Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 23:57

OM---PSG---novembre-2011--2-.jpgQuatre jours après son match raté en Ligue des Champions face à l’Olympiakos, l’Olympique de Marseille a infligé une véritable correction au Paris-Saint-Germain au stade Vélodrome, dans le match au sommet de la 15e journée de Ligue 1. L’addition est lourde pour le club de la capitale : 3-0 !


 

Tout indiquait que l’OM allait vivre une soirée cauchemardesque face à son public dimanche soir, à l’occasion de l’accueil du PSG en Championnat.

 

Un OM en plein doute face à un PSG coleader…

 

Un OM à l’effectif peu satisfaisant depuis le début de la saison face à un PSG version Qatar renforcé par de véritables stars…

 

Un OM fatigué par une rencontre de Ligue des Champions cette semaine (perdue en plus) face à un PSG reposé et fixé sur ce fameux « Classico »…

 

Pourtant, le football possède ce charme d’être plein de surprises. Les résultats les plus évidents ne sont que rarement ceux qui sont finalement affichés en fin de rencontre dans le stade.

 

Mercredi, tous les spécialistes s’accordaient à dire que l’OM serait qualifié pour les huitièmes de finale de la Champions League à l’issue de sa rencontre face à l’Olympiakos. Il n’en fut rien. Marseille devra patienter et pourrait même ne pas voir le printemps européen.

 

Ce dimanche, beaucoup prédisaient à l’OM un cauchemar, dans un stade Vélodrome rempli mais hostile à une équipe en manque de résultats.

 

Dès la 8e minute, ce pronostic a volé en éclats. Après un début de match délicat, les Phocéens ont ouvert le score par l’intermédiaire de Loïc Rémy, à la réception d’un centre parfait d’Azpi.

 

Ce but a libéré les Olympiens, qui ont ensuite dominé la rencontre de bout en bout. Hormis sur une frappe de Camara sur le poteau, Mandanda n’a jamais été inquiété.

 

Fort logiquement, Amalfitano, titularisé à la place de Valbuena, puis A.Ayew, ont corsé la note pour des Parisiens dépassés, à l’image de Gameiro et Pastore, invisibles et sortis à l’heure de jeu par un Kombouaré dépité et plus que jamais en danger.

 

Que l’OM remporte cette rencontre me paraissait possible. Mais pas sur un score aussi fleuve !

 

Quel bonheur que de voir le Vélodrome et ses supporters en effervescence, acclamant leur équipe, chambrant l’ennemi et communiant de longues minutes avec les joueurs en fin de rencontre.

 

Didier Deschamps, qui a choisi ces derniers jours d’écarter Gignac en raison de son comportement, et ce soir de laisser Valbuena et Cheyrou sur le banc, doit jubiler. Il a souhaité muscler son entrejeu. L’issue du match lui donne raison.

 

Reste maintenant aux Marseillais à montrer la même envie et la même maîtrise à chaque match pour espérer retrouver le haut du tableau.

 

Montpellier, désormais seul leader, l’a facilement emporté à Sochaux (3-1). Lille a dominé Brest (2-0), Lyon s’est imposé à Auxerre (3-0) et Rennes est venu à bout d’Evian (3-2).

 

Vendredi 2 décembre (en raison du match décisif de Ligue des Champions la semaine suivante), l’OM se déplacera à Caen pour le compte de la 16e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Foot+ à partir de 20h00).

 

 

Résumé du match OM - PSG

27 novembre 2011

 

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 23:36

Federer-Masters-2011.jpgLe Suisse Roger Federer a remporté son 6e Masters en dominant Jo-Wilfried Tsonga en finale (6-3, 6-7, 6-3). Il devient ainsi le joueur le plus titré en Masters. Tsonga a longtemps cru à l'exploit.

 

En deux semaines, le numéro un français est tombé trois fois face au même adversaire. En pleine bourre en cette fin de saison, Tsonga n'a pourtant pas réussi à prendre en défaut un Federer impressionnant de constance et de sérénité.

