Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 00:27

En déplacement à Paris pour le compte de la 27e journée de Ligue 1, l'Olympique de Marseille a été logiquement battu 2-0 par une équipe du Paris-Saint-Germain qui n'évolue plus dans la même dimension.

 

Jouer au Parc des Princes face au PSG était il y a quelques années un challenge excitant pour l'OM. Désormais, cela s'apparente à un calvaire. Depuis la rachat du club de la capitale par les investisseurs du Qatar, le fossé ne cesse de se creuser entre les deux protagonistes du fameux "Classico".

 

Dimanche, l'OM a combattu avec ses armes, n'a pas démérité dans l'engagement, mais a finalement cédé par deux fois sans jamais être en mesure de porter un réel danger sur la cage de Sirigu.

 

Un match nul aurait été une très belle perofrmance, dont les supporters marseillais se seraient sans aucun doute contentés avec le sourire. Mais Maxwell et Cavani sont passés par là.

 

Le premier a profité d'un bon travail d'Ibra devant Thauvin et d'une passe lumineuse du Suédois dans la surface. Il a ainsi pu glisser tranquillement du pied gauche son ballon hors de portée de Mandanda.

 

Le second, entré quelques minutes aupravant après un mois d'absence, a placé une tête superbe sur un centre de Van der Wiel consécutif à une combinaison de grande classe entre Lucas et Verratti.

 

Côté marseillais, l'occasion la plus nette est à mettre à l'actif de Valbuena, dont la tête en fin de rencontre a heurté le poteau droit du but parisien.

 

Sans réelle défaillance individuelle et sans démériter, l'OM a simplement perdu face à plus fort que lui. Les Marseillais sont 5e du classement, à six points du podium synonyme de qualification en Ligue des Champions.

 

Vendredi 7 mars, l'OM accueille Nice pour le compte de la 28e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur BeInSport 1 à 20h30).

 

Résumé du match PSG - OM

Ligue 1 - 27e journée

2 mars 2014


 

Partager cet article

Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 19:05

OM---Lorient---2014.JPGL'Olympique de Marseille a remporté sa rencontre de la 26e journée de Ligue 1 face à Lorient (1-0) au stade Vélodrome, grâce à un but d'André-Pierre Gignac.

 

La victoire a pris longtemps à se dessiner mais elle a finalement été au bout et c'est bien l'essentiel. L'OM a fait le service minimum à domicile face à Lorient, avec un but inscrit dans les dernières minutes.

 

Longtemps, les Phocéens ont tenté sans succès, avec quelques imprécisions dans la dernière passe, des maladresses dans le dernier geste et une défense adverse bien regroupée.

 

Il a fallu attendre la 82e minute pour voir Gignac inscrire l'unique but de la rencontre, à la réception à bout portant d'une passe parfaite de Payet après une belle percée dans la surface.

 

Les Olympiens ont mis la pression sur leurs concurrents directs au podium et vont désormais attendre sereinement les scores des autres rencontres.

 

Dimanche 2 mars à 21h00, l'OM se déplacera à Paris pour le compte de la 28e journée (match à suivre en direct sur Canal+).

Partager cet article

Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 09:46

La station de Bessans sera dans le journal télévisé de 20h de France 2 ce vendredi 21 février.


Des journalistes de France Télévisions sont venus récemment à la rencontre de Fabrice Huteau, propriétaire de "Plongée Vanoise". Des images des activités de plongée sous glace et de sauna cosmic, qui se déroulent à proximité du lac de baignade, ont été tournées.


Le reportage devrait être diffusé aux alentours de 20h15.

Partager cet article

Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 20:28

Skicross---JO---2014.JPGL'équipe de France a battu son record de médailles dans les Jeux Olympiques d'hiver en décrochant quatre nouvelles breloques. Le skicross a largement souri aux Bleus, qui ont réalisé un triplé historique.

 

On savait les Français capables d'aller chercher une médaille en skicross. Mais de là à n'avoir que du bleu-blanc-rouge sur le podium, c'était inespéré.

