Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 15:26

Tessa-Worley.JPGLargement en tête après la première manche du Géant des Championnats du Monde de Schladming en Autriche, Tessa Worley a confirmé lors du second tracé en se payant le luxe de signer là encore le meilleur temps. Elle apporte ainsi une quatrième médaille à l’équipe de France.


Tessa Worley faisait partie des prétendantes au podium mondial en Géant, elle a tenu promesse et fait beaucoup mieux que cela.


Partie avec le dossard n°1 lors de la première manche, elle a signé un temps de référence canon qu’aucune des 138 autres coureuses (!) n’a réussi à effacer. L’Autrichienne Kathrin Zettel a limité la casse avec 52 centièmes de retard, tandis que toutes les autres étaient déjà reléguées au-delà d’une seconde.


Dans ces conditions, Worley pouvait se permettre de gérer un minimum sa deuxième manche pour empocher l’or, 20 ans après Carole Merle.


Mais elle s’est lancée avec une énergie incroyable et sans calcul dans le second tracé, laissant de côté l’avance confortable (1’09) sur Tina Maze, provisoirement en tête.


Après avoir grappillé des centièmes tout au long du parcours, Worley s’est relâché dans le bas du tracé pour ne pas commettre de faute et ainsi l’emporter confortablement avec un temps exceptionnel qui lui permet de reléguer Maze à 1’12.

 

Tessa Worley sera sans aucun doute fêtée comme il se doit au Grand-Bornand, sa station.

 

La 2e manche de Géant de Tessa Worley

14 février 2013

Partager cet article

Repost0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 15:03

Evian---OM---2013.JPGAprès une défaite à domicile face à Nancy (0-1), l’Olympique de Marseille n’a pu faire mieux qu’un match nul (1-1) à Annecy face à Evian pour le compte de la 24e journée.


Les matchs se suivent et se ressemblent pour l’OM en ce moment… ou presque. Presque parce que contrairement à la semaine dernière au Vélodrome, les Marseillais n’ont pas perdu. Presque aussi parce que cette fois, ils n’ont pas pris un mais deux cartons rouges !


Hormis cela, le contenu a été pratiquement aussi pauvre, à l’exception de quelques actions bien menées par le duo Valbuena – Gignac, qui a permis au second d’inscrire un but superbe en début de seconde période.


Mais comme trop souvent après avoir ouvert le score, l’OM s’est relâché, s’est laissé dominer, et a fini par céder sur penalty après une erreur de défense qui a valu à Adballah une expulsion en voulant rattraper l’erreur de placement en position de dernier défenseur.


On s’attendait alors à ce que les Phocéens souffrent pendant une demi-heure, mais nous n’étions pas au bout de nos peines.


Car Elie Baup décidait de faire sortir Valbuena, pourtant très en jambes. Un choix contestable qui allait rapidement le devenir encore un peu plus.


Car son remplaçant, Jordan Ayew, s’est rapidement illustré, malheureusement pas de la bonne manière. En l’espace de 111 secondes, il a eu le temps d’aller durement au contact et de récolter deux cartons jaunes, synonymes d’expulsion et de retour au vestiaire très prématuré !


Là où on attendait de l’OM une éclatante victoire, on ‘est alors mis à se dire qu’un match nul serait déjà un très bon résultat. Sans attaquant, avec deux joueurs de moins, les Olympiens ont tenu bon, grâce notamment à un arrête superbe de Mandanda et à la maladresse incroyable des attaquants adverses.


Au classement, l’OM n’avance plus : il se retrouve à 8 points du PSG (qui s’envole pour le titre) et rate encore une occasion de recoller à Lyon, battu à domicile par Lille (3-1). Saint-Etienne, 4e du classement, n’est plus qu’à trois points.


Samedi 16 février, l’OM accueille Valenciennes pour le compte de la 25e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Canal+ à 17h00).