 

Dimanche, il a certainement livré le plus abouti de ses trois matchs. Bien entré dans la rencontre, le Manceau a répondu sans problème aux attaques de son adversaire, avant de céder son service très facilement à 4-3.

 

Dans le deuxième set, mené 5-4 avec service à suivre pour Federer, on a cru l'issue finale toute trouvée. Tsonga a pourtant trouvé les ressources pour effacer le break puis pour l'emporter au bout d'un jeu décisif crispant.

 

Malheureusement, un peu fatigué par ses efforts pour revenir dans la partie, il n'a pas été en mesure de tenir la distance lors du troisième set.

 

Federer remporte son 6e Masters et fait donc mieux que Llendl et Sampras.

 

Tsonga se consolera en terminant la saison sur de très bons résultats et au 6e rang mondial. Le "Top Five" n'a jamais semblé aussi proche pour lui. Rendez-vous est pris pour 2012...

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 01:05

Tsonga-Masters-2011--2-.jpg

10 ans après Sébastien Grosjean, Jo Wilfried Tsonga est le deuxième Français à se hisser en finale du "tournoi des Maîtres". Il a parfaitement maîtrisé sa demi-finale face au Tchèque Tomas Berdych (6-3, 7-5). L'ultime duel face à Roger Federer s'annonce palpitant.

 

Tsonga y croyait. Il avait annoncé avant le début de la compétition se sentir capable de grandes performances à Londres. Le Manceau avait raison d'avoir confiance en lui. Il a brillamment décroché samedi soir son billet pour la finale du Masters 2011.

 

Face à Tomas Berdych, tombeur de l'Espagnol David Ferrer lors de son ultime match de poule (ce qui a provoqué l'élimination prématurée du Serbe Novak Djokovic), Tsonga n'a pas tremblé, ou presque.

 

Dans le premier set, il a su rapidement prendre l'ascendant et se détacher au score, concluant à 6-3.

 

Le deuxième set fut plus disputé. Le numéro un tricolore a perdu son efficacité en première balle et n'a du son salut qu'à plusieurs grossières erreurs de son adversaire dont il a su pleinement profiter.

 

Ce soir, Tsonga va retrouver sur sa route le fantastique Roger Federer, pour la troisième fois en deux semaines ! A chaque fois, l'ancien leader du classement ATP a pris le dessus. Il semble sur un nuage en cette fin de saison, totalement à l'inverse de joueurs comme Nadal ou Djokovic qui ont montré des signes évidents de fatigue.

 

Federer partira avec les faveurs des pronostics. A "Jo" de leur donner tord en réalisant un nouvel exploit pour décrocher son premier titre majeur. Il priverait par la même occasion son adversaire d'un sixième succès au Masters, ce qui constituerait un record (5, actuellement codétenu par Federer avec Llendl et Sampras).

 

Comme dirait un ami dont je tairai le nom (par souci de ne pas mettre en doute publiquement son sens de l'humour :-) ) : "les résultats de Tsonga, c'est bueno, bueno, bueno" !

 

Le match Tsonga - Federer aura lieu ce dimanche à 18h30 (à suivre en direct sur Orange Sport).

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 23:46

Tsonga-Masters-2011.jpgAu terme d'un match couperet de toute beauté, Jo Wilfried Tsonga a obtenu jeudi soir son billet pour les demi-finales du Masters de Londres aux dépends de l'Espagnol Rafael Nadal (7-6, 4-6, 6-3). Le Français connaîtra vendredi le nom de son adversaire.

 

C'est un véritable exploit que vient d'accomplir Jo Wilfried Tsonga. Avant lui, seuls deux Français avaient réussi à se hisser dans le dernier carré du tournoi des Maîtres : Grosjean en 2001 et Simon en 2008. Le numéro 6 mondial confirme qu'il est capable de tout lors des grands rendez-vous.

 

Battu par le Suisse Rodger Federer lors de son entrée dans le tournoi, Tsonga a renversé la vapeur en dominant Mardy Fish, avant de mettre à terre le numéro 2 mondial pour la seconde fois de la saison.

