Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 16:33

Mark-Cavendish---Mondiaux-2011.jpgL'Anglais Mark Cavendish a fait honneur à son statut de meilleur sprinteur du monde en remportant le titre mondial à Copenhague, sur un circuit taillé pour les spécialistes des arrivées groupées. Le premier Français, Romain Feillu, termine 6e.


Lorsqu'une course cycliste semble promise à un sprinteur, le nom de Cavendish est forcément le premier cité. Seulement, à l'occasion des Mondiaux, le cycliste le plus rapide du monde ne possèdait pas son infernal "train" HTC pour lui offrir la victoire sur un plateau à quelques mètres de la ligne d'arrivée. De quoi suciter de l'espoir chez ses principaux rivaux.

 

Mais Cavendish est un très grand coureur. Il a parfaitement répondu ce jour à ceux qui considérent qu'il lui est facile de l'emporter avec le soutien de ses habituels coéquipiers.

 

Après une course assez prévisible avec une échappée au long cours, au sein de laquelle le Français Anthony Roux fut le dernier à résister, les puncheurs ont tenté leur chance à quelques kilomètres du terme de la course, notamment le Néerlandais Hoogerland et le Français Thomas Voeckler.

 

Il n'y avait malheureusement rien à faire face au rythme absolument infernal imposé par Bradley Wiggins en tête du peloton. Le sprint a bien eu lieu. La suite, tout le monde la connaît...

 

Cavendish s'impose devant l'Australien Matthew Goss et l'Allemand André Greipel.

 

Pour rappel, dans la semaine, l'Allemand Tony Martin a remporté le titre mondial du contre-la-montre devant le Britannique Bradley Wiggins et le Suisse Fabian Cancellara.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 22:30

Steve-Mandanda.jpgAlors que l'Olympique de Marseille tenait sa seconde victoire de la saison en Ligue 1 face à Valenciennes, Steve Mandanda s'est incliné à la dernière seconde des arrêts de jeu. Marseille doit se contenter du match nul (1-1) lors de la 7e journée, un résultat décevant pour les supporters qui peinent à garder espoir après un début de saison catastrophique.

 

Après avoir renoué avec le succès face à Evian Thonon Gaillard mercredi, l'OM espérait enchaîner à Valenciennes, un club mal classé également, avant d'accueillir Dortmund en Ligue des Champions. Les supporters attendaient une confirmation pour tourner la page de ce début de championnat très douloureux. Malheureusement, les maux n'ont pas disparu et le match nul concédé au Nungesser risque de laisser des traces.

 

Principalement car le scénario de la rencontre est tout simplement rageant. Mais aussi car les Marseillais ont encore affiché des carences importantes et étalé leur incapacité à tenir le score.


Concernant le scénario tout d'abord, il est clair que de lâcher la victoire au bout des arrêts de jeu est toujours rageant. Après avoir ouvert le score en première période par l'intermédaire de Diawara, les Olympiens ont eu des opportunités pour faire le break avant d'être réduits à dix et de s'appliquer à défendre en seconde mi-temps.

 

En infériorité numérique, Rémy a touché le poteau et aurait pu donner un avantage plus conséquent aux siens. Malheureusement, ce ne fut pas le cas, et à force de reculer, Marseille a fini par craquer, au pire des moments : celui où tout le monde pensait pouvoir se réjouir d'une semaine faste en termes de résultats.

 

Il faut se pencher sur la prestation phocéenne pour mieux comprendre ce qui empêche l'OM de remporter davantage de rencontres.

 

Dans le jeu, sans être géniaux, les joueurs ont montré des progrès en début de match. Ils ont su convertir leur domination et maîtriser les minutes suivantes. Seulement, la machine s'est grippée juste avant la pause, suite à une grossière faute de Rod Fanni, auteur d'un coup de boule ultra violent sur Kadir (directement transporté à l'hôpital) et sanctionné d'un carton rouge. Après avoir tenu dix minutes en Ligue des Champions face à l'Olympiakos, Fanni a cette fois été exclu après quarante... il y a du mieux !

