Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Membre du bureau du
Syndicat du Pays de Maurienne



Président de la
Mission Locale Jeunes Pays de Maurienne



Vice-président
du Centre "La Bessannaise"



Adhérent à Les Républicains


Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré


 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
24 au 26 juin 2022
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 10:42

Equipe-de-france-Football---octobre-2012.jpg

L’équipe de France de football a livré une prestation de qualité face aux Champions du monde et d’Europe en titre espagnols. Auteurs d’un match nul 1-1 à l’extérieur, les Bleus de Didier Deschamps conservent leurs chances de se qualifier directement pour le Mondial 2014 et d’éviter de passer par les barrages. Mais la tâche sera tout de même compliquée.


Quatre jours après une défaite peu rassurante au stade de France face au Japon, l’équipe de France se présentait en victime idéal sur les terres de la meilleure équipe du monde.


Pendant une mi-temps ponctuée par un but de Ramos, les Espagnols ont fait honneur à leur statut. Mais après la pause, ils ont peu à peu été asphyxiés par des Français qui n’avaient pas fait vibrer autant leur public depuis bien des années.


Et au bout du temps additionnel, Olivier Giroud vint apporter une égalisation tout à fait méritée.


Avec ce bon point pris en Espagne, la France peut désormais rêver à la première place de son groupe synonyme de qualification directe pour la Coupe du Monde au Brésil.


Seulement, cette perspective est-elle réaliste ?


Mathématiquement, ça ne fait aucun doute. On constate l’égalité parfait de points entre Espagne et France.

 

Seulement, la réalité du terrain nécessite beaucoup de mesure.


D’abord, il faut garder en mémoire que si la France a mérité son match nul, elle n’a du son salut qu’à un ultime contre au bout des arrêts de jeu. Les occasions « vendangées » plus tôt dans la partie auraient pu générer de larges regrets.


Ensuite, ce bon résultat ne doit pas faire oublier que les Français ont grandement souffert tout au long de la première période, semblant bien en-dessous du niveau de la Roja.

Si les Bleus version Deschamps ont indéniablement un fort potentiel, ils ne sont pas encore aujourd’hui au niveau des meilleures nations mondiales. Il faudra du temps pour voir un réel onze-type se dégager et acquérir des automatismes, indispensables pour construire les plus grands succès.


Enfin, rien n’indique que la France sera en mesure de battre l’Espagne à domicile lors du match retour. Les Tricolores ont uniquement démontré qu’ils en ont les capacités, mais il leur faudra assurément sortir un très grand match dans ce qui se dessine comme une « finale » du groupe.

Et même en cas de victoire, il faudra faire un sans-faute face aux « petites » équipes pour devancer l’Espagne.

Dans ce domaine, les Ibériques semblent plus expérimentés et mieux armés pour éviter les pièges. Les coéquipiers de Xavi ont déjà prouvé qu’ils pouvaient à la fois « cartonner » (4-0 en Biélorussie) mais aussi se sortir de situations complexes (1-0 en Géorgie, but inscrit à la 86e minute).

 

Le chemin vers le Brésil est encore long pour la France. La seule certitude est que l’on retrouve une équipe nationale digne de ce nom.


En comparant le classement actuel des meilleurs « deuxième », les Bleus sont à la troisième place, en position largement favorable pour assurer au minimum une place de barragiste.

Il faudrait alors jouer la qualification sur deux matchs « couperet » face par exemple à la Grèce, la Hongrie, Israël, le Monténégro, ou encore – plus compliqué – la Suède ou la Croatie.

Partager cet article
Repost0

commentaires