rendement impressionnant de Mathieu Valbuena.

 

Et sur un coup-franc frappé au premier poteau par « petit vélo », Morgan Amalfitano parvint à couper le ballon pour le catapulter au fond des filets.

 

En faisant preuve d’une sérénité absolue en défense et en profitant des jolis arrêts de Mandanda sur les rares moments chauds, l’unique but inscrit, sans se donner au maximum, a suffit aux Marseillais pour l’emporter.

 

Cela fait donc 6 matchs pour autant de victoires en Ligue 1 cette saison. Petit à petit, le club phocéen trace sa route et se rapproche des meilleurs débuts de saison réalisés en Championnat de France.

La gestion de l’effectif semble pour le moment tout à fait convaincante. Chacun a du temps de jeu pour s’exprimer, certains joueurs sont économisés à bon escient, notamment en fin de match (c’était le cas de Valbuena ce dimanche, sorti à la 60e minute).

 

Il faudra bien cela pour tenir la distance et l’accumulation des rencontres nationales et européennes.

 

L’OM est en tout cas solidement installé en tête de la Ligue 1, avec (déjà) 18 points. Un total que les Marseillais avaient atteint l’an passé… au terme de la 13e journée (le 6 novembre) !

 

Dimanche 30 septembre, l’OM se déplacera à Valenciennes pour le compte de la 7e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur BeInSport à partir de 14h).

 

 

Résumé du match OM - Evian

Ligue 1 - 6e journée

23 septembre 2012

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Sport
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 22:50

Droit-de-vote-etrangers.jpgDepuis plusieurs jours, le droit de vote des étrangers est au cœur des discussions au sein du pouvoir socialiste.

 

François Hollande l’avait promis. Il semble bien déterminé à tenir parole dès 2013… Dommage, car pour une fois que nous n'en restons pas au stade des promesses, l'action envisagée n'a absolument rien de positif.

 

Son projet consiste à permettre aux étrangers ayant une nationalité extérieure à l’Union européenne de voter lors des prochaines élections locales (municipales, cantonales et régionales).

 

En France, à l’heure actuelle, seuls les ressortissants européens ont le droit de participer aux scrutins locaux. Cela s’explique de manière simple : ils sont citoyens européens.

Par réciprocité, les Français peuvent voter dans les mêmes conditions dans les autres pays d’Europe. Elargir le droit de vote aux étrangers extra-communautaires, c’est mettre à mal ce principe de réciprocité.

 

Parmi les arguments avancés par les socialistes pour modifier la loi, le plus fréquent est le fait que ces étrangers payent leurs impôts. Cela ne tient pas debout. Le droit de vote ne s'achète pas, il fait partie d'un ensemble de droits accordés au citoyen français.

 

Ce que la gauche ne veut surtout pas admettre, c’est que donner le droit de vote aux étrangers à partir de 2013 est pour elle un moyen de tenter de conserver le pouvoir dans de nombreuses communes aux élections municipales de 2014.

Le vote des étrangers penchant à priori en faveur des socialistes - d’autant plus si ce sont ces derniers qui leur ont donné accès aux urnes - le risque d’une éventuelle « vague bleue » serait ainsi limité.

 

C'est ce que l'on appelle "privilégier les intérêts d’un clan en sacrifiant des principes fondamentaux de notre République". Car donner le droit de vote aux étrangers, c’est remettre en cause le lien indissociable entre citoyenneté et droit de vote.

 

Sur un sujet d’une telle importance, susceptible d’avoir de conséquences majeures dans les années à venir, il est indispensable que François Hollande consulte les Français en organisant un référendum.

 

 

L’UMP, par la voix de son secrétaire général Jean-François Copé, a d’ores et déjà réagi et lancé une grande pétition nationale, sur proposition de Damien Meslot, Député du Territoire de Belfort. La forte fréquentation sur le site Internet de l'UMP pour signer cette pétition a rapidement provoqué mercredi une saturation. Le problème a été rapidement résolu et en à peine 24 heures, plus de 40 000 signatures ont déjà été recueillies.

 

Pour dire NON au vote des étrangers et OUI au droit de vote lié à la nationalité française (ou à la citoyenneté européenne concernant les scrutins locaux), dès à présent :



    SIGNEZ LA PETITION ET FAITES-LA SIGNER AUTOUR DE VOUS !

Repost 0
Published by Jérémy TRACQ - dans Actualité
commenter cet article