Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 16:09

Fernando-Alonso.jpgEn remportant le Grand Prix de Grande-Bretagne à Sylverstone dimanche, Fernando Alonso (Ferrari) a réalisé une bonne opération au classement du Championnat du Monde. Mais cette première victoire de la saison pour l'Espagnol suffira-t-elle à remettre en cause la suprématie des Red Bull ?

 

Fernando Alonso avait promis que sa Ferrari serait compétitive et montrerait ses réels progrès en Grande-Bretagne. Il a tenu parole. 3e sur la grille de départ derrière l'incontournable duo formé par l'Australien Mark Webber et l'Allemand Sebastian Vettel, le double Champion du monde s'est longtemps accroché avant de profiter des petits soucis de ses adversaires pour passer en tête et s'envoler.

 

S'il fallait apporter la preuve que les Red Bull ne sont pas imbattables, mission accompli. Seulement, cette victoire permettra-t-elle à Alonso de lutter pour le titre en fin de saison ? Pas sûr...

 

Après 9 courses disputées,Vettel reste solidement accroché à la tête du classement général avec 204 points, soit 80 de plus que son coéquipier Webber (124) et 92 de plus qu'Alonso (112). Un sacré gouffre.

 

Pour être sacré, Alonso devra donc récupérer près de 100 points à Vettel en seulement 10 épreuves. Outre le fait de n'avoir pratiquement pas le droit à l'erreur, il devra compter sur quelques faux pas du jeune prodige allemand.

 

Car n'oublions pas que si ce weekend, Alonso a été le plus fort, les Red Bull n'ont pas du tout été hors du coup en trustant les deux places restantes sur le podium (Vettel 2e et Webber 3e).

 

Le prochain Grand Prix, le 24 juillet sur le circuit de Nürburgring en Allemagne, nous en dira un peu plus sur les capacités d'Alonso à "titiller" Vettel, qui sera sans aucun doute déterminé à l'emporter devant son public.

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 17:49

Voeckler-en-jaune.jpgAu terme de la 9e étape du Tour de France 2011 courue entre Issoire et Saint-Flour, le Français Thomas Voeckler (Europcar) a dépossédé le Norvégien Thor Hushovd (Garmin) du maillot jaune de leader du classement général.

 

Parti dans la bonne échappée, Thomas Voeckler a pris la tête du général au soir de la 9e étape de la Grande Boucle. Profitant d'une terrible chute dans le peloton, les cinq attaquants du jour ont compté jusqu'à 7 minutes d'avance. Deux d'entre eux (Hoogerland et Flecha) ont malheureusement été percutés par un véhicule de course à une cinquantaines de kilomètres de l'arrivée. Ils ont pu repartir, malgré leurs blessures.

 

La victoire d'étape allait donc opposer deux Tricolores (Voeckler et Casar) à l'Espagnol de la Rabobank, Luis Leon Sanchez.

Et à ce jeu là, Leon Sanchez a été le plus fort. Voeckler avait fait trop d'efforts pour creuser l'écart avec le peloton et Casar, récemment nommé ambassadeur de la ville de Saint-Jean-de-Maurienne, n'a pas eu les jambes pour disputer le sprint.

 

Avant une journée de repos salvatrice lundi, le Tour de France a tout de même perdu deux favoris : Jurgen Van den Broeck (Omega) et surtout Alexandre Vinokourov (Astana). Impliqués dans la chute du peloton, ils ont été contraints à l'abandon, sérieusement touchés.

 

Voeckler, avec près de 2 minutes d'avance sur Leon Sanchez et 2'30 sur le premier favori, Cadel Evans (BMC), devrait profiter quelques jours de la tunique jaune.

 

 

Arrivée de l'étape 9

Issoire - Saint-Flour

10 juillet 2011

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 09:29

Favoris-du-Tour-2011.jpgUne semaine après son départ de Vendée, le 98e Tour de France apporte déjà son lot de joies pour les uns, de déception pour les autres. Mais les choses sérieuses sont à venir.

