Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 22:59

Bleus-qualifies-Euro-2012.jpgAu terme d'un match totalement raté, l'équipe de France a pourtant arraché sa qualification directe pour la phase finale de l'Euro 2012 qui se déroulera en Pologne et en Ukraine, en faisant match nul au Stade de France face à la Bosnie (1-1) mardi soir.

 

Avant cette ultime rencontre de qualification pour l'Euro 2012, les plus pessimistes imaginaient déjà un scénario à la France-Bulgarie 93. Une équipe de France n'ayant besoin que d'un point pour valider son billet qualificatif fait souvent peur depuis cet épisode tragique de l'histoire des Bleus. Heureusement cette fois, une défaite n'était pas synonyme d'élimination mais d'une obligation de disputer un barrage, un exercice toujours délicat.

 

Pendant la majeure partie du match, on a bien cru que la "catastrophe" allait avoir lieu. En début de rencontre, Rémy loupa une grosse occasion,qui marqua le point de départ d'un long récital des coéquipiers de Pjanic. Les Tricolores ont été en grande difficulté, à l'image de la charnière centrale Abidal - Rami, qui a souffert tout au long de la première période face au duel physique imposé par Dzeko, entre autres.

 

Et juste avant la mi-temps, comme dans le pire des cauchemars, l'attaquant de Manchester City hérita d'un coup franc rapidement joué, effaça Rami avec une facilité déconcertante, avant d'enrouler une frappe imparable pour Hugo Lloris. A cet instant, Dzeko enfila le costume du parfait Kostadinov.

 

A 1-0 à la pause, on se dit que la seconde période allait prendre la forme d'un véritable attaque-défense.

 

Pourtant, bien que les Bosniens aient évidemment reculé d'un cran, on vit très peu les attaquants français s'approcher du but adverse. Les efforts de Menez, Nasri, Malouda et Rémy semblaient vains, tandis que Dzeko, en contre, continuait de donner des frayeurs aux supporters tricolores. 

 

Et c'est finalement au moment où l'on commençait à perdre espoir, à constater une baisse d'intensité et à regarder vers les autres groupes pour connaître les noms des futurs barragistes, que Nasri profita d'un instant de déconcentration pour changer la donne.


Sur le côté, il mit la pression sur son vis-à-vis qui laissa traîner la patte à l'entrée de la surface. Penalty indiscutable sifflé par l'arbitre et tranformé à contre-pied par... Nasri lui-même.

 

Les hommes de Laurent Blanc se sont alors contentés de gérer leur avance et d'assurer l'essentiel, face à des adversaires conscients d'avoir laissé passer leur chance et d'avoir caressé l'exploit. Les Bosniens devront se frotter aux autres nations classées deuxièmes des différents groupes (à l'exception de la Suède, qualifiée en tant que meilleure deuxième).

 

La France disputera donc en 2012 sa 9e compétition majeure consécutive. Une satisfaction qui reste mesurée, tant cette équipe semble encore capable du meilleur (face à l'Albanie) comme du pire (face à la Bosnie) à trois jours d'intervalle.

 

Avec en plus de fortes chances de figurer dans le 4e et dernier chapeau (en cas de qualification de la Croatie et du Portugal), les Bleus ont 8 mois pour hausser leur niveau de jeu et présenter un visage séduisant le jour J.

 

En attendant, "quelque soit le flacon, pourvu qu'il y ait l'ivresse"... (piquée à TF1 la citation j'avoue !)

 

 

Les qualifiés pour l'Euro 2012 : Allemagne, Angleterre, Italie, Espagne, Pays-Bas, Danemark, Grèce, Russie, Suède, France, Ukraine (org.) et Pologne (org.).

 

Les barragistes : Monténégro, Bosnie, Croatie, Eire, Estonie, Portugal, République tchèque et Turquie.

 

 

Résumé du match France - Bosnie

11 octobre 2011



Partager cet article

Repost0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 20:26

Amaury Sport Organisation (ASO), société organisatrice du Tour de France, aurait réalisé ce lundi une jolie bourde en dévoilant par erreur sur son site Internet le parcours du prochain Tour de France, qui doit s'élancer de Liège (Belgique) le 30 juin 2012. Le tracé de la Grande Boucle ne devait être dévoilé officiellement à Paris que le 18 octobre prochain.

