Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Membre du bureau du
Syndicat du Pays de Maurienne



Président de la
Mission Locale Jeunes Pays de Maurienne



Vice-président
du Centre "La Bessannaise"



Adhérent à Les Républicains


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré


 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
24 au 26 juin 2022
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 22:05

L’Olympique de Marseille disputait ce jeudi son dernier match européen de la saison, avec l’assurance d’être éliminé de la League Europa. Elie Baup avait donc choisi de faire largement tourner son effectif pour le déplacement chez les Chypriotes de Limassol. Les habituels remplaçants, renforcés par de jeunes minots, ont été largement battus 3-0.


Il y a des matchs qui ne font pas rêver, mais alors pas du tout. Celui disputé par l’OM ce jeudi en est un bel exemple. Il y avait là tous les arguments pour ne pas donner envie de s’intéresser à une rencontre de football : une compétition européennes qui peine à galvaniser les foules, une équipe de l’OM déjà éliminée, un adversaire de faible niveau lui aussi éliminé, un stade d’assez faible envergure, un effectif marseillais largement remanié et même un temps capricieux.


Autant dire que même pour un supporter pur et dur, il était vraiment difficile de suivre avec attention ce match. Alors ne parlons même pas pour les autres…


Toujours est-il qu’Elie Baup a au moins eu le mérite d’annoncer clairement via son onze de départ que cette rencontre n’avait pour lui aucune importance, si ce n’est de donner du temps de jeu à ses remplaçants et de voir quelques jeunes faire leurs premiers pas avec le maillot phocéen.


Au coup d’envoi, parmi les titulaires, seul Abdallah faisait déjà partie du onze de départ lors du dernier match européen.

Aux côtés du revenant Rémy et du trop souvent suspendu Fanni, on trouvait Lucas Mendes, Abdullah et Raspentino mais aussi N’Diaye, M’Bow, Jobello et Omrani. Bracigliano suppléait Mandanda dans les buts.

 

Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour comprendre que cet OM n’avait que très peu de chances de l’emporter. Imprécis, sans créativité, les Marseillais, proches du niveau CFA 2, ont traversé cette rencontre comme des fantômes.


Après avoir longtemps résisté, l’arrière-garde a cédé une première fois sur corner après une erreur énorme de Bracigliano, trop souvent habitué aux « sorties à l’anglaise ».


En seconde période, ce triste match s’est poursuivi sur le même rythme, avec des Olympiens incapables de s’approcher des buts chypriotes et régulièrement mis en difficultés par les attaques adverses.


En fin de rencontre, les Marseillais encaissèrent deux nouveaux buts qui portèrent le score final à 3-0.


Il n’y aura pas de grands enseignements à tirer de cette rencontre, si ce n’est la confirmation que l’OM doit faire cette année avec un effectif limité, au sein duquel les jeunes ont encore beaucoup à apprendre.


Les échéances européennes terminées, les Phocéens vont désormais pouvoir se consacrer pleinement aux deux compétitions nationales restantes : la Coupe de France et surtout le Championnat.


Dimanche, l’OM accueille Lorient pour le compte de la 16e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Canal+ à 17h00).

 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 16:44

Brest - OM - décembre 2012Après sa désillusion face à Lyon mercredi (défaite 4-1), l’Olympique de Marseille s’est bien repris en l’emportant ce dimanche sur la pelouse de Brest (2-1). En profitant des faux-pas de plusieurs de ses adversaires, l’OM prend seul la deuxième place de la Ligue 1.


Les Marseillais avaient bu la tasse mercredi face à Lyon, il fallait absolument réagir. Et il faut dire que Brest n’était pas l’adversaire idéal pour cela. Les Bretons, incapables de l’emporter à l’extérieur, étaient invaincus sur leur pelouse depuis le début de la saison.


Pourtant dès l’entame de match, bien que toujours privés de Gignac, les Phocéens ont semblé en mesure de poser des problèmes à la défense adverse.


Dans l’entrejeu, le quatuor Cheyrou - Amalfitano, et surtout Valbuena – Barton, laissait entrevoir de belles choses.