 

La première semaine de la Grande Boucle n'a pas pour habitude d'être décisive. A vrai dire, elle ne l'est même jamais. Pas de raison que les choses en soient autrement cette année.

 

Comme d'habitude, de nombreuses échappées se sont dessinées. Comme souvent les Français ont tenté leur chance (en vain !). Il a fallu attendre ce samedi à Super-Besse pour voir les attaquants être récompensés de leurs efforts. Le Portugais Rui Costa (Movistar) a réussi à préserver quelques secondes d'avance sur les favoris, revenus sur ses talons dans les ultimes kilomètres de l'étape.

 

Pour le reste, on a eu droit à quelques sprints massifs, qui ont permis notamment à Farrar (Garmin) et Cavendish (HTC) de se faire voir. Le Français Romain Feillu a régulièrement terminé classé.

 

Le champion de Belgique Philippe Gilbert (Omega) et le Norvégien Boasson Hagen (Sky) ont également tiré leur épingle du jeu.

 

Au général, difficile pour l'instant de connaître l'état de forme des favoris. Certains voient déjà Andy Schleck (Leopard Trek) en difficulté et Cadel Evans (BMC) comme principal rival d'Alberto Contador (Saxo Bank). Je ne donne que quelques jours à ceux-là pour déchanter et se rendre compte qu'Andy Schleck est serein et saura répondre présent le moment venu.

 

Je crains en revanche qu'Evans explose lors d'une grande étape de montagne et se retrouve relégué bien loin de la tête du classement général.

 

Contador, qui s'est fait piéger dès la première étape au Mont des Alouettes, perdant 1'30 sur les principaux favoris, a depuis remis les pendules à l'heure. Plusieurs fois aux avant-postes, il ne lui a d'ailleurs manqué que quelques centimètres pour remporter l'étape de Mûr-de-Bretagne (victoire d'Evans au sprint).

 

Si rien ne permet d'éliminer les principaux prétendants à la victoire finale, plusieurs outsiders ont en revanche déjà rendu les armes. Brajkovic (Radio Shack) et Wiggins (Sky) ont abandonné suite à des chutes, Gesink (Rabobank) souffre et a du mal à suivre, Leipheimer (Radio Shack) pointe déjà à près de 5 minutes.

 

FInalement, la bonne opération est pour Franck Schleck (Leopard Trek), Andreas Klöden (Radio Shack), Tony Martin (HTC) et dans une moindre mesure Alexandre Vinokourov (Astana) qui ont tous évité les encombres lors des huit premiers jours de course et ont relativement bien négocié le contre-la-montre par équipes aux Essarts.

 

Dimanche, l'arrivée à Saint Flour pourrait bien être fatale à certains leaders. Mais c'est plus probablement à Luz-Ardiden dans les Pyrénées, mercredi, que la grande explication devrait commencer.

 

En attendant, le Norvégien Thor Hushovd (Garmin), s'accroche à sa seconde d'avance sur Cadel Evans (BMC), qui lui permet de porter le maillot jaune de leader. Le premier Français, Thomas Voeckler (Europcar), pointe samedi soir au 19e rang à 1'29.

 

 

Leaders des classements (au soir de la 8e étape, samedi 9 juillet)

 

Maillot jaune : Thor Hushovd (Garmin)

Maillot vert : Philippe Gilbert (Omega)

Maillot à pois : Tejay Van Garderen (HTC)

Maillot blanc : Robert Gesink (Rabobank)

Classement par équipes : Garmin

 

 

Découvrez toutes les infos, toutes les étapes, tous les résultats, tous les classements... sur le site officiel du Tour de France cycliste.

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 21:55

France---Angleterre-feminin.jpgAu terme d'un match qui a tenu toutes ses promesses aussi bien au niveau du spectacle proposé que du suspense, l'équipe de France de football féminin a décroché son billet pour les demi-finales de la Coupe du Monde en battant l'Angleterre (1-1 ; 4-3 TAB) à Leverkusen (Allemagne). Elles retrouveront mercredi le vainqueur du match Brésil - Etats-Unis.