 

Plus sérieusement, s'il ne fait pas exprès d'asséner un coup de tête à Kadir, Rod Fanni est clairement en retard sur son intervention et cela est intolérable car c'est régulièrement le cas. Heureusement que Mandanda stoppe le penalty, car sinon, la deuxième période aurait pu rapidement virer au calvaire...

 

Les Olympiens, plus que de reculer, ont multiplié les erreurs dans les vingt dernières minutes, perdant de nombreux ballons. Aujourd'hui, le constat est clair : l'OM ne sait pas préserver un avantage !


Pour le reste, Rémy n'a pas eu son influence habituelle, de même qu'A.Ayew et Valbuena. Morel a encore été mis en difficulté à gauche et Diarra fleurte de plus en plus avec le ridicule. En clair, les latéraux sont fébriles, les milieux improductifs et les attaquants doutent... Seuls Lucho, la charnière centrale Diawara - N'Koulou et Mandanda ont apporté satisfaction sur cette rencontre.

 

Pendant ce temps Lyon a battu Bordeaux (3-1) et le PSG a humilié l'ex-leader Montpellier à la Mosson (3-0) grâce notamment à un Javier Pastore exceptionnel. L'OM est en retard, perd du terrain, ce qui met la pression sur les joueurs, agaçe les dirigeants, énerve les supporters. Pour l'instant, la saison 2011-2012 est un cauchemar. Espérons que le réveil de ce mauvais rêve soit pour bientôt...

 

Mercredi 28 septembre, l'OM retrouvera les joutes européennes en accueillant Dortmund au stade Vélodrome (match à suivre en direct sur Canal+ à partir de 20h45).

 

 

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 11:12

 

OM---Evian-Thonon.jpgEn dominant Evian Thonon Gaillard au stade Vélodrome (2-0) pour le compte de la 7ème journée de Ligue 1, l’Olympique de Marseille a mis fin à une incroyable série de matchs sans victoire en championnat. Ce succès permet aux Phocéens de quitter la zone de relégation en se hissant au 15e rang. Une confirmation est attendue à Valenciennes ce samedi.

 

Joueurs, staff, dirigeants et supporters sont soulagés. L’OM a repris goût à la victoire et s’est offert un peu de répit.

 

Le début de saison des Olympiens avaient suscité de vives inquiétudes. Elles s’étaient encore accentuées après la défaite à Gerland face à l’Olympique Lyonnais dimanche soir (0-2).

 

Bien évidemment, cette victoire ne signifie en rien que tout va mieux à Marseille.

 

D’abord, pare qu’avec seulement 6 points engrangés après sept rencontres, l’OM compte déjà 10 unités de retard sur le leader Montpellier et 8 sur ses principaux rivaux que sont Lyon et le PSG. La victoire face à Evian leur permet toutefois de quitter la honteuse dernière place.

 

Ensuite, car tout n’a pas été parfait dans cette rencontre, loin s’en faut. Si l’envie et la détermination des joueurs se sont senties dès les premières minutes, il a fallu attendre longtemps avant de voir des occasions franches. La délivrance n’est d’ailleurs arrivée que peu de temps avant la mi-temps. Si l’OM n’a pas vraiment été mis en danger, il a encore montré des signes de fébrilité en défense. Ses difficultés à créer le danger sont évidentes. Il n’a d’ailleurs du son salut qu’à deux coups de pied arrêtés parfaitement frappés par Mathieu Valbuena et exploités de la tête par Loïc Rémy (les deux meilleurs éléments sur le terrain).

 

Enfin, car l’OM a eu en face de lui ce mercredi une opposition extrêmement faible. Après avoir réalisé un début de saison tout à fait correct et avoir montré de belles choses face au PSG le weekend dernier, les Haut-savoyards sont cette fois passés à coté de leur sujet. Déchet technique, erreurs de placement et manque d’inspiration se sont confondus pour un résultat très médiocre. Les hommes de Bernard Casoni ont en plus joué une mi-temps à 10 après une expulsion prématurée et évitable.

