Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 22:15

Lorient--OM.jpgTenu en échec à Lorient (2-2) lors de la 36e journée de Ligue 1, l'Olympique de Marseille a pratiquement perdu tout espoir de conserver son titre de Champion de France. Avec trois points de retard sur Lille mais un match de plus joué, il sera très difficile de priver les Nordistes du doublé Coupe de France - Championnat.

 

Pour l'OM, la rencontre face à Lorient revêtait une importance toute particulière pour préserver ses chances de décrocher le titre de Champion de France. Tout autre résultat qu'une victoire serait considérée comme une contre-performance preque irattrapable sur le plan comptable.

 

En l'absence des deux Argentins Lucho et Heinze, Didier Deschamps faisait confiance à Kaboré au milieu et à Hilton derrière, M'bia étant encore trop juste pour tenir sa place.

 

Les Marseillais abordèrent la rencontre de manière convaincante, imposant à leurs adversaires un défi physique et un pressing qui mirent rapidement les Merlus en difficulté. Et dès la 14e minute, la domination olympienne se traduit par l'ouverture du score. Un but signé Rémy, sur un joli mouvement personnel après une passe de Kaboré.

 

En confiance, l'OM aurait même pu doubler la mise dix minutes plus tard. Mais Rémy buta sur Caponne avant que Valbuena, seul aux six mètres, n'expédie le ballon au-dessus de la barre transversale. Quel dommage, surtout quand on connait la suite de la rencontre.

 

Dès le retour des vestiaires, la défense marseillaise fut prise à défaut sur corner. Koné n'eût aucun mal à devancer Hilton, en manque de repères, pour égaliser.

 

Et apès vingt minutes moins palpitantes, Gameiro, le "serial buteur" de Lorient, allait doucher les espoirs marseillais. A la réception d'un centre à ras de terre, le jeune international coupa le ballon devant Mandanda pour redonner l'avantage aux siens. Cela, quelques minutes à peine après une occasion ratée de Rémy.

 

L'OM prit un sacré coup sur la tête... Dur de s'en relever en tout juste dix minutes. Rageant quand on pense à la maîtrise affichée en première période.

 

Les Phocéens passèrent pourtant tout près de l'exploit. Gignac, entré en jeu et débordant d'énergie, remis les deux équipes à égalité.

 

Et au bout des arrêts de jeu, Benoît Cheyrou fut à deux doigts d'arracher la victoire. Malheureusement, sur une remise de Gignac, il fut trompé par le rebond et n'arriva pas à ajuster sa tête, ce qui permit au gardien adverse de sauver sur sa ligne.

 

L'OM concède le match nul et offre à Lille l'occasion de se mettre à l'abri mercredi, lors de son match en retard face à Sochaux.

 

Les Dogues, vainqueurs samedi de la Coupe de France face au PSG (1-0), sont tout près de réaliser un doublé retentissant. Sur le jeu produit cette saison, il n'y aurait pas scandale. On voit mal en tout cas ce qui peut désormais les en empêcher... sauf peut-être un miracle !

 

A noter que malgré son match nul obtenu dans les dernières secondes à Monaco (1-1), le Racing Club de Lens est officiellement relégué en Ligue 2. Ce partage des points ne fait d'ailleurs les affaires de personne puisque Monaco se retrouve reléguable après les victoires de Caen et de Nancy. En bas de tableau, le suspens promet d'être intense jusqu'au bout.

 

 

Mercredi, Lille accueillera Sochax à 19h00 en match en retard de la 36e journée. Paris se déplacera à Bordeaux. Ce lundi, Lyon ira défier Brest en Bretagne.


 

Résumé du match Lorient - OM

15 mai 2011

Partager cet article

Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 23:07

Om---Brest.jpgEn s'imposant facilement 3-0 devant Brest, l'Olympique de Marseille reste à quatre points Lille, vainqueur mardi à Saint-Etienne (2-1), au terme de la 35e journée de Ligue 1. Si les Nordistes sont en position idéale pour décrocher le titre, Marseille reste en embuscade. Dans la lutte pour le podium, le PSG récupère un point sur Lyon, giflé par Auxerre (4-0).

 

 

Après la victoire de Lille en match avancé, l'OM n'avait d'autre choix que de l'emporter à domicile face à Brest pour préserver un petit espoir de conserver son titre de Champion de France.

 

Une fois n'est pas coutume, Didier Deschamps avait choisi de faire confiance à la jeunesse devant, André et Jordan Ayew étant alignés sur les ailes, avec Rémy dans l'axe.

 

Les Olympiens, souvent longs à se mettre en route cette saison, d'autant plus à domicile, n'ont cette fois pas traîné pour débloquer la situation. Sur une belle action collective, Cheyrou lançait idéalement en profondeur Loïc Rémy, pour l'ouverture du score du meilleur buteur olympien cette saison (12 réalisations).