 

La rencontre opposant la France à l'Angleterre s'annonçait indécise, certains doutant de la capacité des Bleues à imposer leur jeu face aux rugueuses joueuses d'Outre-Manche, d'autres considérant au contraire l'adversaire comme totalement à la portée des filles de Burno Bino.

 

La victoire s'est finalement jouée sur l'ultime tir aux buts anglais expédié directement sur la barre transversale par White. Un raté qui soulagea l'ensemble du clan français et qui vint récompenser une domination globale incontestable.

 

Tout au long de la partie, les Tricolores ont assiégé le but anglais, se créant une bonne trentaine d'occasions, dont beaucoup auraient mérité meilleur sort.

 

En première période, les coéquipières de Louisa Nécib prirent rapidement l'ascendant, développant un jeu offensif qui ne laissa que peu de chances aux Anglaises d'approcher du but de Céline Deville. Malheureusement, les opportunités de marquer ne furent pas concrétisées, faute d'efficacité dans le dernier geste.

 

En seconde période, les Françaises repartirent sur le même rythme et furent tout près de trouver la faille à la 50e minute de jeu. La frappe de Marie-Laura Delie fleurta avec le poteau mais termina sa course dans les panneaux publicitaires.

 

Et comme souvent lorsqu'une équipe domine longuement de manière stérile, les Bleues finirent par encaisser un but. Sur une erreur défensive, Scott s'engouffra dans la défense avant de lober la gardienne de buts d'une frappe à l'extérieur de la surface.

 

Le jeu s'équilibra ensuite jusqu'à l'entrée du dernier quart d'heure. Les Anglaises se mirent alors à reculer, les Bleues jetant toutes les forces dans la bataille pour éviter d'éternels regrets.

 

Et à la 88e minute, sur un ballon repoussé à l'entrée de la surface, Bussaglia enroula une frappe parfaite en pleine lucarne. Soulagement pour la France et gros coup de massue pour l'Angleterre qui semblait sur le point de réaliser un hold-up parfait.

 

Il allait donc falloir disputer une prolongation. Pendant 30 minutes, les Françaises, emmenées par leur armada de joueuses de l'Olympique Lyonnais, firent leur maximum pour éviter la cruelle épreuve des tirs aux buts. En vain.

 

Le premier tir français de Camille Abily, repoussé par Bardsley, ne laissait rien présager de bon. Mais sur le quatrième tir anglais, Rafferty manqua la cadre, permettant aux Bleues de revenir à égalité. Le Sommer ne trembla pas sur l'ultime penalty français. La suite, c'est un loupé anglais et un grand bonheur pour l'équipe de France qui poursuit sa formidable aventure.

 

En demi-finales, rencontrer la Brésil ou les Etats-Unis promet d'ores et déjà un grand match et une opposition de qualité.

 

En attendant, le rêve continue...

 

Dans l'autre demi-finale du jour, l'Allemagne, pays hôte et grand favori de cette Coupe du Monde, s'est fait surprendre par le Japon. Un but inscrit pendant les prolongations par Maruyama permet aux Asiatiques de se qualifier (1-0). Quelle surprise !

 

 

Résumé du match France - Angleterre

9 juillet 2011

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 13:54

Vannes---OM.jpgL'Olympique de Marseille a remporté vendredi par la plus petite des marges (1-0) son premier match amical estival face à Vannes, nouvellement relégué en National.

 

On dit souvent que les résultats des matchs amicaux de préparation ne signifient pas grand chose. Souvent, les équipes qui remportent la plupart de leurs rencontres perdent énormément de points en début de saison, et inversement.

 

C'est plutôt sur le contenu des matchs et l'avancée de la préparation qu'il s'agit d'être attentifs. Et pour sa première sortie, l'OM a semble-t-il été peu convaincant.