 

Pour véritablement se relancer, les Phocéens devront enchaîner plusieurs résultats positifs en championnat (notamment dès ce soir à Valenciennes) tout en confirmant ses bons débuts en Ligue des Champions.

 

En attendant, si la situation reste fragile, la crise a pour l’instant été évitée. Pas de « tête coupée », pas de mise à l’écart du groupe… L’attitude des supporters a de plus été exemplaire : s’ils n’ont pas applaudi de manière très chaleureuse les joueurs à la fin du match, ils ont été derrière leur équipe de la 1ère à la 90ème minute !

 

Aux joueurs désormais de répondre présent sur le terrain dans la durée…

 

Ce samedi soir, l’OM se déplace à Valenciennes pour le compte de la 8ème journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Foot+ à partir de 19h00).

 

 

Résumé du match OM - Evian

21 septembre 2011

 

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 07:12

Basket---Parker.jpgL'équipe de France de basket-ball a terminé en seconde position de l'Euro 2011, battue en finale par l'Espagne. Pendant toute la compétition, les Bleus ont donné une image très positive du sport français et se sont posés en outsiders crédibles pour les JO de Londres en 2012.

 

On dit souvent que les finales sont faites pour être gagnées. En effet, il eût été exceptionnel que l'équipe de France de basket remporte le premier Euro de son histoire. Mais peut-on vraiment reprocher à Tony Parker, Joachim Noah et les autres d'avoir échoué face à l'Espagne, grand favori de la compétition ? Honnêtement non !

 

Car au-delà du résultat final, les basketteurs tricolores peuvent tirer un bilan ultra-positif de leur voyage en Lituanie.

 

D'un point de vue sportif tout d'abord. La France n'a perdu que deux rencontres, toutes deux face au vainqueur final espagnol. Tous les autres adversaires ont plié : de la Serbie à la Russie, en passant par la Turquie et la Grèce entre autres.

En quart de finale, les hommes de Vincent Collet ont vaincu la malédiction qui amenait généralement la France à s'écrouler à ce stade la compétition après des débuts prometteurs.

 

L'avenir s'annonce radieux. L'équipe de France a obtenu son billet pour les Jeux Olympiques de Londres l'an prochain. Elle aura certainement son mot à dire si elle peut compter sur ses stars de la NBA. La conquête d'une médaille est loin d'être une idée utopique.

 

Enfin, l'image offerte par les Bleus aux supporters et particulièrement aux jeunes générations fait plaisir. Loin des "mutins de Knysna" en football ou des "combats de catch" de l'athlétisme, on a eu l'impression de voir un groupe uni, sérieux mais sans réelle pression, avec des joueurs heureux d'être ensemble et ne se prenant pas pour des dieux. Un exemple qui se rapproche de celui des handballeurs tricolores.

Précisons en plus pour ceux qui mettent souvent tous les problèmes sur le dos du fric et du business, que le basket-ball est un sport médiatique, qui brasse de l'argent, et que les basketteurs français gagnent pour la plupart très bien leur vie. Comme quoi, il y a certainement d'autres explications à chercher...

 

En attendant déjà avec impatience les JO de 2012, tous les voyants sons au vert pour le basket français.

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 07:02

Lyon-Om.JPGLe match Lyon-OM à Gerland comptant pour la 6e journée de Ligue 1 avait été pressenti lors de l'annonce du calendrier de la saison comme le premier gros choc du Championnat de France 2011-2012. Au vu des performances des deux clubs, il s'est finalement transformé en duel des extrêmes. A l'issue de la rencontre, qui s'est soldée par une victoire lyonnaise (2-0), le fossé est énorme : Lyon est en tête du classement avec 14 points, tandis que l'OM est 20e et dernier avec seulement 3 petits points !