Il fallut pourtant attendre la demi-heure de jeu pour voir les Marseillais être récompensés de leurs efforts. Suite à un corner de Valbuena, Jordan Ayew lança Barton sur la gauche dont la passe en retrait permit à Souleymane Diawara d’ajuster une frappe parfaite. Un sacré bol d’air pour le défenseur sénégalais après son match raté face à Lyon.


Malheureusement, comme trop souvent cette saison, les hommes d’Elie Baup allaient ensuite se relâcher et laisser les Brestois reprendre confiance. Juste avant la pause, Morel sauva sur la ligne une frappe qui prenait la direction du but. Mais il ne put que repousser le ballon sur Benschop, dont la tête au six mètres finit au fond des filets.


En seconde période, la bonne entente entre Valbuena et Barton allait se confirmer et faire beaucoup de mal au milieu de terrain adverse. C’est de ses deux joueurs là qu’allait venir le but décisif. Valbuena fut l’auteur d’un décalage parfait pour Barton. Seul face au gardien, l’Anglais fit preuve d’altruisme pour transmettre à André Ayew, qui n’eût plus qu’à pousser le ballon dans le but.


L’OM allait ensuite tenir bon jusqu’à la 94e minute, pour infliger à Brest sa première défaite à domicile de la saison.


Pas de doute, avec Valbuena et Barton, l’OM a trouvé un milieu de choc qui devrait faire très mal dans les semaines à venir si leur complicité se confirme.


Le PSG a été battu à Nice (2-1), Saint-Etienne n’a pu ramener qu’un point d’Ajaccio (0-0) et Bordeaux a été tenu en échec dans les ultimes minutes par Sochaux (2-2). Les Olympiens sont donc seuls à la 2e place désormais, avec 29 points, soit deux de retard sur Lyon, qui caracole en tête après sa nouvelle victoire face à Montpellier (1-0).


Dimanche 9 décembre à 17h00, l’OM accueille Lorient au stade Vélodrome pour le compte de la 16e journée (match à suivre en direct sur Canal+). Saint-Etienne et Lyon se rencontreront le même jour à 21h00 à Geoffroy-Guichard.


Résumé du match Brest – OM
Ligue 1 - 16e journée
2 décembre 2012

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 13:55

Ski Bessans-copie-1Les passionnés de ski nordique vont avoir le sourire. La station de Bessans ouvre officiellement son domaine skiable ce week-end.

 

Ces derniers jours, plus de 75 centimètres de neige sont tombés sur le village, permettant aux services de la station de damer l’ensemble des 133 kilomètres de pistes de ski de fond.

 

Dès jeudi, les premiers irréductibles arpentaient déjà le plateau du Carreley. A partir d’aujourd’hui, les forfaits sont vendus à demi-tarif à l’Espace Sportif Le Carreley, avant le passage à plein tarif ce samedi.

 

Tous les services nécessaires au bon fonctionnement du domaine sont assurés.

 

Pour plus de renseignements, contactez l’Espace Sportif Le Carreley au 04 79 05 96 65.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 01:04

OM - OL - novembre 2012Sur une pelouse du stade Vélodrome rendue très difficile à pratiquer par la pluie tombée les heures précédentes, l’Olympique de Marseille a subi un revers cinglant face à l’Olympique Lyonnais mercredi (4-1), en match en retard de la 10e journée de Ligue 1. Au classement, l’OM occupe la 3e place.

L’image du Président de l’OM Vincent Labrune rigolant dans la loge officielle alors que ses joueurs étaient en train de se faire corriger par l’adversaire du soir a fait le tour du web. Ce qui est clair, quelle que soit la raison de ce sourire, c’est qu’il devait bien être le seul à réussir à montrer un peu de joie côté marseillais.

Personnellement, j’ai vécu une soirée cauchemardesque devant ma télévision. Une soirée attendue avec impatience mais que l’on a finalement vite envie d’oublier.

Dès le début de rencontre, le scénario négatif s’est dessiné avec un penalty sifflé pour une faute de Mandanda sur Gomis, bien lancé suite à une stupide perte de balle.