 

Face aux joueurs de Vannes, qui disputaient déjà leur deuxième match après une défaite face à Reims (2-1), les Phocéens ont eu des difficultés à imposer leur jeu. Sous la pluie, les hommes de Didier Deschamps ont subi en première période, sans craquer. Seuls Valbuena et Rémy ont réussi à animer quelque peu un secteur offensif bien pâle.

 

En seconde mi-temps, André et Jordan Ayew, déjà très motivés, ont en revanche mis le feu à la defense adverse, bien aidés par un Alou Diarra appliqué en milieu de terrain. Si Andrade, dans les buts, évita de peu l'ouverture du score, les Marseillais montrèrent plus de maîtrise que leurs adversaires.

 

En fin de match, la nouvelle recrue Jérémy Morel donna la victoire à l'OM sur une belle frappe déviée à deux reprises avant de finir au fond des filets.

 

Les "nouveaux" (N'Koulou, Diarra, Amalfitano, Morel) ont tous montré de belles choses, malgré leurs limites physiques en fin de match.

 

Une victoire est toujours bonne à prendre. Chacun a pu avoir du temps de jeu. La confiance engrangée lors des matchs amicaux aura certainement son importance en début de saison.

 

Un groupe est en train de naître, attendons la suite...


 

La composition de l'OM en première période
Mandanda - Diawara, M'bow, Fomen, Fanni - Cissé, Abriel, Lucho - Sabo, Rémy, Valbuena

 

La composition de l'OM en seconde période
Andrade – Kaboré, N’Koulou, Hilton, Morel – Amalfitano, Diarra, Cheyrou – J. Ayew, Omrani (Gadi, 80e), A. Ayew

 

 

Pour son deuxième match amical, l'OM affrontera Montpellier à Martigues le vendredi 15 juillet à 19h00 (match à suivre en direct sur Canal+ Sport).

 

Résumé du match Vannes - OM
8 juillet 2011

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 13:12

Football-feminin.jpgElles n'ont pas toutes le statut professionnel, elles sont rares aujourd'hui à pouvoir vivre de leur activité sportive, mais elles pourraient bien dans quelques jours entrer dans l'histoire du sport français. Les joueuses de l'équipe de France de football sont actuellement en Allemagne où elles disputent le Mondial féminin. Avec l'espoir de réaliser le même exploît que Deschamps, Blanc, Zidane et les autres il y a 13 ans...

 

L'histoire pourrait bien être magnifique. Le football féminin, qui vit en France dans l'ombre de son homonyme masculin, de ses stars et de ses millions dépensés, a l'occasion rêvée de se trouver en pleine lumière le 17 juillet prochain, en cas de victoire en finale de la Coupe du Monde.

 

Jamais les Bleues n'avaient donné l'impression de pouvoir se hisser à ce niveau de la compétition. Il y a quelques années, seule Marinette Pichon, l'emblématique attaquante tricolore, semblait en mesure de faire rêver la France du football.

 

Aujourd'hui, fortes d'un titre de Championnes d'Europe acquis il y a quelques semaines face aux Allemandes de Potsdam, les Lyonnaises Laura Georges, Camille Abily et Louisa Nécib, entre autres, proposent un niveau de jeu proche de ce qui se fait de mieux dans le monde. Pas étonnant de retrouver l'équipe de Bruno Bini (sélectionneur depuis 2007) en quarts de finale de la compétition.

 

Pour y parvenir, la France a d'abord dominé sans convaincre la modeste équipe du Nigéria (1-0), avant d'infliger une véritable correction au Canada, en inscrivant 4 buts sans en encaisser.

 

Déjà qualifiées, les Bleues ont été battues dans le dernier match de poule par l'Allemagne, pays hôte et grand favori de la compétition (4-2). Réduites à 10 pendant une bonne partie de la rencontre, les Tricolores n'ont pourtant pas démérité.

 

Ce samedi à 18h00 à Leverkusen, les joueuses françaises retrouveront l'Angleterre pour une place en demi-finales. Une marche de plus vers la finale de Francfort et une possible consécration qui pourrait bien entraîner des scènes de liesse sur les Champs-Elysées et aux quatre coins de l'hexagone.