 

La situation était inquiétante, elle est en train de devenir critique. Après six journées, beaucoup de spécialistes considèrent déjà la saison de l'OM en Ligue 1 comme quasiment gâchée. S'il est préférable de rester mesurés dans l'analyse tant on sait que dans une Ligue 1 en général assez homogène, l'enchaînement de quelques victoires peut permettre de changer totalement la donne, il faut bien admettre qu'il sera difficile pour l'OM de relever la tête.

 

Avec un bilan de 3 nuls et 3 défaites, Marseille va devoir réapprendre à gagner avant d'afficher un quelconque objectif, aussi mesuré soit-il. Il sera ensuite temps, bien plus tard, d'envisager éventuellement une lutte pour une place intéressante dans le haut du tableau. Par le passé, l'OM comme d'autres clubs (on pense notamment à Nantes en 1996) ont déjà réussi de jolis retours après des débuts de saison pitoyables.

 

Toujours est-il que dimanche, les hommes de Didier Deschamps ont certainement livré leur plus mauvais match depuis le début de saison. Seule l'entame a été correcte. Pendant un quart d'heure environ, on a cru l'OM capable de réaliser une grosse performance. Puis Lyon a frappé. Par Gomis tout d'abord (hors-jeu tout de même, non signalé), puis par Bastos en fin de première période.

 

La seconde mi-temps a ressemblé ensuite à un long chemin de croix pour les Phocéens.

 

Individuellement, difficile de trouver des motifs de satisfaction. Les joueurs ont semblé paralysés par l'enjeu et la crise naissante. Seules les entrées d'André Ayew et de Morgan Amalfitano ont apporté un peu de dynamisme à une équipe très pâle.

 

L'OM est malade, c'est une évidence. Des réunions ont eu lieu entre dirigeants, joueurs et avec les groupes de supporters pour tenter d'expliquer la situation et repartir du bon pied.

 

Il faudra pour cela retrouver goût à la victoire dès ce mercredi soir au stade Vélodrome face au promu Evian Thonon Gaillard, puis confirmer samedi à l'extérieur, sur la pelouse des Nordistes de Valenciennes.

 

En cas de résultats négatifs cette semaine, des têtes vont tomber sur le Vieux Port, c'est quasi inévitable... Espérons que la spirale négative se brise avant.

 

Au classement, Montpellier et Toulouse suivent de près l'Olympique Lyonnais. Le PSG et Lille sont dans le coup.

 

Ce mercredi 21 septembre, l'OM accueille le promu Evian Thonon Gaillard au stade Vélodrome pour le compte de la 7e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct à partir de 19h00 sur Foot+).

 

 

A l'issue du sondage proposé sur le blog pendant plus d'un mois, on constate qu'une large majorité faisait de Lyon et Marseille les favoris de la saison 2011-2012. Cela fait sourire quand on sait que les deux clubs figurent aujourd'hui aux deux extrémités du classement !


Résultats du sondage

243 votants entre le 9 août et le 21 septembre 2011

Sondage---Ligue-1.JPG

 

Résumé du match Lyon-OM

18 septembre 2011

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 11:38

Juan-Jose-Cobo.jpgLe Tour d'Espagne cycliste s'est achevé dimanche à Madrid. L'édition 2011 a tenu ses promesses, dans la lignée d'un Giro et d'un Tour de France réussis. Mais l'identité du vainqueur fait débat : Juan José Cobo (Geox) est un coureur aussi déterminé qu'intrigant.

 

On attendait Nibali, Rodriguez, Anton, Scarponi ou encore Menchov. La faillite des principaux leaders et de sérieux outsiders a finalement profité à Juan José Cobo. Destiné à jouer les équipiers pour Menchov et Sastre au départ de la Vuelta, l'Espagnol a conclu les trois semaines de courses avec le maillot rouge de leader du classement général sur les épaules.