 

Dominateur dans le jeu, le Manceau a arraché difficilement un tie break dans la première manche, avant de parfaitement négocier ces quelques points très importants (7-2).

 

Lors de la deuxième manche, on a cru revoir un scénario identique, chaque joueur négociant bien son jeu de service. Malheureusement, Tsonga "offrit" facilement sa mise en jeu à 5-4.

 

Mais peu perturbé par ce loupé qui aurait pu être le tournant du match, il a su se ressaisir pour piquer deux fois le service de Nadal en début de troisième set.

 

A 5-2, avec pratiquement partie gagnée, on a bien cru que Tsonga n'allait pas réussir à conclure, après avoir commis trois double-fautes. Mais dans la foulée, il su prendre des risques pour éliminer le Majorquin sur son propre service.

 

Nadal quitte le Masters, unique compétition majeure qu'il ne possède pas à ce jour à son palmarès. Il lui faudra patienter encore au moins un an de plus. Mais l'Espagnol va ainsi pouvoir sereinement préparer la finale de la Coupe Davis du début décembre.

 

Pour Tsonga, après son superbe parcours à Paris-Bercy, la fin de saison devient un rêve. Vendredi, il saura qui de Ferrer, Berdych ou Djokovic se dressera sur la route qui mène à la finale.

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 23:12

OM---Olympiakos.jpgAu terme d’un match très mal négocié, l’Olympique de Marseille s’est incliné à domicile face aux Grecs de l’Olympiakos Le Pirée (1-0). Marseille jouera sa qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions lors d’un déplacement périlleux sur la pelouse du Borussia Dortmund (All) pour le compte de la sixième et dernière journée de la phase de poules.


 

Toujours à la peine en Championnat, l’OM avait une nouvelle occasion de confirmer qu’il est capable de présenter un tout autre visage en Champions League. L’accueil de l’Olympiakos au Vélodrome devait permettre aux Phocéens de valider leur billet pour les huitièmes de finale.

Il ne suffisait pour cela que de gagner sans que Dortmund l’emporte à Arsenal ou de tenir un match nul en cas de défaite allemande en terre anglaise. Rien d’improbable me direz-vous.


Pourtant, Marseille, qui n’en est plus à une contre-performance près depuis le début de saison, est passé au travers.


Didier Deschamps avait décidé d’aligner Kaboré et Traoré aux postes de latéraux plutôt qu’Azpi et Morel, régulièrement décevants. Cela n’a pas changé grand-chose… Les Olympiens ont souffert d’entrée et n’ont du plusieurs fois leur salut qu’à la sérénité de la charnière N’Koulou – Diawara et surtout à un Mandanda des très grands soirs !


Devant, l’OM a été incapable de se donner les moyens de débloquer la situation, les frères Ayew, Valbuena et Rémy ne parvenant pas à se frayer un passage dans la défense adverse.


Mais Marseille a surtout raté sa gestion de fin de rencontre. Se voyant en incapacité de forcer la décision, on attendait de l’OM une solidité absolue pour éviter de concéder la défaite (d’autant que dans le même temps, l’info selon laquelle Arsenal avait ouvert le score face à Dortmund se répandait dans les tribunes).


Mais à force de subir et de reculer, les Marseillais ont fini par céder sur un mouvement parfait des attaquants grecs. Mandanda ne pouvait pas retarder éternellement la sentence !


Touchés dans leur orgueil, les Phocéens ont tenté de revenir au score, trop tard. Diarra et Rémy eurent tous deux leur chance d’offrir l’égalisation de la tête, mais en vain.


Malgré la défaite 2-0 de Dortmund, Marseille n’a pas réussi à obtenir sa qualification. Les Français restent deuxièmes du groupe et devront faire bien mieux dans 15 jours à Dortmund. Les Allemands joueront leur dernière chance avec l’obligation de battre sèchement l’OM pour espérer se qualifier.