 

Il a suffit de quelques minutes pour que les passionnés de vélo s'emballent sur le web. Ce lundi après-midi, le parcours du Tour de France 2012 aurait été mis en avant par erreur sur le site officiel de l'épreuve.

 

La page a rapidement été retirée. Mais sur Internet, l'information s'est très rapidement répandue, reprise peu de temps après par les principaux sites d'actualité sportive. Certains n'ont évidemment pas manqué l'occasion d'effectuer des copies d'écran et de les mettre en ligne.

 

Si la prudence est de mise car rien n'indique que le parcours soit celui officiellement validé par ASO (il ne pourrait s'agir que d'un document de travail), on constate que le Tour pourrait bien passer deux jours en Savoie.

 

Le jeudi 12 juillet 2012, les coureurs partiraient d'Albertville pour rallier La Toussuire (les Sybelles). Le lendemain, le départ serait donné de Saint-Jean-de-Maurienne, paradis des cyclogrimpeurs, pour une étape de 220 kilomètres en direction d'Annonay Davézieux.

 

Pour le reste, le Tour 2012 se décomposerait en neuf étapes de plaine, quatre étapes accidentées (dont une avec arrivée en altitude), cinq étapes de montagne (dont deux avec arrivée en altitude), deux chronos individuels et un prologue. 25 cols de 2e, 1re et hors catégorie seraient proposés aux concurrents.

 

Confirmation attendue de la bouche de Christian Prudhomme, Directeur du Tour de France, le mardi 18 octobre.

 

 

Le parcours du Tour 2012 ?

Tour 2012

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 12:14

France---Angleterre.jpgPoussifs en début de compétition, balayés par la Nouvelle-Zélande, fantomatiques face aux Tonga, les rugbymen français ont brillé face à l'Angleterre et décroché leur billet pour les demi-finales de la Coupe du Monde. Les hommes de Marc Lièvremont se prennent à rêver de titre mondial.

 

On pensait l'équipe de France de rugby au fond du trou, incapable de se remettre à flot après sa déroute face à la modeste formation des Tonga. Pourtant samedi, les Bleus ont montré un tout autre visage pour venir à bout de l'Angleterre (19-12).

 

Dès le début de la rencontre, les Français ont pris l'ascendant sur leurs adversaires. Plus incisifs, plus combattifs, ils n'ont pas tardé à prendre un avantage net, à la faveur notamment de deux essais inscrits par Clerc et Médard.

 

16-0 à la mi-temps, quasi incroyable ! Et pourtant, au terme de 40 minutes totalement maîtrisées, les Bleus avaient déjà un pied en demi-finale.

 

Certes, la deuxième période a été plus délicate. Quelques erreurs d'inattentions et un peu de fatigue ont permis aux Anglais de refaire une partie de leur retard. Mais celui-ci était trop conséquent pour espérer renverser la vapeur.

 

Samedi prochain, la France se frottera aux Gallois pour obtenir sont ticket pour la finale. Toute la France rêve déjà d'une revanche face aux All Blacks, sur leurs terres.

 

Mais avant cela, Rougerie et sa bande ne devront pas s'enflammer, car le Pays de Galles réalise un tournoi exemplaire. Battus de justesse par l'Afrique du Sud (17-16), les Gallois ont ensuite facilement dominé les Fidji, la Namibi et les Samoa, avant de sortir l'Irlande (22-10), dont beaucoup faisaient pourtant un finaliste en puissance.

 

En mettant la même application que face à l'Angleterre, la France doit être en mesure d'éliminer une équipe régulièrement dominée lors du tournoi des 6 nations. Reste à espérer que le XV de France ne retombe pas dans ses trop fréquents travers, ceux qui m'ont conduit à comparer récemment Marc Lièvremont à Raymond Domenech.

 

Pour penser à la victoire suprême, il est encore trop tôt. Cela est de l'utopie. Car battre la Nouvelle-Zélande à domicile ou l’Australie en pleine bourre nécessite un match énorme des Bleus et un adversaire timoré.


En quart, les coéquipiers de Dan Carter, malheureusement out, ont peiné pour venir à bout de l'Argentine (33-10). L’Australie a elle réalisé un hold-up face à l’Afrique du Sud (11-9). Le duel en demi-finale s'annonce palpitant.