 

La partie est alors devenue une formalité pour les Phocéens, rarement inquiétés par des Bretons pas encore maintenus malgré leur très bonne première partie de saison.

 

En seconde période, Jordan Ayew, opportuniste, enroula une frappe dans un angle fermé. Détournée par un défenseur, la balle loba Steve Elana et finit sa course dans la lucarne.

 

En fin de rencontre, un coup-franc bien placé aux vingt mètres permit à Heinze de parachever le succès olympien et de soigner une différence de buts largement inférieure à celle de l'adversaire direct pour le titre.

 

Si l'OM n'a pas perdu espoir de décrocher la première place finale, il a surtout quasiment assuré son billet pour la Ligue des Champions sans passer par le tour préliminaire.


Il le doit en partie à la contre-performance des Lyonnais. Trois jours après leur confrontation directe, les deux olympiques ont connu des destins opposés.

 

Les hommes de Claude Puel ont été corrigés par Auxerre à l'Abbé Deschamps. Cris, revenu en forme depuis quelques semaines, est retombé dans ses travers, tandis que son compère de la charnière centrale, Loveren, a été expulsé avant même la mi-temps. Résultat : 4-0 pour l'AJA, qui fait un pas de géant vers le maintien.

 

Lyon conserve sa troisième place, le PSG ayant concédé le nul (1-1) face à Nancy. Mais avec seulement un point d'avance, les Rhodaniens vont devoir se battre jusqu'au bout pour retrouver la saison prochaine les meilleures équipes d'Europe.

 

En bas de tableau, Nancy reste reléguable. Lens, malgré son succès face à Bordeaux, est quasiment sûr d'accompagner Arles-Avignon en Ligue 2.

 

Dimanche, l'OM se rendra à Lorient pour le compte de la 36e journée (match à suivre en direct à 21h00 sur Canal+). Lille disputera samedi face au PSG la finale de la Coupe de France, et rattrapera donc son match de championnat mercredi, à domicile face à Sochaux, un club en course pour une qualifiction européenne.

 

 

Classement (après 35 journées)

 

1 - Lille (69 pts +30)

2 - OM (65 pts +23)

3 - OL (59 pts +19)

4 - PSG (58 pts +16)

5 - Rennes (53 pts +5)

...

16 - Caen (41 pts -16)

17 - Monaco (40 pts -3)

18 - Nancy (39 pts -14)

19 - Lens (34 pts -18)

20 - Arles-Avignon (14 pts -49)

 

 

Les trois dernières journées de l'OM et Lille

 

36e journée : Lorient - OM ; Lille - Sochaux.

37e journée : OM - Valenciennes ; PSG - Lille.

38e journée : Caen - OM ; Lille - Rennes.

 

 

Résumé du match OM-Brest

11 mai 2011





Partager cet article

Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 07:31

Sebastan-Vettel.jpgQuatre grands prix ont déjà été disputés depuis le début de la saison 2011 de Formule 1. Une tendance claire se dégage : Sébastian Vettel, Champion du monde en titre, est plus que jamais le grand favori à sa propre succession.

 

Pour un peu, on se croirait revenu au début des années 2000, lorsque Michael Schumacher survolait le monde de la F1. Aujourd'hui, la star est allemande, comme "Schumi". Elle semble sans concurrence, comme "Schumi". Elle est impressionnante de talent et de maîtrise, comme "Schumi".

 

Elle a pour nom Sébastian Vettel. A 24 ans, le prodigieux pilote natif d'Heppenheim est sur un nuage depuis plus de deux ans maintenant.

 

2e au classement mondial final en 2009 derrière l'Anglais Jenson Button, Vettel est entré dans l'histoire en 2010 en devenant le plus jeune Champion du monde de l'histoire de la Formule 1, à très exactement 23 ans, 4 mois et 11 jours.

 

Après deux saisons et quelques prouesses au sein de l'écurie Toro Rosso, le jeune allemand a su confirmer chez Red Bull Racing toute sa capacité à faire évoluer une monoplace à première vue d'un niveau moyen.

 

Ses performances chez Toro Rosso tenaient du miracle, et il est loin d'être étranger à la domination actuelle des voitures Red Bull. Aux côtés de son coéquipier, l'Australien Mark Webber, Sebastian Vettel a travaillé sans compter pour amener l'écurie au sommet de la hiérarchie mondiale.

 

Aujourd'hui, Ferrari, McLaren et Mercedes ont toutes les peines du monde à suivre la cadence.

 

Les résultats de Vettel sont impressionnants : 4 pole positions en 4 grand-prix, 3 victoires (Australie, Malaisie, Turquie) et 1 deuxième place derrière Hamilton (Chine).

 

Au classement des constructeurs, Red Bull domine sans partage : avec 148 points, l'écurie autrichienne possède déjà 43 points d'avance sur McLaren et 83 sur Ferrari.