 

Régulièrement classé lors des premières grandes étapes, Cobo s'est affirmé peu à peu et a fini par participer à une rude bataille avec l'Anglais Chris Froome (Team Sky), lui aussi inattendu à ce niveau et à l'origine équipier de son compatriote Bradley Wiggins (3e du général).

 

On retiendra comme image forte de ce Tour d'Espagne 2011 le formidable duel entre les deux premiers du général lors du dernier kilomètre de l'étape entre Faustino V et Pena Cabarga.

 

Mais déjà, les pro et les anti Cobo s'opposent.

 

Certains voient en sa victoire sur un grand Tour la formidable revanche d'un coureur quasi perdu, un temps dépressif et décidé à arrêter le vélo. Poussé par ses dirigeants à terminer la saison, il a finalement couru avec moins de pression et s'est révélé être très fort dans cette situation. Certainement va-t-il réfléchir à deux fois à son avenir...

 

D'autres considèrent Cobo comme un cycliste largement suspecté de dopage et dont les performances sont à prendre avec beaucoup de recul. Membre de l'équipe Saulnier Duval en 2008 lors de l'éviction du Tour de ses équipiers Ricco et Piepoli pour dopage à l'EPO Cera, Cobo n'a jamais été contrôlé positif. Cependant, les passionnés de la "petite reine" ne manquent pas de rappeler que lorsque les deux tricheurs italiens ont été confondus par leurs analyses, Cobo les devançait au classement général et gravissait les pentes des cols français sur un rythme tout aussi soutenu.

Comment, dans ce cas, imaginer une seule seconde que Cobo soit un coureur "propre", au sein d'une équipe Geox qui n'est autre qu'une évolution de circonstances de l'ancienne Saulnier Duval ? Le doute, pourtant, lui bénéficie au regard du règlement.

 

Dernier mot pour évoquer le bilan des Bleus, plutôt satisfaisant. Le Champion de France Sylvain Chavanel (Quick Step), après un Tour de France difficile, a porté le maillot de leader pendant quelques jours. David Moncoutié (Cofidis) a obtenu ce qu'il était venu chercher : un nouveau maillot de meilleur grimpeur et une victoire d'étape. Le meilleur Tricolore au classement général final est Mathieu Perget (AG2R), 24e.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 11:20

Parker-et-Noah.jpgA la veille d'un quart de finale très attendu face à la Grèce, l'équipe de France de basket peut se satisfaire de son bilan depuis le début de l'Euro 2011. Mais il ne faudra pas flancher à un stade de la compétition qui lui fait souvent défaut.

 

C'est une bien mauvaise habitude qu'il va falloir cesser : les basketteurs français ont trop souvent réalisé de grandes performances en poules avant de se faire éliminer dès la première rencontre à élimination directe. Espérons que ce triste schéma ne se reproduise pas.

 

Car le moins que l'on puisse dire, c'est que le niveau de jeu développé par les Tricolores depuis le début de l'Euro est très intéressant. De nombreux spécialistes considèrent la France comme l'adversaire le plus sérieux de l'Espagne pour la victoire finale.

 

Serbie, Italie, Allemagne, Israël, Lettonie, Turquie, Lituanie : tous ont mordu la poussière face à la bande à T.Parker. Seule l'Espagne, grande favorite de la compétition, a coupé l'élan des Bleus, face à une équipe largement remaniée.

 

S'il est difficile de dire si l'équipe de France peut gagner cet Euro, elle semble en tout cas en mesure de se hisser en finale, portée par ses stars de la NBA, dont notamment le jeune et virevoltant J.Noah.

 

Il faudra pour cela faire preuve de vigilance face aux Grecs, avant de retrouver en demi-finale la Russie ou la Serbie.

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 22:49

Morel-et-Lucho.jpgEn réussissant son entrée en Ligue des Champions (victoire 1-0 sur le terrain des Grecs de l'Olympiakos), l'Olympique de Marseille s'est donné un peu d'air après un début de championnat catastrophique. Suite au match nul entre Dortmund et Arsenal, l'OM prend la tête du groupe F.