 

Pour les Bleus l'ont fait ! En négociant parfaitement les différentes manches, ils se sont retrouvés à trois en finale, face à un Canadien bien seul pour venir contester la suprématie tricolore.

 

Après un départ réussi pour deux des trois espoirs de médailles, le troisième a fini par revenir dans le coup et par chiper la place de médaillé de bronze à son homologue d'Outre-Atlantique. Sans doute sous pression pour parvenir à rester au contact, le Canadien a fini par craquer et partir à la faute.

 

Au final, pour la petite histoire, le favori Jean-Frédéric Chapuis a devancé Arnaud Bovolenta et Jonathan Midol.

 

En fin de journée, ce triplé inédit pour la France aux JO d'hiver a donné des idées à Marie Martinod en ski halfpipe. Comme son compatriote Kévin Rolland chez les hommes, elle s'est mêlée à la lutte pour la victoire. Médaillée d'argent, elle n'a été devancée que par l'Américaine Maddie Bowman.

 

Avec désormais quinze médailles au compteur à trois jours de la fin des Jeux Olympiques, la France peut finir en roue libre, toute nouvelle médaille pouvant être considérée comme du bonus.

Partager cet article

Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 19:03

Missillier-et-Pinturault.jpgEn réalisant deux belles journées aux Jeux Olympiques de Sotchi (Russie), la France a égalé le record de médailles de Vancouver en 2010. Avec onze breloques au compteur, les espoirs d'établir un nouveau record sont permis.

 

3 médailles d'or, 2 médailles d'argent, 6 médailles de bronze : c'est le total actuel de l'équipe de France, qui pointe au 10e rang du tableau d'honneur.

 

Hier et aujourd'hui, plusieurs Tricolores ont apporté leur pierre à l'édifice olympique bleu-blanc-rouge.

 

Pierre Vaultier, héros malheureux à Turin en 2006 et à Vancouver en 2010, a enfin vaincu la malédiction en remportant l'épreuve de snowboardcross. Pourtant diminué, sans ligament à un genou, il a dominé la finale de main de maître, comme les précédentes descentes de la matinée. Un autre Français, Paul-Henri De le Rue, est passé tout près de l'exploît : dans le coma il y a encore quelques semaines en raison d'une lourde chute, il a terminé au pied du podium.

 

Après cette médaille d'or, le biathlète Martin Fourcade est passé à quelques centimètres de rejoindre Jean-Claude Killy au rang des Français triple champions olympiques au cours des mêmes JO. Lors de la mass-start, au terme d'un duel magnifique avec le Norvégien Svendsen, son plus grand rival, il a manqué au leader tricolore le bout d'une spatule pour l'emporter. Dépassé dans le dernier virage, il a tenté vainement de jeter son ski en premier sur la ligne, mais a échoué et s'est donc contenté d'une médaille d'argent.

Sans une faute lors du premier tir, il aurait sans doute remporté la course sans aucune difficulté.

 

En fin de journée, Kevin Rolland, en ski halfpipe, a confirmé qu'il était bien l'un des meilleurs de sa discipline. Hauteur de passages de haut niveau, il s'est emparé d'une belle médaille de bronze, complétant ainsi son très beau palmarès.

 

Ce mercredi, alors qu'on attendait le relais mixte de biathlon, qui est malheureusement complètement passé à côté de son sujet en raison des défaillances au tir d'Anaïs Bescond, c'est le ski alpin qui est venu apporter à la France ses 10e et 11e médailles.

 

Steve Missillier et Alexis Pinturault ont brisé la malédiction qui poursuivait l'alpin français depuis la médaille d'argent de Joël Chenal en 2006. Et c'est en géant, comme Chenal 8 ans plus tôt, que les Bleus ont brillé.

 

Au terme d'une première manche assomée par l'Américain Ted Ligety, Thomas Fanara (4e), Alexis Pinturault (6e) et Steve Missillier (10e) étaient en embuscade pour aller accrocher une médaille. Ce sont finalement les deux moins bien classés de la matinée qui ont réussi à remonter au classement.