Pour Marseille, il faudra faire aussi bien que l’Olympiakos, complètement relancé dans la course à la qualification.


Seule certitude, Arsenal ne peut plus être rejoint en tête.

 

L'OM sera qualifié à l'issue de la sixième et dernière journée si :

• il s'impose à Dortmund.

• il fait match nul à Dortmund et, dans le même temps, l'Olympiakos ne bat pas Arsenal.

• il perd à Dortmund (mais pas plus de 3-0) et dans le même temps l'Olympiakos ne gagne pas contre Arsenal. L'OM devra alors conserver un meilleur goal average général que l'Olympiakos. S'il y a égalité au goal average, c'est l'équipe qui aura marqué le plus de buts qui passera en 8e.

 

En attendant, après la défaite à Montpellier et la contre-performance de ce mercredi, l'OM va border le choc face au PSG dimanche avec l'obligation absolue de l'emporter, sous peine de replonger dans une crise à peine terminée.


Les autres clubs français


Pour Lyon, la qualification est sérieusement compromise. Tenus en échecs à Gerland par l’Ajax Amsterdam, les Rhodaniens devront gagner, espérer une défaite de l’Ajax et refaire un écart de 7 buts pour voir les huitièmes de finale. Une mission quasi impossible.


Lille, que tous les observateurs croyaient perdu, s’est au contraire complètement relancé. Victorieux dans le froid de Moscou face au CSKA (2-0), les joueurs de Rudi Garcia ont leur destin en main. Une victoire à domicile face aux Turcs de Trabzonspor lors de l’ultime journée leur assurera une qualification.

 

 

Dimanche, l'OM accueille le PSG au stade Vélodrome pour le choc de la 15e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Canal+ à 21h00).


Découvrez tous les résultats et les classements des groupes de la Ligue des Champions sur le site d'Eurosport.

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 08:35

 

AG2R---FDJ.JPGDeux formations cyclistes françaises ont été admises en World Tour pour la saison 2012. AG2R La Mondiale, seule représentante en 2011, a vu son bail parmi l'élite du cyclisme mondial renouvelé. La formation de Vincent Lavenu est rejointe par la FDJ de Marc Madiot.

 

C'est une véritable délivrance pour l'équipe professionnelle FDJ. Première au classement Europe Tour en 2011 avec un total de 28 victoires, l'équipe emmenée notamment par Sandy Casar, ambassadeur de la Ville de Saint-Jean-de-Maurienne, nourrissait de sérieux espoirs de retrouver sa place au plus haut niveau.

 

Après plusieurs semaines de tension, la bonne nouvelle a été confirmée lundi par l'Union Cycliste Internationale (UCI). Trois licences restaient à attribuer parmi la liste des candidats. AG2R et FDJ ont tiré leur épingle du jeu.

 

Le cyclisme français espérait même réussir la passe de trois avec la formation de Thomas Voeckler, Europcar. Malheureusement, le dossier a été rejeté. La dernière place est revenue aux basques d'Euskaltel-Euskadi.

 

Jean-René Bernaudeau et sa bande ont prouvé cette année qu'il était possible de faire de grandes choses sans figurer dans le World Tour. En attestent les performances énormes de Voeckler et Rolland sur la Grande Boucle, entre autres.

 

Mais il est vrai qu'une place en première division assure à AG2R et à la FDJ le droit de s'aligner au départ des trois grands tours, de toutes les classiques et des principales autres courses. Europcar devra chaque fois espérer des invitations.

 

Le World Tour compte donc à cette heure 16 équipes. Le nombre peut grimper jusqu'à 18. Les dossiers de GreenEdge et RadioShack sont en attente. Des documents supplémentaires doivent être examinés. La réponse devrait être connue rapidement.