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 11:06

Vettel-Champion-de-F1---2011.jpg3e du Grand Prix du Japon, l'Allemand Sebastian Vettel a été sacré pour la seconde fois de sa carrière Champion du monde de Formule 1. Tout sauf une surprise puisqu'il ne manquait plus qu'un point au pilote Red Bull.

 

Sebastian Vettel est entré dans l'histoire de la F1 ce dimanche en devenant à 24 ans et 3 mois le plus jeune double champion du monde.

 

Le suspens avait pratiquement été tué dès samedi. Comme très souvent cette saison, Vettel avait signé sans problème la pôle position. A part un gros ennui mécanique, il s'était mis à l'abri de toute mauvaise surprise, quasi assuré d'obtenir une place dans les 10 premiers.

 

Jenson Button (Mc Laren), le seul à pouvoir encore mathématiquement espérer ravir le titre à Vettel, a fait son boulot. Il devait gagner pour ne rien regretter. Il l'a fait avec un panache spectaculaire.

 

Vettel s'est lui contenté d'une troisième place - montant ainsi pour la 14e fois sur le podium en 15 courses - battu dans les stands par Button et Alonso (Ferrari). Il peut ainsi fêter dignement une consécration amplement méritée.

 

Tout au long de l'année, le successeur de Schumacher a fait cavalier seul, ne laissant que des miettes à la concurrence, y compris à son illustre aîné.

 

Vettel va pouvoir aborder sereinement les quatre dernières épreuves de la saison, avec pour deuxième ambition de permettre à Red Bull de remporter le titre constructeur. Une formalité à priori...

 

A moins de 25 ans, l'Allemand a encore tout l'avenir devant lui. Il pourrait bien un jour s'attaquer au record de Schumacher, l'homme aux sept titres mondiaux.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 23:20

France---Albanie.jpgBien plus séduisants que depuis le début des éliminatoires, les joueurs de Laurent Blanc l'ont aisément emporté face à l'Albanie (3-0). Cette victoire permet à la France d'assurer sa place de barragiste et de se rapprocher d'une qualification directe pour l'Euro.

 

Pour leur avant-dernier match des éliminatoires de l'Euro 2012, les Français se devaient de ne pas rater leur sortie, sous peine de se retrouver dans une situation délicate avant d'affronter la Bosnie, mardi soir.

 

Face à une équipe d'Albanie réputée pour son engagement physique, à l'image du capitaine de la sélection et ancien marseillais Lorik Cana, la crainte était voir l'équipe de France bafouiller son football, avoir du mal à poser son jeu, se heurter à un mur infranchissable et à des adversaires ultra-dominateurs dans le jeu aérien.

 

Cela peut paraître hallucinant, mais aujourd'hui, même le fait d'affronter l'Albanie provoque l'appréhension des fans des Bleus, habitués aux déceptions et aux prestations poussives depuis de (trop) longues années.

 

L'accumulation de forfaits ces derniers jours n'était pas pour rassurer davantage les observateurs, bien au contraire : Benzema, Sagna, Matuidi, Ribéry, Mexès, Gameiro et Abidal ont tous du renoncer.

 

Pour faire face à la situation, Blanc décidait d'aligner d'entrée Debuchy (première sélection) et de tester un duo d'attaque Rémy - Gomis.

 

Il ne fallut qu'une dizaine de minutes aux coéquipiers de Lloris, capitaine du soir, pour dissiper les craintes en trouvant l'ouverture grâce à Florent Malouda.

 

Bien en jambes, appliqués et pleins d'enthousiasme, jamais les Français n'ont semblé en difficulté face à une équipe certainement un peu démotivée par l'absence d'enjeu (élimination assurée). Loïc Rémy (38e) puis Anthony Réveillère (67e) se chargèrent d'aggraver la marque.

 

Ce "vent de fraîcheur" forcé par les nombreuses blessures a fait beaucoup de bien et pourrait donner naissance à une concurrence forte - et espérons-le saine - entre les habituels titulaires et les gagnants du soir.

 

Mardi, il suffira d'un point à la France face à la Bosnie (facile vainqueur ce soir du Luxembourg 5-0) pour se qualifier directement pour la phase finale organisée conjointement par l'Ukraine et la Pologne en juin 2012.