 

 

Le temps d'une soirée, l'Olympique de Marseille en a presque oublié qu'il végète actuellement à la 17e place de la Ligue 1. Pour ses premiers pas cette saison en Champions League, une compétition qui a le pouvoir de magnifier des équipes en plein doute, Marseille a montré un visage convaincant.

 

En première période, les Olympiens se sont appliqués à bien défendre et à assurer leurs relances pour ensuite créer le danger sur le but adverse. Bien que dominateurs dans l'ensemble, les hommes de Didier Deschamps ne réussirent pas à trouver la faille. La meilleure occasion fut à mettre à l'actif de Loïc Rémy, dont la tentative échoua sur le poteau.

 

A la 51e minute, Lucho trouva enfin l'ouverture, à la réception d'un centre tendu à ras de terre de Morel, repositionné ailier gauche pour cette rencontre. L'Argentin, dont les supporters attendent beaucoup après son départ avorté cet été, a certainement marqué l'un des buts les plus importants de son aventure marseillaise. Car plus que de donner la victoire aux siens, Lucho a offert une véritable bouffée d'oxygène à l'OM, dont les résultats catastrophiques suscitaient les plus vives inquiétudes chez les supporters.

 

Suite à la réalisation de Lucho, les Marseillais tentèrent de faire le break avant de se résoudre à défendre leur maigre avantage dans le dernier quart d'heure.

 

Bien sûr, tout ne fut pas parfait. L'animation offensive peut être améliorée et la défense à souffert dans le dernier quart d'heure. Plusieurs erreurs évitables auraient pu coûter très cher, on pense notamment à l'expulsion de Fanni pour un tacle trop musclé, dix minutes seulement après son entrée en jeu.

 

Mais les Marseillais ont repris goût à la victoire et engrangé un peu de confiance, c'est bien là l'essentiel. De la confiance, il en faudra justement pour aller défier l'Olympique Lyonnais à Gerland dimanche soir. Avec déjà trop de points perdus, la défaite sera interdite.

 

Les deux autres clubs français engagés en Ligue des Champions ont tous les deux concédé le match nul. Lyon a pris un point à l'Ajax d'Amsterdam (0-0), tandis que Lille, qui menait 2-0, s'est fait surprendre en fin de rencontre par le CSKA Moscou (2-2).

 

Mercredi 28 septembre, l'OM accueillera le Borussia Dortmund (All) au stade Vélodrome pour le compte de la 2e journée de la Ligue des Champions (match à suivre en direct sur Canal+ à partir de 20h45).

 

Découvrez tous les résultats et les classements des groupes de la Ligue des Champions sur le site d'Eurosport.

 

 

Résumé du match Olympiakos - OM

13 septembre 2011

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 22:48

OM-Rennes.jpg"Un tunnel sombre", c'est l'expression employée par Didier Deschamps pour qualifier le début de saison totalement manqué de l'Olympique de Marseille en Ligue 1. Après avoir remporté le Trophée des Champions, l'OM a progressivement sombré et se retrouve au soir de la 5e journée à la 17e place du classement. Décevant...

 

L'Olympique de Marseille a déjà par le passé connu des débuts de saison difficiles. Celui de l'exercice 2011-2012 restera certainement un exemple en la matière. Après 3 matchs nuls puis une défaite chez le Champion de France lillois, les Marseillais ont sombré samedi à l'occasion de la 5e journée. A domicile, les Phocéens ont été battus par Rennes (1-0).

 

Malgré quelques occasions de but intéressantes, les Phocéens ont été incapables de prendre l'avantage et se sont finalement fait surprendre en fin de match sur une frappe des vingt-cinq mètres.