 

 

Les seize équipes retenues à cette heure en première division pour 2012 :

  • AG2R La Mondiale
  • Astana
  • BMC
  • Euskaltel-Euskadi
  • FDJ
  • Garmin
  • Katusha
  • Lampre 
  • Liquigas
  • Lotto
  • Movistar
  • Omega Pharma/Quick Step
  • Rabobank
  • Saxo Bank
  • Sky
  • Vacansoleil

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 08:01

Montpellier---OM.JPGLe retour en forme de l'Olympique de Marseille a été stoppé par Montpellier samedi. A l'occasion de la 14e journée de Ligue 1, les Olympiens ont été dominés par la plus petite des marges (1-0) au stade de la Mosson.

 

Après avoir quelque peu comblé son retard sur ses principaux rivaux à la faveur de résultats positifs avant la trêve internationale, l'OM avait l'occasion de se replacer définitivement au classement en se déplaçant à Montpellier, équipe de haut de tableau, pour un match "à six points".

 

Au lieu de revenir à six unités des Montpelliérains, les hommes de Didier Deschamps se retrouvent à la fin de cette journée à 12 longueurs du co-leader, au 10e rang.

 

La faute à l'incapacité flagrante des Phocéens à porter véritablement le danger sur le but adverse. Dans une rencontre rarement enthousiasmante, seule la charnière centrale a été à la hauteur.

 

Autour de Diawara et N'Koulou, Azpi et Morel ont été incapables de tenir leur couloir. Le secteur offensif n'a pas été plus en verve. L'attaque a souffert d'un manque d'animation, A.Ayew et Amalfitano ayant clairement manqué leur match.

 

En première période, seul Loïc Rémy aurait encore pu jouer les pompiers de service s'il n'avait pas manqué sa conclusion après avoir éliminé Ospina, le gardien niçois.

 

Il a ensuite fallu attendre la dernière demi-heure et l'entrée de Gignac pour voir des opportunités. Benoît Cheyrou a lui aussi tenté quelques frappes, dont l'une fut détournée de justesse hors du but. Jordan Ayew, de près, a vu son tir échouer au ras du poteau après avoir été gêné au moment d'armer.

 

Entre temps, l'OM a connu un terrible coup du sort. Sur un ballon redressé in extremis par Camara, Souleymane Diawara, surpris, propulsa le ballon dans son propre but. Un "CSC" qui coûte deux points à Marseille.

 

Les joueurs peuvent avoir d'autant plus de regrets que Paris, Lyon et Lille n'ont pas brillé. Si les Nordistes se contenteront aisément de leur résultat nul à Toulouse (0-0), le PSG (défait à domicile par Nancy 1-0) et Lyon (battu sur ses terres par Rennes 2-1) ont perdu des points très importants dans la course à l'Europe.

 

Si le PSG reste leader, le grand gagnant de la 14e journée est bel et bien... Montpellier ! Quel dommage...

 

Marseille va devoir se remobiliser très vite et mettre de côté le Championnat pour valider son billet pour les huitièmes de finale à l'occasion de la réception de l'Olympiakos Le Pirée au stade Vélodrome.

 

En attendant la venue du PSG, dimanche 27 novembre, pour un "Classico" de folie.

 

Mercredi, l'OM accueille l'Olympiakos au Vélodrome pour le compte de la 5e journée de la phase de poules de Ligue des Champions (match à suivre en direct sur Canal+ à partir de 20h45).

 

 

Résumé du match Montpellier - OM

19 novembre 2011

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 14:31

Sebastien-Loeb.jpgPour la 8e année consécutive, le Français Sébastien Loeb a été sacré Champion du Monde des rallyes. En ballotage favorable avant d'aborder le rallye de Grande-Bretagne, il a profité dès vendredi soir de l'abandon de son adversaire direct Mikko Hirvonen.

 

Historique, sensationnel, fabuleux, majestueux... On manque de superlatifs pour qualifier les performances de Sébastien Loeb depuis près d'une décennie. Jamais un sportif français n'avait à ce point dominé sa discipline.

 

Ses performances ont fait de lui l'homme de tous les records. Rien ne résiste à l'Alsacien. Tous les grands pilotes de rallye s'y sont cassés les dents, même en réalisant des saisons de grande qualité.