 

 

La rencontre est à suivre en direct à partir de 17h45 sur Eurosport et Direct 8.

 

 

Le programme des quarts de finale

 

09/07 : France - Angleterre ; Allemagne - Japon.

10/07 : Suède - Australie ; Brésil - Etats-Unis.

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 11:40

Annecy-2018-out.jpgL'espoir de voir les Jeux Olympiques d'hiver 2018 se dérouler en France était faible, il est désormais nul. Le Comité International Olympique (CIO), réuni ce mercredi à Durban en Afrique du Sud, a attribué l'organisation des Jeux Olympique et Paralympiques 2018 à la ville sud-coréenne de Pyeongchang.

 

Vu les conflits et les polémiques qui ont accompagné la candidature d'Annecy pour l'organisation des JO 2018 depuis de nombreux mois, on ne peut pas réellement parler de désillusion.

 

Le dossier français, bien que fort abouti et axé sur une volonté louable de lier le savoir-faire à l'authenticité de la haute-montagne, n'avait pas les faveurs des observateurs à l'approche du vote décisif.

 

Munich (Allemagne) et surtout Pyeongchang (Corée du Sud), semblaient davantage armées pour remporter l'élection. La tendance s'est confirmée. A 15h35, le premier tour de scrutin ouvert par le président du CIO Jacques Rogge a été le bon.

 

En recueillant la majorité absolue des 95 votants (63 voix), la ville asiatique s'est vue attribuer l’organisation des JO 2018, après 10 ans d'attente et trois candidatures successives.

 

Le résultat officiel a été proclamé à 17h22. Mais dès l'annonce que le premier tour avait suffit à déterminer le vainqueur, le suspense s'était déjà largement amoindri.

 

Il est bien entendu regrettable que le CIO ait privilégié une candidature proposant des infrastructures montées de toutes pièces en moyenne montagne alors qu'Annecy apportait la garantie de voir les épreuves se dérouler dans un cadre naturel d'exception.

 

Toutefois, il serait mal venu de ne pas remettre en cause la gestion du dossier. Les différents changements de direction et les difficultés pour réunir le budget souhaité, entre autres, ont assurément pesé lourd dans la balance.

 

Le CIO avait d'ailleurs adressé un avertissement clair aux responsables de la candidature française il y a un an, pointant différentes lacunes du dossier.

 

Cet échec doit aujourd'hui amener une explication franche et constructive entre tous les acteurs concernés afin que les erreurs d'aujourd'hui soient corrigées à l'avenir. De meilleurs jours viendront...

 

En attendant les passionnés de sport devront se lever de bonne heure au début de l'année 2018 pour ne rien manquer des différentes compétitions ((7 heures de décalage horaires entre Paris et Pyeongchang, ce qui signifie que lorsqu'il est 12h00 à Paris, il est 19h00 en Corée du Sud).


Après la défaite cuisante de Paris face à Londres pour l'organisation des JO d'été 2012, c'est en tout cas un nouveau coup dur dans l'aventure olympique française (seulement 7 voix pour Annecy), malgré l’énorme investissement de nombreuses personnalités, des ténors politiques et toute l’équipe d’Annecy 2018. Mais pouvait-il en être autrement ?


 

L'annonce des résultats

Durban (Afrique du Sud) - 6 juillet 2011

 

 

La présentation de Pyeongchang

 

 

La présentation de Munich

 

 

La présentation d'Annecy


Dans la présentation d'Annecy, à 2'36, vous pouvez voir rapidement des images du Marathon International de ski de fond de Bessans (passage à proximité de La Bessannaise avec en fond la vallée d'Avérole et la pointe du Charbonnel)
.

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 11:28

gennaro-bracigliano_01.jpgL'OM va enregistrer ce mardi la signature de sa cinquième recrue depuis le début du mercato. Gennaro Bracigliano, jusque là gardien de buts à Nancy, va rejoindre l'Olympique de Marseille. Il sera remplaçant de l'incontestable titulaire Steve Mandanda.