En cas de contre-performance, les Bleus devront se remobiliser pour une périlleuse double confrontation en barrages.

 

France - Bosnie, la "finale" du groupe D, aura lieu mardi soir à 21h00 au Stade de France (match à suivre en direct sur TF1).

 

 

Résumé du match France - Albanie

7 octobre 2011 

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 21:59

OM---Brest-1.jpgTenu en échec à domicile par Brest (1-1), l'Olympique de Marseille a une nouvelle fois déçu en Ligue 1 après une belle victoire en Ligue des Champions dans la semaine. Les Phocéens restent embourbés en deuxième partie de tableau. Pendant ce temps, le PSG a pris seul la tête du championnat en dominant Lyon dans le choc de cette 9e journée.

 

Pour une fois, je ne vais pas m'attarder très longtemps sur le match de l'OM. D'abord car il n'y a pas grand chose à dire. Ensuite, car il faut bien l'admettre, il fallait regarder vers le Parc des Princes ce dimanche pour assister à du football, du vrai.

 

Quatre jours après sa large victoire face au Champion d'Allemagne, Dortmund, en Ligue des Champions (3-0), Marseille est donc retombé dans ses travers.

 

Les supporters espéraient enfin le réveil de leur équipe et une remontée progressive au classement. Il faudra repasser.

 

Dès les premières minutes, la tâche des hommes de Deschamps s'est compliquée. Sur une frappe aux 20 mètres, Poyet eût le bonheur de voir Mandanda se trouer et laisser entrer le ballon au fond des filets.

 

Fort heureusement, peu de temps après, sur un joli mouvement collectif, les Olympiens remirent les pendules à l'heure. Bien décalé, Rémy s'enfonça dans la défense avant de centrer pour A.Ayew qui poussa le ballon dans le but vide.

 

1-1 après 20 minutes de jeu... puis plus rien ! L'OM s'est éteint progressivement avant la mi-temps et n'a jamais remis le moteur en route après la pause. Pire, les Marseillais ont même été inquiétés en fin de rencontre par des Bretons tout heureux de finalement ramener un point de leur déplacement au Vélodrome.

 

Le public, c'est logique, n'a pas apprécié. La bronca à la sortie des joueurs laisse augurer de nouveaux jours très difficiles sur la Canebière.

 

Fort heureusement, pour les passionnés de ballond rond, il y a eu du foot aujourd'hui, à quelques centaines de kilomètres de là. Les co-leaders du classement, Paris et Lyon, se retrouvaient dans l'enceinte de Boulogne pour un duel au sommet.

 

La rencontre a tenu toutes ses promesses : de l'ambiance, du beau jeu, des occasions et des buts. Que demander de plus ?

 

Le match a été relativement équilibré et a basculé sur un coup de génie, celui de Javier Pastore. Lancé côté gauche, l'Argentin a parfaitement éliminé son vis-à-vis avant de battre Hugo Lloris dans un angle (mal) fermé.

 

A l'entrée des arrêts de jeu, Christophe Jallet, à la réception d'un coup-franc de Nenê, paracheva le succès parisien d'une reprise de volée à bout portant.

 

On sait désormais avec certitude que le PSG jouera les premiers rôles cette saison. Je ne suis pas loin de voir les Parisiens déjà champions... Mais ne brûlons pas les étapes. Lyon, bien que battu, a confirmé ses bonnes dispositions dans le jeu. A quelques centimètres, Gomis aurait pu signer un doublé et arracher un match nul.

 

Ces deux équipes sont bien parties pour se "tirer la bourre" en haut de tableau et caresser le rêve de remporter le titre. Et pendant ce temps là, pour Marseille, le cauchemar se poursuit.

 

Après la trève internationale, l'OM se rendra à Toulouse le samedi 15 octobre pour le compte de la 10e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Foot+ à 19h00).

 

 

Résumé du match OM - Brest

2 octobre 2011

 

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 08:43

Marc-Lievremont.jpgQualifié dans la douleur pour les quarts-de-finale de la Coupe du Monde, le XV de France n'a rien montré depuis le début du tournoi et ne semble pas pouvoir prétendre à grand chose lors de la deuxième partie de la compétition. Le sélectionneur Marc Lièvremont n'a pas réussi à hisser les Bleus au niveau attendu. La rencontre face à l'Angleterre s'annonce délicate.