 

La saison est encore longue, mais à un tel rythme, l'avenir s'annonce radieux pour Vettel. Et pourquoi pas un jour décrocher sept titres de Champion du Monde... comme "Schumi" !

Partager cet article

Repost0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 23:04

Le-cycliste-Wouter-Weylandt.jpgLa 3e étape du Tour d’Italie cycliste, menant les coureurs jusqu’à Rapallo, a été marquée par la chute spectaculaire du belge Wouter Weylandt.

Malgré les efforts des médecins de la course pour le réanimer, le coureur de l’équipe Leopard Trek a succombé à ses blessures. Il avait 26 ans.

 

Le Giro 2011 se voulait être un formidable spectacle, avec un parcours considéré par bon nombre de spécialistes comme l’un des plus ambitieux des vingt dernières années.

 

Malheureusement, dès la troisième étape, la course vient de perdre une bonne partie de sa ferveur, pour le peloton comme pour le public. Et pour cause : la mort a frappé, provoquant une onde de choc dans le monde du vélo.

 

L’accident s’est produit dans la descente du Passo del Bocco, à environ 25 kilomètres de l’arrivée. Le Belge Wouter Weylandt a semble-t-il heurté un muret avec sa pédale gauche. Une erreur fatale à cette vitesse, qui l’entraîna dans une violente chute sur une vingtaine de mètres.

 

Inconscient et saignant abondamment, Weylandt fut immédiatement secouru par les médecins de la course, qui tentèrent de lui prodiguer un massage cardiaque. En vain. Si l’hélicoptère n’a pas pu se poser pour procéder à une évacuation d’urgence vu le relief de la région, cela n’aurait de toute façon probablement rien changé.

 

A 26 ans, Wouter Weylandt laisse derrière lui une veuve, qui doit accoucher en septembre de leur premier enfant. Ironie du sort, il y a un an, lors de la 3e étape du Giro 2010, Weylandt avait remporté l'un des plus beaux succès de sa carrière.

 

Les réactions se sont succédées tout au long de la soirée, du Directeur du Giro aux membres de l’équipe Leopard Trek, en passant par le nouveau porteur du maillot rose, David Millar. Tous étaient bien entendu unanimes sur le fait que la course n’a ce soir plus aucune importance.

 

Parmi la multitude de messages adressés dans les médias et sur Internet, celui du néerlandais Steven De Jongh - ancien coéquipier de Weylandt chez Quick Step, aujourd’hui à la retraite – m’apparaît comme le plus évocateur du sentiment général qui règne dans le monde du cyclisme : « No words, just tears » (« pas de mots, juste des larmes »)…

 

 

Le décès accidentel de Wouter Weylandt rappelle à quel point la pratique du vélo peut être dangereuse. Il fait également ressurigr le souvenir des trop nombreux accidents mortels survenus dans le peloton au fil des décennies.  Consultez ce triste historique…

 

Retrouvez également  les différentes réactions au sein du peloton…

 

 

L'accident de Wouter Weylandt 

(attention ces images peuvent heurter)

9 mai 2011

 

Partager cet article

Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 23:30

OL-OM - 2011Au teme d'un match engagé entre deux équipes de niveau européen, l'OM s'est incliné 3-2 à Gerland face à l'OL. Un résultat qui relance les Lyonnais et qui permet à Lille de s'envoler pour le titre de Champion de France. L'arbitrage de Monsieur Lannoy peut laisser de grands regrets aux Marseillais...

 

On ne le dira jamais assez, le niveau des arbitres français est déplorable ! J'ai souvent eu de la compassion pour eux, remettant la principale responsabilité sur les instances fédérales incapables de donner les moyens aux "hommes au sifflet" d'exercer dans de bonnes conditions.

 

Mais sur cet "Olympico" tant attendu, soyons clairs : l'excuse de l'absence de la vidéo ne tient pas. Et la star de la rencontre n'est pas Marseillaise, la star n'est pas Lyonnaise non plus, la star c'est l'arbitre ! Il aurait été préférable qu'il en soit autrement...

 

Monsieur Lannoy a commencé son show au quart d'heure de jeu. Sur un ballon mal dégagé par la défense lyonnaise, André Ayew est à la réception d'un centre au point de pénalty. Son contrôle de la poitrine permet à Rémy de frapper et de battre en force Hugo Lloris... Marseille ouvre le score ? NON ! L'arbitre refuse le but pour une main inexistante d'Ayew.

 

Peu de temps après, deuxième acte : Rémy est lancé plein axe dans la profondeur. La défense des hommes de Puel reste figée. L'attaquant marseillais va se présenter seul devant le gardien... NON ! Hors-jeu signalé, alors que Rémy était bel et bien dans le bon timing.

 

A la 25e minute, l'OL, qui aurait pu être mené 2-0, ouvre le score sur un pénalty consécutif à une faute indicutable de Diawara sur Lisandro.