A 1-0, le jeu s’est ensuit équilibré et les Marseillais, sous l’impulsion notamment de Valbuena, auraient pu recoller au score.

Mais peu avant la mi-temps, une intervention ratée de Diawara permit à Gomis de doubler la mise.

A la mi-temps, les espoirs marseillais étaient déjà en partie douchés, mais les hommes d’Elie Baup revinrent sur le terrain décidés à vendre chèrement leur peau. On y a cru quelques minutes. Le temps pour l’inépuisable Steed Malbranque de tromper une nouvelle fois Mandanda d’une reprise de volée parfaite.

Les Olympiens, complètement dépassés en défense et dans l’entre-jeu, allaient même subir l’humiliation en fin de rencontre, Gomis réussissant un triplé d’un « pointu » imparable.

Seule satisfaction de la soirée, Loïc Rémy, qui reprend progressivement le rythme, a trouvé le chemin des filets pour sauver l’honneur.

Après cela, comme pour mieux témoigner de l’infériorité marseillaise, Fanni laissa échapper sa frustration d’un tacle rageur qui lui valut une expulsion immédiate.

Clairement, il n’y avait pas photo entre Marseille et Lyon sur cette rencontre. Sans louper leur match, les Phocéens sont tout simplement tombés sur une équipe revancharde après sa claque reçue à Toulouse (3-0) et qui a offert le meilleur football vu en Championnat de France depuis le début de la saison.

Les erreurs évitables de plusieurs joueurs ont permis aux hommes de Rémi Garde de donner de l’ampleur à un succès incontestable.

En cette fin d’automne, l’OM montre ses limites, que ce soit au niveau de la profondeur d’effectif ou de la qualité de jeu.

Malgré cela, il reste tout à fait dans la course aux places européennes et même au titre de Champion. 3e à 2 points de l’OL et à égalité avec le PSG, les Marseillais peuvent continuer d’espérer remporter la Ligue 1. Un costume qui, au regard du match contre Lyon, semble toutefois un peu trop grand…

Dimanche 2 décembre à 14h00, l’Olympique de Marseille se déplace en Bretagne, sur la pelouse de Brest, pour le compte de la 15e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct à 14h00 sur BeInSport).


Résumé du match OM - OL
Ligue 1 - 15e journée
28 novembre 2012

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 00:28

OM - Lille - novembre 2012L’Olympique de Marseille, éliminé jeudi de la League Europa, s’est bien repris dimanche soir en l’emportant à domicile face à Lille (1-0) pour le compte de la 14e journée de Ligue 1.


Parti quelques jours loin de France pour un voyage, j’ai tout de même suivi avec assiduité l’actualité de l’Olympique de Marseille. Depuis sa victoire à face à Ajaccio pour le compte de a 11e journée de Ligue 1, l’OM a malheureusement confirmé les craintes qui pesaient sur la fin d’automne avec un effectif restreint.

 

Confronté à plusieurs blessures plus ou moins longues (Diawara, Gignac, Rémy, Valbuena…) et à des suspensions (J.Ayew, Amalfitano, Barton…), Elie Baup a du faire avec les moyens du bord pour composer son équipe lors des rencontres face à Mönchengladbach, Nice, Bordeaux, Fenerbahçe et Lille.

 

Ainsi, des visages inhabituels, parfois même inconnus, ont fait leur apparition avec le maillot ciel et blanc. Omrani, Jobello et surtout Apruzesse ont beaucoup fait causer dans le monde du ballon rond !

 

Forcément, dans ces conditions, il était difficile d’espérer de grands résultats.

 

L’OM a pourtant été très proche de l’emporter face à Mönchengladbach en Coupe d’Europe et Nice en Championnat, mais a du concéder à chaque fois dans les dernières minutes le match nul (2-2).