Résumé du match Evian – OM

Ligue 1 – 24e journée

10 février 2013

Partager cet article

Repost0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 13:57

Marion-Rolland.jpgLa skieuse tricolore Marion Rolland a créé la sensation dimanche en remportant la Descente dames des Championnats du Monde de Schladming en Autriche.


Les Mondiaux 2013 resteront assurément pour l’équipe de France comme ceux des grandes surprises.


Après Gauthier de Teissières en argent et David Poisson en bronze, Marion Rolland est venue s’ajouter à la liste des médaillés improbables (ou presque).


Presque car sur la piste autrichienne, la Française avait déjà signé deux podiums en Descente et Super G l’hiver dernier.


Mais de là à la voir « damer le pion » à toutes les favorites…


Longtemps, on a cru le titre mondial de l’épreuve-reine devoir revenir à l’Italienne Nadia Fanchini, impressionnante sur la fin du tracé avec son dossard n°2.


Toutes les meilleures se sont retrouvées distancées sur la ligne d’arrivée, à l’image de la Slovène Tina Maze, reléguée hors du podium à plus d’une seconde.


Lorsque Rolland s’est élancée avec son dossard n°22, le podium semblait bel et bien figé.


Mais après des temps de passage conformes à ceux des meilleures lors des premiers intermédiaires, Marion Rolland n’a pas flanché là où les favorites avaient progressivement perdu beaucoup de temps.


A l’arrivée, elle est parvenue à conserver 16 centièmes d’avance sur sa voisine transalpine et à signer un authentique exploit : du jamais vu depuis Marielle Goitschel en 1966 !

 

La Descente de Marion Rolland

Le 10 février 2013

Partager cet article

Repost0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 13:08

David-Poisson---2013.JPGLes Championnats du Monde de ski alpin de Schladming en Autriche sont décidément ceux des "revanchards" dans le cla tricolore. Après la médaille d'agent inattendue de Gauthier de Teissières en Super G, c'est David Poisson qui monte sur la troisième marche du podium en Descente.

 

On sait les Français capables de se transcender dans les grandes compétitions. On se rappelle notamment des exploits de Jean-Luc Crétier, de Carole Montillet ou plus récemment d'Antoine Denériaz.

 

Ces Mondiaux 2013 ne semblent pas partis pour déroger à la règle. Gauthier de Teissières a donné le ton jeudi en décrochant l'argent en Super G alors qu'il ne devait à l'origine même pas faire partie de la sélection française.

 

Ce samedi, c'est David Poisson qui s'en est inspiré en prenant le troisième place de la Descente, l'épreuve-reine.

 

Poisson, qui a longtemps fait face à des pépins physiques, qui a aussi longtemps du se contenter de dossards très élevés (avec les résultats qui vont avec), a parfaitement bonifié son début d'hiver tout à fait honorable, marqué par plusieurs places d'honneur, dont une 4e place à Kitzubuël.

 

Profitant d'un bon dossard n°13, il a réalisé une course pleine d'engagement et de détermination, assurant bien ses lignes pour signer un chrono de référence très dur à aller chercher pour ses adversaires.

 

Seul le grand favori Aksel Lund Svindal (Nor) et la valeur montante Dominik Paris (Ita), ont été capables de faire mieux que le trentenaire français.

 

David Poisson s'est fait une place au palmarès du ski français.

 

Les autres Français, Adrien Théaux, Brice Roger et Guillermo Fayed, ont terminé respectivement 10e, 15e et 21e.

 

La Descente de David Poisson

9 février 2013

Partager cet article

Repost0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 10:55

G de TeissièresLa France a décroché sa première médaille des Championnats de Monde de ski alpin à Schladming en Autriche. Gauthier de Teissières s'est classé deuxième du Super G derrière l'Américain Ted Ligety.

 

Quelle belle histoire que celle de Gauthier de Teissières...