 

L'OM doit oublier la déception et se relancer. C'est chose faite lors d'un dernier quart d'heure à sens unique. C'est là qu'intervient le troisième "loupé" du corps arbitral. Corner de Cheyrou qui cherche la tête d'Heinze aux six mètres. L'Argentin va catapulter le ballon au fond des filets... Mais NON ! Cris, à la lutte pour le ballon, commet une faute de main indiscutable. Tout le stade l'a vue, sauf... Monsieur Lannoy !

 

A la mi-temps, l'OM aurait pu mener 3-1, et se retrouve mené 1-0. Dur, très dur !

 

Malgré cela, les Phocéens démarrent la seconde période avec la ferme intention de recoller au score. Mais après plusieurs occasions non conclues, l'arrière-garde se fait surprendre en contre. Delgado se joue de son vis-à-vis et trompe Mandanda. 2-0, le match semble plié.

 

Mais dans la foulée, Jordan Ayew, tout juste entré en jeu, se bat sur le côté et parvient à adresser un centre à ras de terre bien coupé par Lucho. L'espoir renaît !

 

Et la domination marseillaise porte ses fruits quelques minutes plus tard. Sur un corner prolongé, Rémy de près, marque le but de l'égalisation du genou et du nez ! Peu conventionnel mais efficace !

 

On pense alors que les Marseillais ont les moyens de forcer la décision et de revenir de l'enfer pour l'emporter. Malheureusement, c'est Lyon, grâce à une frappe de Cris, qui inscrit un troisième but. La messe est dite, l'OM ne parvient pas à trouver une nouvelle fois la faille.

 

Soyons clairs, ce constat d'un arbitrage défaillant n'enlève rien au très bon match livré par l'Olympique Lyonnais, emmené par Lisandro (qui s'est blessé en fin de rencontre). Mais il est indicutable que sans ces trois erreurs flagrantes, l'issue de la rencontre aurait pu être tout à fait différente.

 

Ce résultat fait le bonheur de Lille, vainqueur à Nancy sur la plus petite des marges (1-0). Les Nordistes ont quatre points d'avance sur l'OM et semblent idéalement placés pour décrocher le titre à quatre matchs de la fin de saison. L'OL conforte sa place sur le podium et revient à trois points de l'OM. Tout peut donc encore basculer d'ici le 28 mai.

 

Espérons qu'au terme de la saison, les erreurs de Monsieur Lannoy ne pèseront pas trop lourd dans la balance. Même s'il est évident que tout ne se joue pas sur 90 minutes et qu'il ne faut pas se cacher uniquement derrière ces faits de match, il y a des défaites qui font plus mal que d'autres, surtout dans ce genre de confrontation directe pour le titre.

 

Enfin, que Monsieur Lannoy se rassure, il n'est pas le seul à être mauvais : il n'y a qu'à regarder les rencontres arbitrées par ses collègues Piccirillo, Enjimi, Duhamel et consors chaque week-end...

 

Dans une entreprise, lorsque les résultats ne sont pas bons à cause du travail des employés, il y a deux solutions : changer l'organisation et les méthodes de travail, ou changer d'employés. Qu'attendent donc la Fédération et la Ligue pour prendre (enfin) leurs responsabilités ?!

 

PS : Dans les autres rencontrent du weekend, le fait marquant est l'humiliation subie par les Girondins de Bordeaux à domicile face à Sochaux (0-4). Une défaite qui a entraîné la démission de Jean Tigana, épuisé par une saison très décevante et exaspéré par l'agression verbale dont a été victime sa fille dans les tribunes du stade Chaban-Delmas.

 

 

Dès cette semaine aura lieu la 35e journée de Ligue 1. L'OM accueillera Brest mercredi à 21h (match à suivre en direct sur Orange Sport). Lille se déplacera mardi à Saint-Etienne, tandis que Lyon se rendra à Auxerre mercredi à 19h. Paris sera opposé à Nancy.

 

 

Classement (après 34 journées)

 

1 - Lille (66 pts +29)

2 - OM (62 pts +20)

3 - OL (59 pts +23)

4 - PSG (57 pts +16)

5 - Rennes (52 pts +5)

...

16 - Caen (40 pts -7)

17 - Nice (40 pts -14)

18 - Nancy (38 pts -14)

19 - Lens (31 pts -19)

20 - Arles-Avignon (14 pts -48)

 

 

Résumé de "l'Olympico" OL-OM

8 mai 2011



Partager cet article

Repost0
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 22:24

Eric-Abidal---FC-Barcelone.jpgSans surprise après sa victoire à l'aller à Madrid (0-2), le FC Barcelone s'est qualifié pour la finale de la Ligue des Champions 2010-2011 à l'issue du match retour face au Real Madrid, conclu par un match nul (1-1).

 

L'issue de la demi-finale de Ligue des Champions 100% espagnole entre les éternels rivaux barcelonais et madrilènes ne faisait que peu de doute après les deux coups de génie de Lionel Messi il y a une semaine.