 

Contre Bordeaux, avec une absence totale d’attaquants de niveau Ligue 1, les Marseillais se sont battus comme ils ont pu avant de finalement céder sur le score de 1-0. La série noire à Chaban-Delmas, un stade où l’OM n’a plus connu la victoire depuis plus de 30 ans, continue…

 

Mais la plus grande frustration de ces dernières semaines est sans contestation possible l’élimination prématurée en League Europa. Quasiment obligé de remporter ses deux derniers matchs de groupe pour espérer poursuivre son aventure européenne, l’OM a perdu à domicile face aux Turcs de Fenerbahçe (1-0), au terme d’un match pourtant largement dominé.

Menés au score suite à un retourné acrobatique imparable, les Phocéens ont tout fait pour revenir en seconde période, mais ont malheureusement combiné maladresse et malchance, sans parler des arrêts réalisés par le gardien adverse.

Avant même la dernière journée contre les Chypriotes de Limassol, les Marseillais sont éliminés. Elie Baup va au moins pouvoir donner aisément du temps de jeu à ses jeunes et laisser souffler ses cadres dans une rencontre sans enjeu.

 

La grande satisfaction reste que l’OM ne s’est pas laissé abattre. Ce dimanche face à Lille, un adversaire direct pour la qualification en Ligue des Champions, les coéquipiers de Mandanda (auteur d’un match énorme) ont montré de très belles choses. Ils ont su profiter de leur supériorité numérique après l’expulsion de Balmont pour inscrire un but précieux dès le début de la seconde période, J.Ayew ajustant parfaitement sa tête suite à un centre de Valbuena.

 

Puisqu’il faut toujours positiver, malgré la déception des éliminations en League Europa et en Coupe de la Ligue, on peut dire que c’est peut-être « un mal pour un bien ».

J’avais dit en début de saison que l’OM pouvait réaliser une belle saison à condition de ne pas jouer sur tous les tableaux. Les choses ont au moins le mérite d’être clarifiées.

 

A un mois à peine de la trêve hivernale, les Marseillais savent désormais que la priorité absolue sera le Championnat. Ils vont pouvoir se concentrer pleinement sur la Ligue 1, dont ils occupent la tête à égalité de points avec le PSG, avec un match en moins. La Coupe de France, qui débutera en janvier, pourra elle-aussi être jouée à fond.

 

Mercredi, l’OM accueille Lyon pour le match reporté de la 10e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct à 21h00 sur Canal+).

 

 

Résumé du match OM - Lille
Ligue 1 - 14e journée
25 novembre 2012


 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 15:59

pn-vanoiseLe projet de Charte du Parc National de la Vanoise a fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines. Les communes concernées ont exprimé massivement leurs réserves ou leur rejet. Afin que cela dépasse le cadre des conseils municipaux,  une association de défense des usagers du Parc a été lancée le 16 novembre dernier.


L’objectif de l’association « Tarentaise – Maurienne, vivre avec le Parc de la Vanoise », créée à l’initiative de Didier Manoury, Louisette Polycarpe et Michel Gros, est de fédérer l’ensemble des réticences exprimées sur le projet de charte actuel, en Maurienne et en Tarentaise.


Lorsque j’ai eu contact avec Didier Manoury au mois d’octobre, ayant porté un fort intérêt à l’évolution du dossier « charte du PNV », ce projet d’association a immédiatement retenu mon attention.


Il me semble en effet que c’est bien dans ce type d’union rassemblant les élus locaux mais englobant un cadre plus large que réside la bonne solution pour « peser » sur les administrations.


La volonté de mettre en lumière les nombreux passages de la charte posant souci et de remettre en cause la méthode « technocratique » utilisée pour la rédaction du projet me semble louable.


J’ai moi-même eu déjà l’occasion de relever des points du projet ne permettant pas aujourd’hui aux communes de se prononcer favorablement. Vous pouvez les retrouver dans l’article « Charte du Parc National de la Vanoise : vers un rejet massif ? ».


Il ne s’agit pas de pratiquer une opposition systématique, de s’astreindre au blocage de toutes les discussions, mais bien d’agir pour faire entendre le rejet du projet actuel et la nécessité d’y apporter des modifications et des évolutions en profondeur.


Lors de l’assemblée générale constitutive organisée à Termignon, plus de cinquante personnes étaient présentes. Didier Manoury a été élu président et un conseil d’administration a été mis en place afin que l’association puisse œuvrer très rapidement pour éviter que le projet ne soit pas adopté « en force », même en cas de refus au niveau local.