 

Tout simplement car plus que par des coups d'éclat, Loeb et son copilote Daniel Elena font preuve d'une régularité hallucinante au volant de leur Citroën. On dit souvent qu'il est difficile de se retrouver en haut de l'affiche, mais qu'il est encore plus compliqué d'y rester. Ces deux-là ont trouvé la formule gagnante.

 

Dommage que la victoire finale 2011 se joue sur un abandon de son rival Hirvonen, victime d'une surchauffe moteur et dans l'impossibilité de reprendre le départ samedi matin. Mais c'est la dure loi du sport. Loeb a lui aussi connu des ennuis mécaniques cette année.

 

"L'autre Seb", Sébastien Ogier, coéquipier de Loeb chez Citroën, n'a donc pas réussi son pari de déboulonner le désormais maître absolu du sport automobile. Il lui faudra patienter au moins un an de plus. Il espère notamment profiter de l'usure de son aîné, âgé de 37 ans et qui fait quasiment office de "vétéran" sur le circuit.

 

Pour l'heure, Sébastien Loeb et l'ensemble de l'écurie Citroën peuvent savourer. Il y a quelques jours, Loeb figurait au panthéon du sport automobile avec 7 titres mondiaux, soit le même nombre que l'Allemand Michael Schumacher en Formule 1. Il est désormais seul au monde...

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 08:27

OM---Nice.jpgL'Olympique de Marseille a remporté une nouvelle victoire en Ligue 1 à l'occasion de la réception de l'OGC Nice (2-0). Ce succès confirme le retour en forme des Marseillais.

 

Quelques jours après son bon match nul à l'Emirates Stadium en Ligue des Champions, l'OM se devait d'enchainer par une victoire en Championnat afin de refaire progressivement son retard accumulé depuis le début de la saison. Les coéquipiers de Steve Mandanda ont réalisé une belle opération, non sans mal.

 

Didier Deschamps avait choisi une nouvelle fois de se passer des services de l'Argentin Lucho, mais alignait en revanche d'entrée Azpi et Gignac.

 

Pour le premier cité, le choix s'est avéré payant puisque l'Espagnol s'est montré appliqué derrière et volontaire pour porter le danger sur le but adverse.

 

Gignac en revanche, a traversé la rencontre tel un fantôme, hormis dix premières minutes prometteuses. Remplacé à l'heure de jeu par J.Ayew, il n'a pas marqué des points, d'autant que le jeune ghanéen a de suite crevé l'écran en délivrant le Vélodrome d'une tête à bout portant après un énorme travail de Rémy.

 

Dans l'ensemble, Marseille a peiné, c'est indéniable. Après un premier quart d'heure de qualité, les joueurs ont paru émoussé, incapables de cumuler les efforts défensifs et la construction d'attaques tranchantes. L'arrière-garde, rarement prise à défaut ces derniers temps, a bien failli craquer à deux reprises, Mandanda ne devant son salut qu'à sa barre transversale.

 

Mais au final, Marseille a su faire le nécessaire en trouvant l'ouverture au bon moment, avant d'enfoncer le clou en toute fin partie.

 

Un penalty indiscutable permit à Loïc Rémy de se mettre une nouvelle fois en évidence et de prouver à quel point il est actuellement en grande forme et en pleine confiance. Après avoir inscrit le tir au but, invalidé par l'arbitre à cause de l'entrée dans la surface de plusieurs joueurs avant la frappe, l'international français s'est payé le luxe de battre Ospina d'une "panenka".

 

Certes, son geste va faire parler puisqu'il a été réalisé contre son ancien club. Mais il est rassurant pour l'OM de pouvoir compter sur un joueur en pleine bourre.

 

La trêve pour les matchs amicaux internationaux va faire du bien, c'est une certitude. Les Marseillais vont pouvoir recharger les batteries sereinement, d'autant que tous les "gros" ont marqué le pas.