 

Pour espérer se qualifier, le Real Madrid devait inscrire deux buts sans en prendre un seul. Une marche trop haute pour les joueurs de José Mourinho face à l'incontestable meilleure équipe du monde actuelle.

 

En première période, les récents vainqueurs de la Coupe du Roi se sont montrés dangereux uniquement en contre, laissant l'initiative du jeu aux Barcelonais. Avec sérieux mais sans forcer leur talent, Messi et ses partenaires portèrent plusieurs fois le danger sur le but de Casillas, très inspiré dans ses interventions.

 

Au retour des vestiaires, le match bascula en quelques minutes. Un but refusé à Higuain pour une faute (inexistante) de Ronaldo sur Mascherano, et quelques instants plus tard, l'ouverture du score des Catalans par l'intermédiaire de Pedro, bien servi par Iniesta.

 

Le but de Marcelo à la 64e minute n'allait rien changer. Tout juste permit-elle aux Madrilènes de garder la tête hors de l'eau. La qualification, elle, semblait jouée depuis bien longtemps...

 

En fin de rencontre, une ovation fut réservée par les supporters au Français Eric Abidal, entré en jeu pour la première fois depuis son opération d'une tumeur au foie. Une excellente nouvelle pour le joueur, heureux de rejouer si vite au football après ce problème de santé peu commun dans le monde du sport de haut niveau.

 

Le FC Barcelone retrouvera en finale à Wembley le 28 mai prochain le vainqueur de l'autre demi-finale entre Manchester United et Schalke 04 (à l'aller Manchester l'a emporté 2-0). Pep Guardiola, vainqueur de la Ligue des Champions en tant que joueur des blaugranas en 1992 à Wembley, aura cette fois l'occasion d'y conquérir le trophée dans le costume d'entraîneur.

 

Le rêve de briller à nouveau sur la scène continentale s'effondre en revanche pour le Real Madrid. Auteur d'un bon match nul en Championnat lors de la première des quatre oppositions successives face au Barça, le club le plus titré d'Europe aura conquis la Coupe d'Espagne avant de s'effondrer en Ligue des Champions.

 

Au final, s'ils terminent sur un bilan correct (1 victoire, 2 matchs nuls, 1 défaite), Christiano Ronaldo et ses coéquipiers devront selon toute vraisemblance se contenter d'un seul titre cette saison. Sans doute rêvaient-ils de beaucoup mieux il y a encore trois semaines...

 

Buts du match Barcelone - Real Madrid

3 mai 2011

 

 

Partager cet article

Repost0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 12:44

Om---Auxerre.jpgDominateur dans le jeu mais rejoint au score sur une erreur défensive, l'Olympique de Marseille a concédé le match nul à domicile face à Auxerre (1-1). Lille, facile vainqueur de la lanterne rouge Arles-Avignon samedi (5-0) récupère sa place de leader à l'issue de la 33e journée.

 

Il aura suffit d'une faute d'inattention et d'une demi-occasion aux Auxerrois pour venir chercher un point à Marseille dans la lutte pour le maintien. A la 77e minute, sur une balle lancée en profondeur dans le dos de l'arrière-garde phocéenne, Jo-Gook permit à son équipe d'égaliser, plongeant le Vélodrome dans la stupeur.

 

Il faut dire que jusque là, rien ne laissait présager d'un tel gâchis ! Les joueurs de Didier Deschamps semblaient tenir le match sans trop de difficultés. Auteurs d'une performance de premier choix face à Nice mercredi, les deux frères Ayew étaient alignés d'entrée, tandis que Lucho retrouvait une place de titulaire au milieu.

 

Après quelques minutes pour se mettre en route, les Marseillais dominèrent durant toute la première période. Jordan, le cadet de la famille Ayew, se montrait très remuant sur le front de l'attaque, et fut à deux doigts d'ouvrir le score suite à un joli raid solitaire. Sa frappe était détournée par Sorin sur son poteau.

 

A la demi-heure de jeu, Lucho sur coup-franc, obligeait le portier auxerrois à s'employer, et c'est une nouvelle fois Jordan Ayew qui reprenait de volée hors de la surface, à quelques centimètre de la lucarne.

 

En début de seconde période, les Olympiens repartirent de plus belle, bien décidés à faire sauter le verrou bourguignon. Ce fut chose faite peu avant l'heure de jeu. Sur un contre initié par Valbuena, l'attaque se développait côté gauche. Centre d'André Ayew, dévié par le jeune défenseur auxerrois Boly et au second poteau... Valbuena encore lui, qui put contrôler avant d'ajuster Sorin avec sang-froid.

 

Le Vélodrome enfin libéré, les encouragements semblaient donner des ailes aux ciels et blancs. Cheyrou fut tout près de doubler la mise. Mais malgré leurs efforts, les Marseillais ne réussirent jamais à se mettre à l'abri. Jusqu'à la 77e minute...