Un voyage prévu de longue date ne m’a pas permis d’être présent, mais j’ai bien entendu décidé d’apporter mon entier soutien à cette association en y adhérant.


Adhérer à l’association « T.M Vivre en Vanoise », c’est se positionner dans la défense des intérêts locaux plutôt que ceux des grandes organisations écologistes qui ne voient la réalité du Parc que de leurs lointains bureaux, avec des postures avant tout idéologiques.


A cet effet, j’en profite pour souligner que le message (dont l’essentiel est contenu dans l’article  « Charte du Parc National de la Vanoise : quand les élus écologistes s’en mêlent… ») que j’avais adressé à Madame Claude Comet, Conseillère Régionale Rhône-Alpes d’Europe Ecologie Les Verts, suite à son article intitulé « Parc de la Vanoise : la montagne ou les stations de ski, les élus ont choisi » , est à ce jour resté sans réponse. De là à croire qu’il y a là une volonté d’éviter de débattre avec les personnes réticentes au projet vivant sur le terrain, il n’y a qu’un pas…

 

 Téléchargez le bulletin d'adhésion à "T.M Vivre en Vanoise"

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 19:47

Eco-des-Pays-de-Savoie---PMC.jpgL’Eco des Pays de Savoie, hebdomadaire économique consacré aux départements de Savoie et de Haute-Savoie, consacre dans son n°46/1221 une double page à Pierre-Marie Charvoz, Maire de Saint-Jean-de-Maurienne.

 

Dans cet entretien réalisé par la journaliste Sophie Boutrelle, il est principalement question de deux dossiers majeurs pour lesquels Pierre-Marie Charvoz estime qu’il y a urgence : le Lyon-Turin Ferroviaire et l’avenir de l’usine Rio-Tinto Alcan.

 

D’autres sujets concernant Saint-Jean-de-Maurienne et la vallée sont également évoqués, dans les domaines de l’urbanisme, du développement touristique, de la culture et du mieux vivre ensemble notamment.

 

Pierre-Marie Charvoz se veut confiant pour l’avenir de la vallée, en mettant en valeur les domaines dans lesquels il existe un développement effectif ou potentiel.

 

Dès à présent, découvrez l’interview en intégralité.

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 12:55

LOGO_UMP.jpgCe dimanche, l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) aura un nouveau président. Enfin… Les adhérents sont invités à choisir entre François Fillon et Jean-François Copé. Six motions sont également soumises au vote des militants, ainsi que la charte des valeurs réactualisée.


Le président


Pour ma part, le choix du président est acté depuis plusieurs semaines. Mon suffrage se portera sur François Fillon. L’ancien Premier ministre me paraît s’imposer comme le leader naturel depuis le retrait de Nicolas Sarkozy suite à l’élection présidentielle.

 

Mon choix en faveur de François Fillon s’appuie sur plusieurs arguments :

  • Il est clair et droit dans ses positions, honnête dans sa manière de faire de la politique et loyal (il a pu le démontrer pendant cinq ans aux côtés de Nicolas Sarkozy dans des conditions pas toujours évidentes).
  • Il a prouvé sa capacité d’action. En tant qu’élu local puis en tant que Ministre et Premier Ministre, il a démontré une vraie compétence pour porter les dossiers majeurs. Il est à l’origine de nombreuses réformes très importantes menées depuis 2002, qu’il a su porter avec assurance et habileté.
  • Il est rassembleur. Au-delà d’une volonté de rassembler l’UMP, on sent en lui la conviction de pouvoir étendre le mouvement, de rallier aussi bien au centre qu’à l’extrême droite, sans pour autant sacrifier les valeurs de notre mouvement. Surtout, François Fillon me semble davantage tourné vers les Français que vers les adhérents du parti, ce qui est indispensable.
  • Malgré les intentions que l’on a pu lui prêter, François Fillon a toujours fixé pour priorité les prochaines échéances électorales de 2014 et 2015. Il n’a pas anticipé sur la prochaine élection présidentielle et a fixé un calendrier clair, dans l’intérêt général et pas celui de sa personne.
  • L’équipe dirigeante annoncée en cas de victoire me semble compétente avec Valérie Pécresse (Secrétaire générale) et Laurent Wauquiez (Vice-président). Placer Eric Ciotti, que l’on aurait imaginé plus proche de Jean-François Copé, au poste de Secrétaire général adjoint, peut paraître surprenant mais est une forme d’ouverture au sein du parti.