 

Steve Missillier, auteur d'une manche exceptionnelle comme il en est capable par moments, a placé la barre très haute pour les neuf concurrents encore en piste après lui.

 

Pinturault a tenu le choc mais il lui a manqué 12 centièmes pour s'emparer de la première place provisoire. Thomas Fanara a lui commis beaucoup trop de fautes pour espérer monter sur le podium.

 

Au final, seul Ligety, gérant parfaitement son importante avance au départ, est parvenu à conserver quelques précieux centièmes pour empocher un nouveau sacre, entouré sur le podium par ses deux adversaires de l'équipe de France.

 

Missillier en argent, Pinturault en bronze, nul doute que les entraîneurs auraient signé sans hésiter pour un tel scénario avant la course. Cela permet aux Bleus d'engranger un maximum de confiance en vue du slalom de samedi.

 

On attend désormais avec impatience la 12e médaille française synonyme de record, qui pourrait venir du biathlon, du ski alpin ou du ski de fond. A moins qu'une heureuse surprise vienne se glisser au milieu de tout cela...

Partager cet article

Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 23:06

ASSE---OM---2014.JPGL'Olympique de Marseille a obtenu un bon match nul (1-1) sur la pelouse de Saint-Etienne, dans le dernier match de la 25e journée de Ligue 1. Les Phocéens peuvent nourrir des regrets puisqu'ils ont été rejoints dans les dernières secondes.

 

C'est l'histoire du verre à moitié vide et du verre à moitié plein. Ce soir, l'OM peut être heureux de ne pas avoir perdu sur la pelouse d'un concurrent direct pour le podium. Cependant, la victoire tendait les bras aux hommes de José Anigo jusqu'à la dernière minute des arrêts de jeu et l'égalisation de l'ancien marseillais Brandao.

 

Pour cette rencontre, après une défaite incontestable à Monaco lors du dernier déplacement, le coach avait choisi de modifier son système de jeu et d'aligner trois défenseurs centraux (N'Koulou, Mendès et Diawara). Du coup, Thauvin était laissé sur le banc. Et cela s'est ressenti.

 

En affirmant clairement son intention de bien défendre avant de penser à attaquer, l'OM a passé toute la première période à subir et à chercher les automatismes dans ce nouveau schéma. Largement dominés, les Olympiens ont tenu bon pour rentrer au vestiaire à 0-0.

 

En seconde période, plus entreprenants, ils ont plusieurs fois porté le danger sur le but adverse, face à une équipe sans inspiration.

 

Et sur un coup-franc très bien enroulé par Payet, N'Koulou, seul au deuxième poteau, parvint à placer un plat du pied parfait à bout portant.

 

Sonnés, les Stéphanois semblèrent longtemps incapables de réagir. Mais au bout des arrêts de jeu, à force de reculer, l'OM finit par encaisser l'égalisation sur une tête bien placée de Brandao qui finit sa course au fond des filets avec l'aide du poteau.

 

Quel dommage que José Anigo, qui aurait pu se targuer d'avoir choisi la bonne formule pour ce match, ait décidé de sortir Valbuena à vingt minutes de la fin, pourtant de loin le joueur le plus entreprenant sur le terrain et surtout le plus en mesure de conserver le ballon dans les moments importants.

 

Toujours à cinq points de Lille (tenu en échec à Evian 2-2) et à deux de son adversaire du soir, l'OM occupe la 5e place et voit l'OL revenir à égalité (vainqueur face à Ajaccio 3-1). A treize journées de la fin, la lutte pour une qualification en Ligue des Champions s'annonce très ouverte.

 

Samedi 22 février à 17h00, l'OM accueillera Lorient au stade Vélodrome pour le compte de la 26e journée (match à suivre en direct sur Canal+).