 

En fin de match, André Ayew aurait pu obtenir un penalty, non sifflé par M. Piccirillo. Quelques secondes plus tard, le même Ayew vit sa frappe échouer à quelques centimètres des buts adverses.

 

L'OM réalise une bien mauvaise opération avant d'aller défier l'Olympique Lyonnais à Gerland. Lille, qui n'a pas eu à forcer son talent face à Arles-Avignon, est de nouveau leader avec 1 point d'avance et une différence de buts favorable.

 

Marseille se consolera tout de même en confortant sa place de dauphin, à la faveur de la défaite de Lyon à Toulouse (2-0, et deux expulsions de Cissokho et Bastos). Le choc des Olympiques programmé lors de la 34e journée sera assurément bouillant !

 

L'OM se rendra à Lyon pour le compte de la 34e journée (match à suivre dimanche à partir de 21h00 en direct sur Canal+). Lille se déplacera à Nancy et le PSG à Monaco.

 

 

Classement (après 33 journées)

 

1 - Lille (63pts +28)

2 - OM (62 pts +21)

3 - OL (56 pts +22)

4 - PSG (56 pts +16)

5 - Rennes (52 pts +7)

...

16 - Caen (39 pts -7)

17 - Nice (39 pts -14)

18 - Nancy (38 pts -13)

19 - Lens (30 pts -19)

20 - Arles-Avignon (14 pts -47)

 

 

Résumé du match OM - Auxerre

1er mai 2011

 

Partager cet article

Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 22:11

Lionel-Messi.jpgLe match aller de la demi-finale de Ligue des Champions opposant le Real Madrid au FC Barcelone au stade Santiago Barnabeu de Madrid devait être une rencontre d'anthologie. Malheureusement, les amoureux du foot du monde entier ont surtout eu droit à un "combat de rue". Jusqu'à ce que Messi ne vienne éclairer la rencontre à un quart d'heure de la fin...

 

Tout le monde n'attendait que cela. Après les deux premiers duels en Championnat d'Espagne et en finale de la Coupe du Roi, le Barça et le Real se retrouvaient pour le troisième acte de cette saga en quatre épisodes.

Et vu l'enjeu - une place en finale de la Ligue des Champions - la rencontre s'annonçait encore plus palpitante que les deux précédentes.

 

Mais loin du football exceptionnel proposé régulièrement par les deux équipes, c'est un spectacle hâché par de nombreuses fautes et des tensions régulières qu'ont proposé les vingt-deux acteurs. Pas vraiment une surprise au regard de l'ambiance électrique des deux premiers matchs, chacun ponctué par l'expulsion d'un joueur madrilène.

Pas surprenant non plus en réécoutant après coup les propos tenus depuis deux jours par les deux entraîneurs, Mourinho et Guardiola. La rencontre avait été lancée bien avant son coup d'envoi officiel.

 

Une fois de plus, les Madrilènes se sont montrés plus agressifs globalement que leurs adversaires. Ramos, averti, manquera le match retour, et Pepe, auteur d'une semelle inacceptable sur Dani Alves, a été renvoyé au vestiaire à l'heure de jeu, provoquant la colère de José Mourinho - lui aussi exclu dans la foulée - contre le corps arbitral.

 

Le jeu a finalement repris ses droits à la 78e minute. A la réception d'un centre, Lionel Messi devança le défenseur pour couper le ballon au premier poteau, ne laissant aucune chance à Casillas, très bon par ailleurs.

Sept minutes plus tard, l'Argentin s'en allait ridiculiser quatre joueurs du Real avant de tromper une seconde fois le portier espagnol, médusé comme l'ensemble de ses coéquipiers par la facilité du meneur de jeu catalan.

 

Avant le match retour mardi 3 mai au Camp Nou, le Barça possède deux buts d'avance, qui plus est inscrits à l'extérieur. On voit mal comment les Madrilènes pourraient combler un tel retard, avec en plus la suspension de deux joueurs majeurs de l'effectif. Christiano Ronaldo devra réaliser une très grande performance pour permettre à son équipe de renverser la tendance.

 

En attendant, ce soir, l'étoile est barcelonaise, et elle a pour nom Lionel Messi !

Partager cet article

Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 19:53

Andre-et-Jordan-Ayew.jpgL'Olympique de Marseille a pris les commandes de la Ligue 1 aux dépends de Lille, grâce à sa victoire 4-2 au Vélodrome face à l'OGC Nice. Dans l'autre match en retard de cette 32e journée, Lyon s'est imposé sur le fil face à Montpellier (3-2).

 

Le match nul de Lille à Lorient dimanche offrait la possibilité aux Phocéens de chiper la première place occupée par le club nordiste depuis près de 5 mois. Encore fallait-il trouver les ressources nécessaires pour déjouer le piège niçois, quatre jours après la victoire en Coupe de la Ligue.