Cependant, il ne s’agit pas de faire l’apologie de François Fillon et de dénigrer Jean-François Copé. Ce dernier est assurément un homme de valeur dont la droite aura besoin dans les semaines à venir. Il a pour lui d’être dynamique, battant, n’ayant pas peur des mots, capable d’incarner une opposition farouche au pouvoir socialiste. Il me semble cependant parfois trop centré sur sa volonté de réussir, de ressembler à Nicolas Sarkozy. Et il a du mal à se faire une stature de chef d’Etat au-delà des frontières de l’UMP.

 

Les motions


Concernant les motions, j’ai pris le temps de largement « décortiquer » leurs propositions au cours de mes trajets vers Malte. J’ai longuement hésité sur mon choix, et j’ai finalement choisi de ne voter pour aucune des six motions présentées.

 

Simplement car après analyse, je ne suis pas convaincu du bien fondé de l’existence de motions au sein de l’UMP. N’oublions pas que le système des motions a causé beaucoup de problèmes et de divisions au sein du Parti socialiste il y a quelques années, et je crains qu’il en soit de même dans quelques temps à l’UMP.

 

Depuis la création du grand parti de droite républicaine en 2002, il a toujours été possible de s’exprimer, de donner des avis au sein du mouvement. Le débat a existé, les différentes sensibilités ont été prises en considération, il n’y a aucune raison pour que cela ne continue pas.

 

Je crains qu’en érigeant officiellement « des mouvements au sein du mouvement », on divise plus que l’on rassemble.

 

Je suis convaincu que notre parti a avant tout besoin d'un chef, choisi démocratiquement, appuyé par les militants. A lui ensuite d’impulser la dynamique, de prendre en compte les avis et les tendances et de s’entourer d’une équipe capable de rassembler. Cela n’exclut en aucun cas le débat au sein du parti.

 

De plus, je trouve dommage que l’on puisse imaginer avoir ce soir un président avec une motion majoritaire potentiellement éloignée de ses principales idées. Si nous choisissons un leader, laissons-lui les moyens de tenter de mettre en œuvre ses idées.

 

Cependant, à la lecture des programmes des six motions, je ne peux pas dire que toutes me laissent insensible. J’ai tendance à me retrouver davantage dans les idées avancées par la « droite sociale » et la « droite forte ».

 

La « droite sociale » a un dynamisme incontestable, des prises de positions fermes et abouties. Elle s’inscrit dans la lignée sarkozyste que j’approuve depuis plus de cinq ans.

 

La « droite sociale » a pour force d’être proche des attentes de la population, ses propositions sont claires et au fait de toutes les réalités que vivent aujourd’hui des millions de Français.

 

Les autres motions présentent pour moi le « défaut » d’être soit trop militante, soit trop patriote, soit trop basée sur de grands concepts, soit trop éloignée des réalités actuelles.

 

Mais globalement, les six motions n’ont pas des discours très opposés. On dit sur beaucoup de sujets les mêmes choses en le formulant différemment. Les divergences sont palpables davantage sur la forme que sur le fond.

 

Je considère donc, comme une des six motions le dit bien, que « ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise ». Je préfère donc être avant tout un adhérent au grand parti qu’est l’UMP. Il me semble que ceux qui ne se reconnaissent pas dans l’UMP dans toutes ses composantes ont toujours la possibilité de se retirer et d’éventuellement adhérer à un autre parti.

 

La charte des valeurs


Pour finir, dans le même registre que la phrase précédente, il me semble logique en adhérent au parti de valider sa charte des valeurs. Sinon, il faut se retirer.