 

Régulièrement freiné dans sa carrière pas les blessures, revenu à un bon niveau qui lui a permis de décrocher plusieurs places d'honneur depuis le début de saison, le natif de Clermont-Ferrand n'était pourtant pas sélectionné pour les Mondiaux.

 

Seulement, à la veille du début des épreuves, son "pote" Johan Clarey, opéré d'une lombo-sciatique aiguë, est obligé de déclarer forfait.

 

Gauthier de Teissières, loin de se douter qu'il serait deux jours plus tard en train de s'élancer pour la course de sa vie, est appelé en urgence pour remplacer Clarey.

 

Lui qui avait le moral des les chaussettes, qui vivait très mal cette non-sélection, se retrouve d'un coup au coeur de l'événement.

 

C'est sans doute en se disant qu'il n'a rien à perdre, qu'être là est déjà une victoire, que Gauthier de Teissières réalise un passage presque parfait. Avec son dossard n°4, il repousse à 83 centièmes son compatriote Alexis Pinturault, grand espoir tricolore.

 

Derrière lui, tous les ténors vont se casser les dents sur son chrono, à l'exception de l'Américain Ligety, auteur d'un final exceptionnel.

 

Gauthier de Teissières se retrouve à 31 ans sur un podium mondial, le premier pour la France dans une épreuve de vitesse depuis... Luc Alphand en 1996 !

Très ému entre Ligety et le Norvégien Svindal, Gauthier de Teissières a bien failli ne jamais connaître son jour de gloire.

 

A noter le joli tir groupé des Français, avec Alexis Pinturault (6e) et Adrien Théaux (9e). Thomas Mermillod-Blondin s'est classé 21e.

 

Le Super-G de Gauthier de Teissières

6 février 2013

Partager cet article

Repost0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 17:40

OM - Nancy - 2013Catastrophique comme on ne l’avait plus vu depuis pas mal de temps, l’Olympique de Marseille a été battu à domicile par Nancy, lanterne rouge du Championnat (1-0), en match de clôture de la 23e journée de Ligue 1. Cette défaite pourrait laisser des traces.


Après la victoire facile du Paris-Saint-Germain à Toulouse (4-0) et la défaite inattendue de Lyon à Ajaccio (3-1), l’OM devait profiter d’un match à priori facile face au dernier du classement pour recoller à la deuxième place et ne pas laisser s’échapper son grand rival.


Même si Nancy est en progrès depuis le début de l’année, cela ne devait être qu’une formalité. Une formalité qui s’est transformée en un long calvaire pour les hommes d’Elie Baup.


L’entraîneur phocéen avait aligné une équipe dans un système inédit en 4-3-3, afin de tenir au maximum le ballon pour déstabiliser l’adversaire. Seulement, lorsque le plan ne fonctionne pas et que le ballon est trop souvent abandonné ou mal utilisé, ça devient très compliqué.


Les Marseillais en ont fait les frais. Ils ont payé cash leurs nombreuses erreurs, notamment au milieu de terrain.


On a vu un OM conquérant pendant le premier quart d’heure. Puis plus rien, sinon un spectacle désolant offert au public du Vélodrome.


Barton, passé complètement à côté de sa partie, a même récolté en seconde période son premier carton rouge sous le maillot olympien.


Après cela, Mandanda s’est troué, comme cela lui arrive trop souvent ces derniers temps, pour permettre à Nancy de marquer le seul but du match… d’une coup-franc direct !


Cet OM est vraiment capable du pire comme du meilleur… Dimanche soir, c’était le pire du pire !


Dimanche 10 février, l’OM se déplace à Evian pour le compte de la 24e journée de Ligue 1 (match à suivre sur BeInSport à partir de 14h).

 

Résumé du match OM - Nancy

Ligue 1 - 23e journée

3 février 2013

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 23:14

Rouen---OM---2013.JPGVainqueur sur la pelouse de Rouen (2-1) dans le match reporté des 16e de finales de Coupe de France, l'Olympique de Marseille affrontera le Paris-Saint-Germain au Parc des Princes en 8e de finales.