 

Deschamps avait décidé de se passer des services de Lucho, hors du coup samedi soir, et de donner sa chance à Fabrice Abriel au milieu.

 

Pendant 45 minutes, on eu du mal à voir la victoire de l'OM se dessiner. Poussifs, brouillons et sans panache, les Olympiens semblaient affaiblis par leur débauche d'énergie du week-end et la fête, même limitée, qui s'en est suivie.

 

Il fallut une bourde d'Ospina pour permettre aux coéquipiers de Mandanda de débloquer le tableau d'affichage. Sur un corner anodin, le portier niçois relâcha le ballon de manière inexplicable dans les pieds d'André Ayew, lequel n'eût plus qu'à conclure de près.

 

Cette ouverture du score inespérée soulagea un peu le public marseillais. Pendant dix minutes seulement... Car sur corner, les Marseillais cédèrent juste avant la pause, une première cette saison.

 

Dès la reprise, l'OM prit peu à peu la mesure de son adversaire, maîtrisant son sujet dans l'entre-jeu. Et  le match s'emballa suite à un double changement opéré par l'entraîneur marseillais. Lucho et Jordan Ayew prirent la place d'Abriel et Gignac.

 

A peine une minute plus tard, Jordan, le plus jeune des frères Ayew, lancé sur la droite par Valbuena, centra au premier poteau pour André, qui coupa la course du ballon au fond des filets.

 

Vingt minutes plus tard, Jordan lui-même fut à la réception d'un centre de Fanni, très en jambes en seconde période. Profitant de la glissade du défenseur, il enroula avec précision et une facilité déconcertante une frappe hors de portée d'Ospina. 3-1 à la 80e minute, l'OM se dirigeait tout droit vers les trois points.

 

Mais à la 83e minute, un penalty sifflé par Monsieur Duhamel, pas très inspiré dans la plupart de ses décisions d'un côté comme de l'autre, offrit l'opportunité aux Niçois de revenir dans la partie. Bamogo, victime de la faute de Diawara, décida de se faire justice lui-même. Une bien mauvaise idée... Mandanda s'élança du bon côté et stoppa le ballon, repris en vain par le même Bamogo au-dessus.

 

Inutile d'insister sur l'ovation adressée par le public au "Phenomeno", qui s'affirme à chaque match comme l'un des meilleurs gardiens au monde.

 

A l'approche des arrêts de jeu, André Ayew se paya même le luxe d'inscrire un triplé, de la tête, à la réception d'un nouveau centre de Fanni dont la trajectoire fut mal évaluée par Civelli, l'ancien marseillais.

 

L'argentin se racheta quelques secondes plus tard en catapultant dans le but un coup-franc d'Hellebuyck, allégeant ainsi l'addition.

 

Au terme d'une deuxième mi-temps très animée, l'Olympique de Marseille se retrouve donc en tête du championnat à six journées de son terme. Il le doit en grande partie sur cette rencontre aux deux fils d'Abedi Pelé, l'emblématique joueur ghanéen de l'OM du début des années 90.

 

Dans l'autre rencontre de la soirée, Lyon a eu toutes les peines du monde à se défaire de Montpellier, finaliste malheureux de la Coupe de la Ligue. Après avoir été rejoints deux fois au score, les hommes de Claude Puel réussirent finalement à s'imposer 3-2 grâce à un but tardif de Gourcuff, pour une fois décisif.

 

Au classement, Lille est à un point de l'OM, tandis que l'OL reste à cinq longueurs mais reprend ses distances avec le PSG pour une place sur le podium.

 

Une chose est sûre, l'OM possède dans son effectifs deux perles du football, qu'il faudra tout faire pour conserver la saison prochaine.

 

Samedi, Lille et le PSG recevront respectivement Arles-Avignon et Valenciennes pour le compte de la 33e journée. L'OM accueillera Auxerre dimanche (match à suivre en direct sur Foot+ à partir de 17h00), tandis que Lyon se déplacera à Toulouse.

 

 

Classement (après 32 journées) :

 

1 - OM (61 pts +21)

2 - Lille (60 pts +23)

3 - Lyon (56 pts +24)

4 - PSG (53 pts +14)

5 - Rennes (51 pts +7)

...

16 - Auxerre (38 pts -1)

17 - Nancy (38 pts -12)

18 - Caen (36 pts -11)

19 - Lens (30 pts -18)

20 - Arles-Avignon (14 pts -42)

 

 

Résumé du match OM-Nice

27 avril 2011

Partager cet article

Repost0
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 22:11

Messi---Ronaldo.jpgLe football espagnol nous propose depuis près de 5 ans le plus beau football national au monde, illustré par les conquêtes successives d'un titre mondial et d'un titre européen. Depuis 10 jours il nous offre également un duel au sommet entre les deux plus grands clubs du pays : le FC Barcelone et ses 120 000 socios face au Real de Madrid et son palmarès inégalable.