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 20:17

11-novembre-2012.jpgLa cérémonie du 11 novembre s’est déroulée en fin de matinée, après la messe dominicale, devant le Monument aux Morts.

 

Les chantres ont ouvert la commémoration par le « De Profundis ».

 

Monique Robert, Maire-adjointe, ainsi que des enfants de l’école, ont ensuite procédé à la lecture des messages officiels.

 

La liste des Bessanais « morts pour la France » a été rappelée. Comme à l’accoutumée, les pompiers volontaires étaient présents pour cette cérémonie, conclue par un dépôt de gerbes et une minute de silence.

 

Félix Personnaz a été décoré par le nouveau président de la section des anciens combattants du village, Germain Grosset, en reconnaissance à ses 25 ans de dévouement au monde des anciens combattants.

 

L’apéritif a été offert par la Commune dans la salle verte de la mairie.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 22:25

Ajaccio - OM - novembre 2012Quatre jours après son élimination en Coupe de la Ligue face au Paris-Saint-Germain (2-0), l’Olympique de Marseille a retrouvé goût à la victoire en allant s’imposer à Ajaccio sur le même score. Un résultat qui lui permet de recoller en tête de la Ligue 1.

 


Toutes les séries ont une fin. L’OM l’a rappelé par deux fois cette semaine.

 

Mercredi soir, battu sur la pelouse du Parc des Princes, les Marseillais ont dit adieu au trophée qu’ils détenaient depuis trois ans. Après douze victoires consécutives en Coupe de la Ligue, ils ont du s’incliner face à leur ennemi intime au terme d’un match malheureux.

 

Les Olympiens ont fait jeu égal avec leurs adversaires, certes privés d’Ibrahimovic (laissé au repos), jusqu’à la demi-heure de jeu.

 

Ils ont ensuite été victimes d’une décision d’arbitrage contestable de la part de Monsieur Gautier, qui a décidé d’un pénalty et de l’expulsion de Rod Fanni pour une faute pourtant commise en dehors de la surface et ne mettant absolument pas en danger l’intégrité physique de l’attaquant.

 

Ce fait de jeu a assurément eu son importance, les Olympiens se retrouvant en infériorité numérique et avec un but de retard après la transformation du pénalty par Thiago Silva.

 

Par la suite, les Marseillais ont eu beaucoup de mal à résister aux assauts adverses et ont logiquement cédé en début de seconde période sur une frappe de Menez, bien lancé dans la profondeur par Pastore.

 

Le poteau de Benoît Cheyrou en fin de match aurait pu redonner espoir aux Marseillais, mais il restera finalement anecdotique.

 

Dimanche, l’OM a heureusement mis fin à une autre série, moins glorieuse : celle de trois défaites consécutives toutes compétitions confondues (face à Troyes, à Mönchengladbach et  au PSG).

 

En déplacement à Ajaccio pour la 11e journée de Ligue 1, les hommes d’Elie Baup ont su faire preuve de patience pour construire un succès mérité.

 

Malmenés en première période, ils ont su résister grâce notamment au talent de Steve Mandanda, pour finalement faire la différence lors du second acte.

 

André Ayew, de la tête, a été le premier à trouver l’ouverture, dans une position typique d’attaquant. Il a été imité en fin de rencontre par son frère Jordan, bien servi dans la surface par Mathieu Valbuena.

 

Avec cette victoire, les Marseillais reviennent à hauteur du PSG avec 22 points et un match de retard (celui reporté face à Lyon). Le PSG a été battu à domicile par l’AS Saint-Etienne (2-1). Il n’y a donc plus d’équipe invaincue en Ligue 1 cette saison.

 

Dès jeudi, l’OM retrouve la League Europa en accueillant le Borussia Mönchengladbach (ALL) au stade Vélodrome (match à suivre en direct sur BeInSport à 19h00). 

En Championnat, l’OM recevra Nice dimanche 11 novembre à 14h00 (match à suivre en direct sur BeInSport).

 

Résumé du match Ajaccio - OM 

Ligue 1 - 11e journée 

4 novembre 2012

Partager cet article
Repost0