 

Si l'heure n'est pas à mon sens à la grosse crise que certains aimeraient tant voir, il est légitime qu'il y ait un peu d'inquiétude et surtout de la frustration chez les supporters. La bronca à laquelle ont eu droit les joueurs au coup de sifflet final illustre parfaitement cela.

 

Au final, plus que le talent ou la chance, c'est la confiance qui manque actuellement à l'OM. Beaucoup d'espoirs ont été placés dans ce groupe pour la saison 2011-2012. Forcément, quand les matchs s'enchaînent et que les victoires ne sont pas là, il est souvent compliqué de s'en sortir. Nul doute qu'un premier succès suffirait à débloquer la situation et permettrait aux Marseillais de se repositionner ensuite dans la partie haute du classement.

 

Quant à savoir si l'OM a cette saison les moyens de jouer le titre, il est trop tôt pour le dire. Avant la début de saison, j'aurais dit oui sans hésiter. Aujourd'hui, force est de constater que la défense est très fragile, le milieu réellement au niveau que lorsque Lucho fait un bon match et l'attaque limitée entre un Gignac toujours inefficace malgré une grosse envie de bien faire et un Jordan Ayew encore trop jeune pour assumer une place de titulaire.

 

Seules quelques individualités émergent du marasme actuel. Ce sont peut-être Rémy, Valbuena, Azpi ou encore Cheyrou qui détiennent la clé pour que Marseille retrouve un standing plus conforme à ses ambitions.

 

Il faudra faire vite, car l'on sait bien que sur le Vieux Port, le temps est compté et toute crise de résultats trop longue peut avoir des effets dévastateurs sur l'équilibre du club et de l'équipe dirigeante.

 

En attendant, Lyon a encore gagné (à Dijon 2-1), de même que Lille (à Saint-Etienne 3-1) et le PSG (devant Brest (1-0). Montpellier reste en tête après son succès à Nice (1-0). Les points perdus par l'OM, c'est certain, pèseront très lourd au mois de mai prochain.

 

Mardi 13 septembre, l'OM fera son entrée en Ligue des Champions sur le terrain de l'Olympiakos (match à suivre en direct sur TF1 à partir de 20h45). Dimanche 18 septembre, pour le compte de la 6e journée, les Marseillais auront un déplacement très compliqué à Lyon (match à suivre en direct sur Canal + à partir de 21h).

 

 

Résumé du match OM - Rennes

10 septembre 2011 



 


Partager cet article

Repost0
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 18:51

F1-Vettel-Red-Bull.jpgEn remportant sa 8e victoire en 13 courses dimanche à Monza (Italie), l'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull) a fait un grand pas vers le titre de Champion du Monde. Son sacre pourrait intervenir dès le prochain Grand Prix, à Singapour (le 25 septembre).

 

Loin d'être le plus rapide en vitesse pure, le leader du Championnat du monde l'a emporté à Monza grâce à un réglage minutieux de boîte de vitesses. Samedi, ce choix stratégique avait porté ses fruits puisque Vettel avait pris la pôle position, devant les McLaren de Lewis Hamilton et Jenson Button.

 

Dimanche, après un départ laborieux, le digne successeur de Michael Schumacher n'a eu besoin que de 5 tours pour reprendre la première place à Fernando Alonso (Ferrari) et bâtir ensuite une superbe victoire.

 

Souvent beaucoup plus rapide que ses adversaires, Vettel a démontré qu'il sait aussi parfois être plus intelligent sur la piste, privilégiant une stratégie risquée mais finalement couronnée de succès.

 

Derrière lui, Button et Alonso ont sauvé les meubles en se hissant sur le podium.

 

Au classement du Championnat du Monde, Sebastian Vettel compte ce soir 284 points, soit 112 de plus que Fernando Alonso et 117 de plus que son coéquipier Mark Webber et que le Britannique Button.

 

Alors qu'il reste six épreuves à disputer, difficile d'imaginer une seconde que le titre puisse échapper à Vettel, dominateur tout au long de la saison.

Partager cet article

Repost0