 

L'histoire ne dit pas si le sélectionneur de l'équipe de France de rugby Marc Liévremont consulte les astres à l'heure de composer son équipe de départ. En tout cas, force est de constater que les résultats sont sensiblement identiques à ceux de Raymond Domenech lorsqu'il composait l'équipe de France de football.

 

Après un début de compétition poussif et deux victoires peu convaincantes face au Japon (47-21) et au Canada (46-19), les Bleus ont subi la loi des All Blacks (17-37) avant d'être humiliés par les modestes joueurs des Tonga (14-19).

 

Certes l'essentiel est acquis, la France poursuit sa route (et évite en plus le côté de tableau le plus compliqué, qui revient donc à la Nouvelle-Zélande). Mais en franchissant les poules en dépit de deux défaites, les Tricolores ont affiché leurs faiblesses et ont confirmé les inquiétudes de nombreux spécialistes.

 

Jamais Marc Lièvremont n'a donné l'impression de véritablement maîtriser la situation à la tête de l'équipe de France. Rapidement critiqué dans ses choix après sa prise de fonctions en 2007, l'ancien international n'a cessé de "bricoler" et de chercher la bonne formule (en témoigne ses très nombreux changements de charnière centrale).

 

Preuve de son absence d'autorité sur le groupe, il a reconnu suite à la défaite face aux Tonga ne pas avoir réussi à réunir tout son groupe pour discuter, certains étaient déjà partis. Il peut paraître hallucinant qu'un sélectionneur ne parvienne même pas à imposer cela. Il a d'ailleurs lui-même pointé du doigt l'attitude irresponsable de ses joueurs (avec raison certes) et comparé cela à la célèbre histoire des "mutins de Knysna" en Afrique du Sud en 2010.

 

Lièvremont se met donc lui-même dans la peau de Domenech. Il faut dire que son agacement face à la presse et ses rapports extrêmement tendus avec les journalistes depuis une dizaine de jours ne peuvent qu'alimenter la comparaison.

 

Bien sûr, la situation sportive est moins catastrophique qu'il y a un an en football. L'hétérogénéité plus forte des niveaux des équipes de rugby a permis à la France d'éviter le pire et de parvenir tout de même à sortir de son groupe.

 

Comme rien n'est jamais écrit dans le sport, on peut toujours espérer un exploit français dans la suite de cette Coupe du Monde. Sinon, Philippe Saint-André, le futur sélectionneur, aura beaucoup de travail pour reconstruire l'équipe nationale et remettre les internationaux dans le droit chemin.

 

Marc Lièvremont, lui, pourra toujours se reconvertir dans le poker... Domenech y est parvenu.

 

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 22:58

OM---Dortmund.jpgA la peine en championnat depuis le début de la saison, l’Olympique de Marseille a confirmé ses bonnes dispositions en Ligue des Champions en dominant largement le Borussia Dortmund (Allemagne) au stade Vélodrome (3-0).


Dans les profondeurs du classement en Ligue 1, l’OM est au soir de la 2e journée de Champions League seul en tête de son groupe avec 6 points sur 6 possibles. Après leur victoire en Grèce sur le terrain de l’Olympiakos, les hommes de Didier Deschamps ont cette fois fait chuter à domicile une équipe d’un tout autre calibre : Dortmund, Champion d’Allemagne en titre.


Tout n’a pas été parfait, loin de là. Malgré une envie toujours intacte en dépit de résultats régulièrement décevants, les Marseillais ont encore été trop souvent en danger.


Des erreurs défensives, des passes ratées et un manque de rythme dans certains temps de jeu ont offert des occasions franches aux Allemands, qui n’ont pas été épargnés par le sort, tapant la barre et le poteau. Sans un Mandanda exceptionnel, l’issue de la rencontre aurait pu être bien différente.


L’OM a su profiter de la situation. Contrairement à l’analyse des commentateurs de Canal+ qui considéraient ce match comme ennuyeux et estimaient le résultat flatteur pour les Olympiens, j’ai vu un match européen de bonne facture, plein d’engagement de part et d’autre.