 

 

2-1, c'est le score actuel des confrontations rapprochées offertes par le calendrier entre les deux formations que tout oppose. D'un côté, le Barça de Guardiola et son jeu spetactulaire orchestré par le magicien argentin Lionel Messi. De l'autre, le Real Madrid "Made in Mourinho" qui cherche à se détacher de son historique culture offensive pour s'appliquer à bien défendre et profiter ensuite du talent hors du commun du Portugais Christiano Ronaldo.

 

Lors du premier match disputé à Madrid pour le compte de la Liga, un match nul 1-1 est venu ponctuer une rencontre tendue et maîtrisée globalement par les Barcelonais. Il est vai qu'avec une avance confortable en tête du classement, les Blaugrana avaient tout intérêt à chercher à ne pas perdre avant de penser à gagner.

Ils avaient pourtant toutes les cartes en mains pour prendre les trois points et par la même occasion l'ascendant psychologique sur leur rival, après avoir ouvert le score.

Mais bien que réduits à 10, les Madrilènes réussirent à recoller au tableau d'affichage grâce à un penalty tranformé par leur meneur de jeu.

 

Quelques jours plus tard, les deux équipes se retrouvèrent au stade Mestella de Valence pour la finale de la "Copa del Rey". L'occasion pour le Real de "chiper" un trophée (certes le moins prestigieux) à un Barça inarrêtable. Dans un match ultra-tendu, les joueurs de la capitale espagnole auraient pu ouvrir le score en première période, avant d'être outrageusement dominés pendant la dernière demi-heure. Une illustration parfaite des philosophies de jeu de part et d'autre : Barcelone tient le ballon, construit, dédouble, use son adversaire en sollicitant au maximum ses deux latéraux (pratiquement postionnés comme des ailiers), tandis que Madrid défend avec rigueur, ne lâche rien et montre sa capacité à faire la différence à la première opportunité sérieuse.

Le match se décanta finalement au cours de la prolongation, sur un but madrilène qui a eu le mérite de prouver à l'Europe du football que ce Barça est humain pas invincible, malgré la maîtrise affichée lors du match de championnat quelques jours plus tôt et la déculottée infligée au Real à l'automne 2010 (5-0 en championnat).

 

Nous sommes donc à la mi-temps des quatre confrontations, et il reste assurément les deux matchs les plus importants de la saison à disputer : la demi-finale de la Ligue des Champions, avec à la clé une finale probable face à Manchester United (vainqueur 2-0 à Schalke à l'aller ce mardi soir).

 

Difficile de prédire qui sortira vainqueur au terme des 180 minutes. Même si à priori, le FC Barcelone a la faveur des pronostics. Depuis plusieurs saisons, l'équipe de Pep Guardiola règne sur la scène continentale. Et même si elle a parfois été battue, elle semble posséder une marge considérable sur toutes les autres formations. J'en viens même à me demander si cette formation aux individualités exceptionnelles et au collectif bien huilé n'est pas la meilleure équipe de tous les temps. C'est en tout cas un régal de la voir évoluer.

 

Seulement en face, le Real Madrid a des arguments à faire valoir, à commencer par la confiance engrangée par la victoire en Coupe. Mais son meilleur atout est très certainement son entraîneur, déjà double vainqueur de la Ligue des Champions. L'an dernier, "Mou" avait mené l'Inter de Milan à la victoire grâce à un système tactique sans failles, se payant même la tête en demi-finale... du FC Barcelone !

 

Le duel est déjà lancé, à coups de petites phrases assassines entre les deux entraîneurs par presse interposée. Et quelle que soit l'issue finale de ce "Classico XXL", une chose est sûre : les amoureux du ballon rond vont être ravis.

 

Le match aller aura lieu ce mercredi 27 avril au stade Santiago Barnabeu de Madrid (match à suivre en direct à partir de 20h45 sur TF1). Match retour le mardi 3 mai au Camp Nou de Barcelone (match également à suivre en direct à partir de 20h45 sur TF1).

 


Iker le Poulpe sur les traces de Paul le Poulpe ?

 

Iker-le-Poulpe.jpgNul ne sait encore si Iker marchera sur les traces de Paul, son prédecesseur champion des pronostics. Toujours est-il que lors des deux premières confrontations, le mollusque espagnol a prédit avec exactitude les résultats. Mercredi, Iker a pronostiqué une victoire du Real de Madrid. S'il disait vrai, nul doute que sa popularité atteindrait sans mal la même côte que celle de son homologue allemand auprès des supporters madrilènes.

 

Quelle sera l'affiche de la finale de la Ligue des Champions 2010-2011 ?
Manchester U. - Real Madrid
Manchester U. - FC Barcelone
Schalke 04 - Real Madrid
Schalke 04 - FC Barcelone

Partager cet article

Repost0