 

Lille et Rennes ont été tenus en échec par Evian et Valenciennes sur le même score (1-1). Paris a pris un point à Bordeaux (1-1). Idem pour Montpellier à Saint-Etienne (1-1). Enfin, Lyon a été battu pour la quatrième fois consécutive à l'extérieur, à Sochaux (2-1). Avec son succès, Marseille remonte au 8e rang.

 

Certes, Marseille n'a pas eu face à lui les adversaires les plus coriaces. Mais par les temps qui courent, toute victoire est bonne à prendre. Il est en plus toujours difficile de "faire le boulot" après de gros matchs européens.

 

Les prochains rendez-vous face à Montpellier et surtout au PSG font d'ores et déjà saliver.

 

Samedi 19 novembre, l'OM se rendra à Montpellier pour le compte de la 14e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Orange Sport à 21h00). Une semaine plus tard, le dimanche 27 novembre, ce sera le choc face au PSG au Vélodrome.

 

 

Résumé du match OM - Nice

6 novembre 2011

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 02:17

Arsenal---OM.jpgAuteur d'un match nul très intéressant sur la pelouse d'Arsenal (0-0) lors de la 4e journée de la Ligue des Champions, l'Olympique de Marseille reste en position favorable pour se qualifier pour les huitièmes de finale.

 

 

Il y a des matchs nuls satisfaisants et des matchs nuls frustrants. Celui obtenu mardi à l'Emirates Stadium de Londres par les hommes de Didier Deschamps tient un peu des deux.

 

Satisfaisant au niveau du contenu tout d'abord. Dès l'entame, les Marseillais ont pressé leur adversaire pendant dix bonnes minutes, mettant dos au mur la défense adverse. Jordan Ayew et Loïc Rémy furent à deux doigts de trouver l'ouverture.

La rencontre s'est ensuite équilibrée, mais l'OM a su contrôler les attaques adverses. Fanni, N'Koulou, Diawara, Diarra et Mandanda ont tous réussi une fort belle performance, sans accroc ou presque.

 

En seconde période, le match a perdu en intensité, mais c'est bien Marseille qui a continué à tenir le ballon, se procurant les meilleures occasions de but. Sans Lucho, Marseille va actuellement plus vite, se projette plus rapidement vers l'avant et le mouvement autour du porteur du ballon fait plaisir à voir.

 

Même si le score est resté vierge, les Phocéens peuvent se réjouir d'avoir fait jeu égal, parfois mieux, avec un grand d'Europe. Ils auraient même pu réaliser l'exploît d'être la première équipe à faire tomber Arsenal à domicile lors des phases de poule de Ligue des Champions.

 

Malgré tout, la frustration existe. On a senti Marseille tout proche d'une victoire qui aurait assurément mis un "coup de booste" à sa saison. L'OM va mieux et recommence progressivement à faire peur. Un résultat "référence" contre les Anglais aurait assurément renforcé ce sentiment.

 

Il n'a manqué qu'un brin de réussite, de détermination et de justesse pour y parvenir. C'est sûrement ce qui fait la force des grandes équipes, ce que l'OM n'est malheureusement pas sur la scène européenne.

 

Au final, avec la victoire du Borussia Dortmund sur l'Olympiakos (1-0) dans l'autre rencontre du groupe F, les Marseillais peuvent se satisfaire d'avoir fait un pas de plus vers la qualification pour les huitièmes de finale.

 

Si dans trois semaines, l'OM l'emporte au Vélodrome face aux Grecs et que Dortmund ne gagne pas à l'Emirates (scénario qui semble raisonnablement possible), le sort du groupe sera scellé au niveau des qualifiés. Il ne restera alors qu'à connaître l'ordre de classement et le nom du club repêché en Europé League.

 

Il reste une petite marche à franchir pour l'OM. Mais en Coupe d'Europe plus qu'ailleurs, chaque faux pas peut se payer au prix fort. Prudence donc...

 

Dimanche, à 17h00, l'OM accueillera Nice pour le compte de la 13e journée journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Foot+).

 

Découvrez tous les résultats et les classements des groupes de la Ligue des Champions sur le site d'Eurosport.

Partager cet article

Repost0