 

 

Depuis le tirage au sort des 8e de finales de Coupe de France, les supporters marseillais espéraient que leur équipe évite le piège face à Rouen, club de National, afin de s'offrir un nouveau "Clasico" face au grand rival parisien.

 

Les hommes d'Elie Baup ont fait respecter la hiérarchie, mais ce fut difficile.

 

Tout avait pourtant bien commencé avec un début de rencontre totalement dominé par les Phocéens, visiblement pressés de débloquer la situation.

 

Après une barre et un poteau, c'est finalement Mathieu Valbuena qui permit à l'OM d'ouvrir le score, grâce à un coup-franc dont le rebond surprit le gardien adverse, héros malheureux de la soirée.

 

Héros malheureux car au retour des vestiaires, il vit le corps arbitral lui jouer un bien mauvais tour.

 

Sur un centre-tir hasardeux de la nouvelle recrue Sougou, il s'envola pour réaliser un arrêt plus spectaculaire que véritablement décisif. En retombant, il prit soin de veiller à ce que le ballon, dans ses mains mais également sur la ligne de but, ne franchisse pas entièrement la ligne.

 

Mais alors qu'il s'apprêtait à dégager, Saïd Enjimi, sous les conseils de son assistant, valida le but... pourtant clairement inexistant !

 

La colère des joueurs d'Olle-Nicolle ne changea rien. Elle eût uniquement le mérite de créer chez eux un sentiment de révolte qui donna une fin de rencontre quasiment à sens unique.


Les locaux profitèrent des errements marseillais (encore !) pour réduire le score sur corner. L'arrêt de Mandanda ne suffit pas pour empêcher le but, la défense étant totalement absente pour dégager.

 

Malgré l'agacement, les Marseillais tenirent bon jusqu'au coup de sifflet final pour décrocher une qualifiaction globalement méritée.

 

Face au PSG le mercredi 27 février, ce sera une autre paire de manches...

 

Dimanche 3 février, l'OM retrouve le Championnat avec la réception de la lanterne rouge Nancy au stade Vélodrome (match à suivre en direct sur Canal+ à partir de 21h00). Tout autre résultat qu'une victoire sera assurément considéré comme une véritable contre-performance.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 14:45

Rennes---OM---2013.JPGAprès avoir mené deux fois au score, l’Olympique de Marseille a été tenu en échec à Rennes (2-2) pour le compte de la 22e journée de Ligue 1. Les hommes d’Elie Baup laissent échapper de précieux points dans la course au titre.

 

Défaits à Sochaux (1-3) et victorieux dans la douleur devant Montpellier (3-2), les Marseillais espéraient mettre à profit un déplacement pourtant difficile à Rennes pour engranger des points et de la confiance. Face à un prétendant au podium, l’OM avait en tête de prendre de grandes distances. En cas de victoire, les Olympiens compteraient neuf points d’avance sur les Bretons, 4e du classement.

 

Dès l’entame, on a senti que cette rencontre s’annonçait prometteuse avec une réelle volonté de chaque côté d’aller de l’avant et de créer le danger sur le but adverse.

 

Les Marseillais ont subi pendant une demi-heure les assauts rennais, sans ne jamais céder. Et à la 37e minute, le talent d’André Ayew permit à l’OM de faire une première fois la différence. A l’origine de l’action, parti du rond central avant de décaler Valbuena sur la gauche, le Ghanéen fut également à la réception de la belle passe en profondeur de « Petit vélo » pour tromper Costil d’une frappe entre les jambes.

 

Les Marseillais auraient même pu faire le break dans la foulée, avec toujours André Ayew à la réception d’une belle combinaison entre Valbuena et Morel. Mais sa frappe trop écrasée ne trompa pas la vigilance de Costil.