Les Phocéens ont globalement dominé leur sujet et ont été réalistes. A.Ayew a parfaitement saisi sa chance lorsqu’il s’est retrouvé en position de tir après un bon mouvement collectif. Rémy a exploité une mauvaise tête adverse pour fusiller le gardien aux seize mètres. Enfin, le cadet des frères Ayew s’est offert un doublé sur penalty après une faute incontestable.


Bien sûr, l’OM n’est pas le Barça. Il n’a pas cette capacité à enflammer un match, produire un spectacle absolu et réussir la quasi-totalité de ce qu’il entreprend. Mais nous le savons et ce n’est donc pas ce qu’on lui demande.


Ce soir, Marseille a retrouvé une notion essentielle en football : l’efficacité ! En continuant dans cette voie, la véritable embellie viendra… le beau jeu attendra !

 

Dimanche, l'OM accueillera Brest au stade Vélodrome pour le compte de la 8e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Foot+à partir de 17h00).

La Ligue des Champions reprendra le 19 octobre : l'OM recevra Arsenal (qui l'a emporté face à l'Olympiakos 2-1).

 

Découvrez tous les résultats et les classements des groupes de la Ligue des Champions sur le site d'Eurosport.

 

 

Résumé du match OM-Dortmund (et autres buts)

28 septembre 2011

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 11:17

Patrick-Makau.jpgLe Kenyan Patrick Makau a établi dimanche un nouveau record du monde du marathon lors de sa victoire à Berlin (Allemagne) en 2 heures 3 minutes et 38 secondes.

 

L'édition 2011 du marathon de Berlin restera dans les mémoires. Elle a permis à Patrick Makau de devenir le nouveau roi sur la célèbre distance de 42,195 km.

 

 

Parti très vite, Makau, 26 ans, a déposé le désormais ex-recordman du monde, l'Ethiopien Hailé Gebreselassie, au 27e kilomètre. Tandis que son rival s'arrêtait, visiblement épuisé, avant de repartir puis finalement d'abandonner, Makau s'est envolé pour finalement améliorer de 21 secondes l'ancien record.

 

Les Jeux Olympiques de Londres en 2012 pourraient bien se résumer à un duel entre Kenyans. En atteste le classement de l'épreuve allemande : derrière Makau, deux de ses compatriotes, Chemlany et Kimaiyo, complètent le podium.

 

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 17:41

Vettel.jpgParti en pôle position pour la 11e fois en 14 courses cette saison, l'Allemand Sebatian Vettel (Red Bull) a remporté le Grand Prix de Singapour. Il ne lui manque qu'un point pour décrocher son deuxième titre mondial.

 

Intraitable samedi lors des qualifications, le successeur de Michael Schumacher a récidivé sur le circuit nocturne de Singapour dimanche. Vettel, plus que jamais en tête du Championnat du monde, a dominé la course de bout en bout pour glaner son 9e succès de la saison.

 

Rien à dire, ce coureur est tout simplement sur un nuage. En 2011, il a terminé quasiment toutes les courses sur le podium (9 fois premier, 4 fois deuxième, 1 fois quatrième).

 

Jenson Button (McLaren) et Mark Webber (Red Bull), qui complètent le podium du jour, n'ont rien pu faire pour le concurrencer sérieusement. Ils doivent se contenter des miettes, de même qu'Alonso (Ferrari) et Hamilton (Mc Laren).

 

Button reste ce soir le seul à pouvoir encore "mathématiquement" priver Sebastian Vettel du titre suprême. Il faudrait pour cela un scénario incroyable que personne n'ose imaginer, pas même le principal intéressé.

 

La réalité s'impose à tous, elle est flagrante : Sebastian Vettel est tout simplement le plus fort et sera vraisemblablement sacré Champion du Monde dans deux semaines au Japon.

 

 

Classement (après 14 épreuves)

 

1 - Vettel (309 pts)

2 - Button (185 pts)

3 - Alonso (184 pts)

4 - Webber (182 pts)

5 - Hamilton (168 pts)

 

 

Vettel sera sacré à l'issue du Grand Prix du Japon si :

- il finit au moins 10e.

- Button ne remporte pas la course.

Partager cet article

Repost0