Partager cet article

Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 19:29

Relais-ski-de-fond---JO---2014.JPGSi la journée de dimanche a été marquée par le report de la mass-start de biathlon, dans laquelle Martin Fourcade était encore une fois très attendu, l’équipe de France a tout de même glané deux nouvelles médailles, toutes deux en bronze.


En milieu de matinée, la spectaculaire épreuve de snowboardcross a souri à la Française Chloé Trespeuch.


En finale, engagée dans le parcours fait de bosses et de virages relevés face aux meilleures de la discipline, la Française a réalisé un départ moyen. Longtemps en embuscade pour décrocher une médaille, elle a ensuite été distancée.


Mais un incroyable accrochage entre les deux prétendantes à la médaille de bronze en sortie de virage, juste avant un saut, a permis à la jeune tricolore de passer la ligne en troisième position, derrière la Tchèque Samkova et la Canadienne Maltais.


Peu de temps après cette médaille de bronze, le relais masculin de ski de fond français composé de Jean-Marc Gaillard, Maurice Manificat, Robin Duvillard et Ivan Perrillat Boiteux a également obtenu une médaille de bronze.


En style classique, Jean-Marc Gaillard a très bien tenu le choc, malgré une chute avec casse de bâton qui aurait pu coûter très cher.


Toujours dans les traces, Maurice Manificat a d’abord tenu la dragée haute à ses adversaires suédois et russes, avant de lâcher du terrain.


Puis en style libre, Robin Duvillard a réussi une belle remontée et transmis le relais dans de très bonnes conditions à Ivan Perrillat Boiteux.


Régulière tout au long de l’épreuve, en troisième ou quatrième position, l’équipe de France a même cru un moment pouvoir glaner la médaille d’argent, avant de finalement céder pour une poignée de secondes.


Mais quatre ans après une frustrante quatrième place à Vancouver, les Français se satisferont sans problème de cette place sur la plus petite marche du podium.


La France compte désormais 6 médailles olympiques à Sotchi : 2 en or et 4 en bronze.

Partager cet article

Repost0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 20:44

Renaud-Lavillenie---Serguei-Bubka.jpgLe Français Renaud Lavillenie a battu samedi à Donetsk (Ukraine) le record du monde du saut à la perche, en effaçant une barre à 6,16 mètres. Une performance monumentale !


Une page de l'histoire de l'athlétisme vient de se tourner et une nouvelle a été écrite. Le record du monde du saut à la perche de l'Ukrainien Sergueï Bubka, datant de plus de vingt ans et réputé quasiment intouchable, est tombé.


Le 21 février 1993, le meilleur perchiste de l'histoire avait effacé dans son pays, en salle, à Donetsk, une barre à 6,15 mètres.


 Près de vingt-et-un ans plus tard, au même endroit et sous ses yeux, le Français Renaud Lavillenie a franchi une barre à 6,16 mètres, soit un centimètre de plus.


Depuis 2009 et son premier passage de la barre mythique des six mètres, le Clermontois n'a cessé de s'améliorer et de collecter les succès.


Mais personne n'aurait imaginé il y a quelques mois encore que le mythique Sergueï Bubka allait être effacé des tablettes.


La possibilité d'un record s'est dessinée en début d'année, quand Lavillenie a franchi successivement 6,04 mètres et 6,08 mètres.


Et lorsque samedi, sur les terres de Bubka, Lavillenie a débuté son concours, le public a rapidement senti que quelque chose de grand pouvait arriver.


Après un saut de mise en jambes à 5,76 mètres, puis une réussite facile à 5,91 mètres, le Français a peiné et attendu son troisième essai pour franchir 6,01 mètres.


Il a alors demandé directement de tenter le record du monde à 6,16 mètres. Au terme d'une belle course d'élan et avec une impulsion parfaite, Lavillenie est passé dès son premier essai, sans même effleurer la barre !


Sous les applaudissements d'un public heureux d'avoir assisté à une performance légendaire, Lavillenie et Bubka ont posé ensemble pour la postérité.


