Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 02:08

Hollande---Sarkozy-copie-1.jpg

Le premier tour de l’élection présidentielle 2012 n’a pas livré de surprise concernant le nom des deux candidats qualifiés pour le second tour. François Hollande (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) sont en tête, devant Marine Le Pen (FN) qui enregistre un score historique, dans un scrutin marqué par un taux de participation très positif, au-delà des 80%.

 

On nous avait annoncé une « vague rose », nous en sommes très loin. François Hollande est bien arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle, mais sans toutefois être assuré d’un triomphe à l’issue du deuxième tour.

 

Selon les chiffres définitifs fournis par le Ministère de l’Intérieur, François Hollande recueille 28,63% des suffrages. Nicolas Sarkozy obtient quant à lui le score de 27,08%. Marine Le Pen suit avec 18,01% et devance nettement Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) avec  11,13%. François Bayrou (MoDem) est 5e avec 9,11%. Eva Joly (EELV) enregistre 2,3% des voix. Les quatre autres candidats sont en-dessous de la barre des 2%.

 

Même si le président-candidat espérait il y a encore deux semaines figurer en tête du premier tour, son résultat n’apparaît pas rédhibitoire (l’écart est finalement bien plus faible que ce qui a été annoncé tout au long de la soirée par les instituts de sondages).

 

Et pour cause : si François Hollande est en tête, c’est incontestablement au détriment de son « meilleur allié » Mélenchon. Le leader communiste était donné au coude à coude avec Marine Le Pen depuis plusieurs jours par tous les sondages. Un certain « vote utile » a finalement primé.

 

En revanche, la candidate frontiste n’a rencontré aucun souci à ce niveau, ne laissant rien de son potentiel électoral  à Sarkozy (contrairement à son père en 2007).

 

Très certainement, Nicolas Sarkozy paye le contexte difficile d’un mandat marqué par une crise majeure. Il n’a pas eu comme il y a cinq ans cette capacité à rassembler autour de sa personne dès le premier tour. Cependant, il garde une réserve de voix potentiellement importante pour le second tour.

 

Hollande en tête au premier tour avec un Mélenchon au-dessus de 15%, cela aurait quasiment assuré une victoire de la gauche le 6 mai. Il n’en est rien.

 

Le rapport gauche/droite (hors Bayrou) théorique est actuellement de 44% pour la gauche contre 46,9% pour la droite.

 

Je dis bien théorique car les reports de voix ne sont évidemment pas automatiques, d’autant que si Mélenchon a appelé clairement à voter Hollande, il y a fort à parier que Le Pen ne fera pas de même en faveur de Sarkozy et laissera ses électeurs prendre leurs responsabilités.

 

Finalement, même avec un score décevant et bien inférieur à celui de 2007, François Bayrou et ses électeurs pourraient bien détenir une des clés de l’élection. Le centriste a affirmé qu’il s’adresserait aux deux candidats et qu’il prendrait ses responsabilités. On peut donc imaginer qu’il exprimera un choix clair entre les deux candidats encore en lice.

 

Un choix clair, c’est ce que vont désormais devoir faire les Français entre deux visions tout à fait opposées de l’avenir de la France (voir mon article « Un seul choix pour une France Forte »).

 

Nicolas Sarkozy a proposé, pour que toute la lumière soit faite sur le programme de chacun, que trois débats puissent se tenir entre les deux tours.

 

François Hollande a immédiatement refusé, ce qui peut se comprendre étant donné son avantage actuel en vue du second tour (selon les sondages) et la tradition d’un seul débat.

 

Seulement, dans une période aussi importante pour l’Histoire de la France, au cœur d’une crise économique majeure et dans un monde en constante évolution, nous ne pouvons nous permettre d’éluder certains sujets et de nous limiter à une sorte de référendum « pour ou contre Sarkozy ».

 

A cet effet, les calculs politiciens d’Hollande et les barrières de la coutume peuvent aisément être dépassés pour permettre aux Français de prendre pleinement la mesure de l’importance de la décision qu’ils doivent prendre.

 

En résumé

 

Au vu des résultats définitifs du premier tour, le rapport gauche/droite laisse à Nicolas Sarkozy une réelle chance de victoire, bien que les sondages le donnent pour l’instant perdant.

Un report optimal des voix de Marine Le Pen combiné à un vote favorable des électeurs de François Bayrou devraient permettre au Président sortant de prolonger son bail à l’Elysée.

Rappelons que, si jamais un président sortant n’avait été devancé au premier tour, tenir la corde n’est en rien un signe de victoire finale. Mitterrand en 1974, Giscard en 1981 et Jospin en 1995 en savent quelque chose.

 

La Savoie, fief de droite

 

Le département de la Savoie n’a pas été le reflet des résultats nationaux. Les électeurs ont placé Nicolas Sarkozy en tête avec 28,61% des suffrages, nettement devant François Hollande avec 23,64%. Marine Le Pen vient ensuite avec 18,92%.

A noter qu’à Saint-Jean-de-Maurienne, fait amusant, les deux favoris sont arrivés à égalité parfaite avec 1 035 voix.

A Bessans, Sarkozy obtient 30,87%, devant Hollande à 23,15% et Marine Le Pen à 20,90%.

Partager cet article

Repost0

commentaires