 

Au retour des vestiaires, après avoir vu un OM fringuant en fin de première période, on retrouva un OM bien plus timoré, qui à force de subir finit par céder sur corner (toujours ces coups de pieds arrêtés !).

 

Le match était donc totalement relancé et on pensait qu’il serait difficile pour l’OM de refaire surface.

 

Mais à la 83e minute, les Olympiens réussirent à reprendre l’avantage grâce à Ayew, Jordan cette fois-ci. A l’origine de l’action, encore Valbuena, avec cette fois dans le rôle du centreur décisif Morgan Amalfitano, entré en cours de jeu.

 

A 2-1, l’OM semblait gérer sereinement son avantage… jusqu’à une énorme boulette de Steve Mandanda, pourtant intraitable tout au long de la rencontre. Sur une frappe à angle fermé de Sané, le portier marseillais ne parvint pas à maîtriser le cuir. Le ballon heurta le poteau pour finalement revenir devant la ligne de but. Alessandrini, en embuscade, n’eût plus qu’à pousser le ballon de la tête au fond des filets.

 

Ce samedi, l’OM a bêtement perdu, sur une erreur d’inattention et une faute individuelle, deux points dans la course au titre de Champion de France. Les Marseillais sont désormais à 3 points de Lyon (et une différence de but très défavorable), qui est allé gagner à Valenciennes 2-0.

 

Les supporters pourront se consoler en se disant que la prestation proposée a démontré de réels progrès dans le jeu. Et se réjouir que la fratrie Ayew ne soit pas partie avec leur sélection nationale disputer la Coupe d’Afrique des Nations !

 

Mercredi, l’OM disputera le match reporté comptant pour les 16e de finale de la Coupe de France sur la pelouse de Rouen (match à suivre en direct sur Eurosport à partir de 20h50). En cas de victoire, les Marseillais affronteront le PSG au Parc des Princes en 8e de finale.

En Championnat, l’OM recevra Nancy dimanche 3 février (match à suivre à 21h sur Canal+).

 


Résumé du match Rennes - OM

Ligue 1 - 22e journée

26 janvier 2013

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 00:41

OM---Montpellier---2013.JPGJusque là incapable de renverser la vapeur après avoir été mené au score en Ligue 1, l’Olympique de Marseille a arraché samedi la victoire à domicile face à Montpellier (3-2) pour le compte de la 21e journée.


Si l’OM a réalisé une première partie de saison tout à fait satisfaisante en Championnat, il n’aura échappé à aucun supporter que les hommes d’Elie Baup avaient pris la mauvaise habitude de ne jamais parvenir à l’emporter après avoir été menés au score. Cette statistique négative est désormais effacée.


Devant leur public, les Marseillais n’ont rien lâché face au Champion de France en titre et sont parvenus à forcer la décision dans les dernières secondes.


Tout avait pourtant bien commencé puisque d’entrée, les Phocéens, emmenés par Gignac et les deux frères Ayew (tous deux oubliés de la sélection ghanéenne pour la Coupe d’Afrique des Nations) avaient mis la pression sur le but adverse.


La récompense ne s’était pas fait attendre. Avant même la 10e minute, sur un centre de Barton, André Ayew ouvrait le score d’une belle tête croisée.


Mais dans la foulée, Montpellier recollait au score grâce à Herrera, parti à la limite du hors-jeu pour contourner Mandanda et marquer dans le but vide.


Le match allait ensuite largement perdre en intensité. Il fallut attendre le début de la seconde période pour voir la situation se décanter, malheureusement en faveur des visiteurs. Utaka, très en jambes, profitait parfaitement des largesses de la charnière centrale olympienne pour battre Mandanda de près.


A l’approche de la fin du match, le Vélodrome se mit sérieusement à gronder, les supporters redoutant une nouvelle défaite après le revers subi à Sochaux six jours plus tôt.