 

A 31 ans, Bracigliano va découvrir un club qui vise le titre, lui qui n'a durant sa carrière connu que l'AS Nancy-Lorraine (hormis deux prêts à Louhans-Cuisaux et Angers entre 2001 et 2003).

 

Avec près de 300 matchs à son compteur, il possède une expérience incontestable du football français et de la Ligue 1.

 

En 2010-2011, Bracigliano a toutefois connu une saison difficile. Il n'a disputé que 7 matchs en raison d'une blessure au pied droit qui l'a contraint à une opération.

 

Le montant du transfert devrait être proche d'un million d'euros, avec un contrat de 3 ans pour Bracigliano.

 

Cette arrivée devrait précipiter le départ du Brésilien Elinton Andrade, doublure de Mandanda au cours des deux dernières saisons.

 

 

Présentation de Gennaro Bracigliano

Site Le Phocéen

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 18:22

Alou-Diarra.jpgLe transfert était annoncé depuis plusieurs jours, il est désormais officiel : l'international français Alou Diarra quitte les Girondins de Bordeaux pour rejoindre l'Olympique de Marseille.

 

Diarra, qui fêtera ses 30 ans le 15 juillet prochain, avait déjà l'an dernier émis le souhait de quitter la Gironde, mais son président Jean-Louis Triaud s'était alors opposé à son départ (l'OM avait en plus géré ce dossier de manière plutôt hasardeuse).

 

Cet été, les dirigeants girondins avaient laissé la porte ouverte à leur milieu défensif. Il n'a pas tardé à l'emprunter pour traverser le sud de la France d'ouest en est et rejoindre la cité phocéenn.

 

Fort d'une décennie au plus haut niveau, dont de très belles saisons à l'Olympique Lyonnais et aux Girondins de Bordeaux, Alou Diarra devrait apporter sa puissance physique et sa vision du jeu au milieu de terrain.

 

Il compte en plus une expérience non négligeables chez les Bleus, avec 34 sélections. Alou Diarra, homme fort du sélectionneur Laurent Blanc lors de son passage en Gironde, fait partie des joueurs qui pourraient potentiellement porter le brassard de capitaine en cas de qualification pour l'Euro 2012.

 

Le montant du transfert avoisinerait les 5 millions d'euros (contrat de 3 ans).

 

 

Présentation d'Alou Diarra

Site Le Phocéen



Partager cet article

Repost0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 00:52

N-Koulou.jpgL'Olympique de Marseille continue son marché estival en vue de la saison 2011-2012. Après les signatures de Morgan Amalfitano et Jérémy Morel, tous deux venus de Lorient, l'OM a enregistré l'arrivée du défenseur monégasque Nicolas N'Koulou.

 

 

A 21 ans, le défenseur central camerounais Nicolas N'Koulou rejoint les rangs marseillais. Après trois saisons passées à l'AS Monaco, il va découvrir un club d'un standing supérieur et retrouvera à Marseille son compatriote Stéphane M'bia.

 

Réputé pour son style rugueux et son caractère bien trempé, N'Koulou compte déjà 27 sélections avec la Cameroun.

 

Les dirigeants phocéens ont dépensé 5 millions d'euros pour s'attacher ses services, avec à la clé un contrat de 4 ans.

 

N'Koulou sera en concurrence en défense centrale avec Stéphane M'bia et Souleymane Diawara.

 

Un élément non négligeable a été noté par Didier Deschamps : le Cameroun étant en grande difficultés dans les éliminatoires de la CAN 2012, il est fort probable qu'il pourra disposer de son joueur tout au long de la saison, alors que de nombreux africains quitteront la Ligue 1 pendant un à deux mois en début d'année 2012.

 

Par ailleurs, un accord de principe a été trouvé par l'OM avec les Girondins de Bordeaux pour le transfert d'Alou Diarra. L'affaire devrait être conclue dans les jours qui viennent.

 

 

Présentation de Nicolas N'Koulou

Site "Le Phocéen"



Partager cet article

Repost0