Seule ombre au tableau, peu de temps après son record du monde, Renaud Lavillenie s'est blessé lors d'une tentative à 6,21 mètres, mettant ainsi fin à son concours et devant d'ores et de déjà déclarer forfait pour les prochains Mondiaux en salle.


Lorsqu'il sera remis, Lavillenie aura deux défis de taille à relever pour entrer encore un peu plus dans l'histoire : devenir Champion du monde en extérieur et battre le record du monde en plein air, toujours détenu par Bubka avec 6,14 mètres.

 Mais quelque chose nous dit que cela n'est qu'une question de temps...

 

Record du monde du saut à la perche

Renaud Lavillenie

15 février 2014

 

Partager cet article

Repost0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 21:15

Martin-Fourcade---2014.jpgAprès son succès lors de la poursuite, Martin Fourcade a décroché jeudi sa deuxième médaille d’or olympique en remportant le 20km individuel devant l’Allemand Lesser et le Russe Garanichev.


Plein de confiance après son premier titre olympique, la seule récompense qui manquait à son immense palmarès, Martin Fourcade a dominé jeudi l’épreuve individuelle de 20 kilomètres, dont il était l’un des favoris bien que ce ne soit pas sa spécialité.


Parti très vite sur les skis, on a pourtant cru que Fourcade allait devoir se contenter de la lutte pour le podium. Une faute lors du premier tir debout, avec à la clé une minute de pénalité, aurait pu lui être fatale.


Mais en ne réalisant plus aucune erreur face aux cibles par la suite et en étant ultra-dominateur sur la piste, Martin Fourcade est parvenu à devancer les trois adversaires ayant réussi un 20/20 au tir : l’Allemand Lesser (2e et médaillé d’argent), l’Autrichien Landertinger (7e) et le Kazakh Pantov (27e).


Lesser, bien qu’en tête à la sortie du pas de tir avant son dernier tour, n’a pas pu résister et a du s’incliner pour 12 secondes.

 

La France est passée tout près d’un doublé historique. Jean-Guillaume Béatrix, médaillé de bronze lors de la poursuite, a longtemps mené la course. Mais une erreur lors de son avant-dernier tir lui a été fatale. Sans cette faute peut-être due à la fameuse "peur de gagner", Béatrix aurait sans aucun doute glané l’or olympique. Mais il a finalement du se contenter de la 6e place, suivi à un peu plus d’une minute par Simon Fourcade (13e).

 

Alors qu'il doit encore disputer la mass-start, le relais mixte et le relais hommes, Martin Fourcade est déjà double champion olympique. De quoi se demander jusqu'où peut aller le leader du biathlon mondial...

Partager cet article

Repost0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 20:27

Coline-Mattel---JO---2014.JPGA 18 ans, Coline Mattel s'est classée 3e de l'épreuve féminine de saut à ski, inscrite pour la première fois au programme des Jeux Olympiques.


La France tient sa troisième médaille des JO de Sotchi (Russie). La jeune sauteuse à ski des Contamines Coline Mattel a inscrit son nom au palmarès de son sport en décrochant une médaille de bronze, la première de l'histoire du saut à ski tricolore.


Malgré son jeune âge, Mattel faisait partie des prétendantes potentielles au premier podium olympique de l'histoire du saut à ski féminin.


Elle a parfaitement lancé sa finale en réussissant un premier saut tout près des 100 mètres, prenant ainsi la deuxième place provisoire.


Profitant de l'inhabituelle tension de la grande favorite japonaise Takanashi, Mattel a cru pouvoir viser le titre olympique. Mais un second saut un peu moins réussi que le premier l'a obligée à se contenter d'une troisième position.

Cette médaille a toutefois largement suffi à son bonheur, ainsi qu'à celui de tout le clan français.


Après les podiums de Martin Fourcade et Jean-Guillaume Béatrix lundi, la France possède désormais trois médailles : une en or et deux en bronze.

Partager cet article

Repost0