Heureusement, la fratrie Ayew allait redonner le sourire au peuple marseillais. Le grand frère André, bien lancé par Gignac, allait délivrer un superbe centre à ras-de-terre pour Jordan, qui parvint à tacler le ballon au fond des filets.


On se dirigeait vers un match nul finalement peu glorieux pour l’OM, lorsque le buteur retrouvé Gignac, à l’affût aux abords des seize mètres, profita d’une erreur énorme de Congré pour récupérer le cuir et battre Jourdren d’une frappe croisée, donnant ainsi la victoire aux siens.


Ce succès permet à l’OM de revenir à une longueur du PSG (vainqueur à Bordeaux 1-0) et de Lyon (tenu en échec à domicile par Evian 0-0).


Il rassure surtout sur la capacité des coéquipiers de Mandanda à faire face à des situations mal engagées.

Nul doute qu’au-delà de la « réalité comptable », cette victoire va faire du bien au moral et à la confiance.

 

Ce mardi, l’OM se déplace à Rouen pour les 16e de finale de la Coupe de France (match à suivre en direct sur Eurosport à 20h55). Les Olympiens devront se méfier de ce match piège, sur une pelouse pressentie difficile à jouer en raison des intempéries en cours dans le nord-ouest de la France.

 

Résumé du match OM - Montpellier

Ligue 1 - 21e journée

19 janvier 2013

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 01:34

OM---Guingamp---2013.JPGL’Olympique de Marseille a débuté l’année 2013 par une qualification pour les 16e de finale de la Coupe de France. Les Phocéens ont arraché leur victoire face à Guingamp (2-1 après prolongations) grâce à deux buts d’André-Pierre Gignac.


Quelques jours après les fêtes, pour un match de reprise, face à une formation de division inférieure et dans une compétition réservant souvent des surprises, les supporters marseillais se contenteront assurément d’avoir vu leurs joueurs se qualifier, même si tout ne fut pas parfait.

 

Les hommes d’Elie Baup ont déjoué le piège guingampais en s’imposant dans un stade Vélodrome plus que jamais en chantier.

 

Ils poursuivent donc leur route en Coupe de France, la seule compétition qui reste à jouer aux Marseillais avec le Championnat. D’autres formations parmi les meilleures de l’élite ne peuvent pas en dire autant.

 

Bien sûr, c’était à prévoir, le spectacle proposé ne fut pas palpitant. Les Marseillais ont globalement dominé la rencontre mais se sont tout de même fait quelques frayeurs.

 

Sur un ballon mal dégagé, au milieu de la première période, André-Pierre gignac parvint en deux temps à ouvrir le score.

L’OM pensait alors avoir fait le plus dur. Mais faute de pouvoir doubler la mise, les Olympiens ont été poussés à la prolongation, après un but encaissé à la 83e minute, par des adversaires très motivés par l’opportunité de se frotter à une grosse écurie française.

 

Trente minutes supplémentaires ont permis à Gignac, avec un peu de réussite sur une reprise de volée détournée, de signer son premier doublé de l’année et de démontrer qu’il était bien de retour pour « secouer » l’attaque marseillaise.

 

Parmi les surprises de ces 32e de finale, on peut noter les éliminations de Rennes par Lens, de Reims face à Plabennec, du Sporting Club de Bastia face au CA Bastia, et surtout de Lyon sur la pelouse d’Epinal. Le PSG s’est difficilement imposé à Arras, club de CFA2 (4-3).

 

Au prochain tout, l'OM se déplacera à Rouen, club de National (22 ou 23 janvier 2013). Le "choc" opposera le PSG à Toulouse.

 

Résumé du match OM - Guimgamp

Coupe de France - 32e de finale

6 janvier 2013

 
Tirage au sort des 16e de finale de Coupe de France 2012-2013
Tirage-16e-finale---Coupe-de-france-2013.JPG

Partager cet article

Repost0