Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'avenir appartient à ceux qui croient en la beauté de leurs rêves."

Eleanor Roosevelt 

Jérémy TRACQ
Né le 12 janvier 1987 à St-Jean-de-Maurienne
Originaire de Bessans (Savoie - 73)

 

Maire de Bessans


Vice-président de
la Communauté de Communes
de Haute-Maurienne Vanoise



Conseiller départemental suppléant
du canton de Modane


Administrateur de l'Office de Tourisme
de Haute-Maurienne Vanoise


Vice-président de l'association du
Marathon International de Bessans


Administrateur
du Centre "La Bessannaise"


Administrateur
de la Mission Locale Jeunes de Maurienne


Adhérent à Les Républicains

 

Correspondant Local de Presse
pour le Dauphiné Libéré

 

Téléchargez mon CV

Contactez-moi

Par téléphone : 06 89 49 12 24

Par mail : jeremy.tracq@orange.fr

Par courrier : Rue du petit Saint Jean
                     73480 BESSANS

Vidéos du moment

Découvrez
Bessans en famille

Découvrez
Bessans entre amis

Bessans Biathlon Contest
Août 2019 - Maurienne TV

Le diable de Bessans
Novembre 2019 - France 2

Agenda

Bessans
25 au 27 juin 2021
Mourramondo

Albums photos

Bessans

Haute-Maurienne Vanoise

Saint-Jean-de-Maurienne

Savoie

Politique

Sport

Football

OM

Actualité

Insolite

10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 17:59

Fourcade-Beatrix---fevrier-2014.JPGL’équipe de France olympique a ouvert son compteur dans les Jeux Olympiques de Sotchi (Russie) grâce aux biathlètes Martin Fourcade et Jean-Guillaume Béatrix, respectivement 1er et 3e de la poursuite ce lundi.


Après deux journées plutôt moribondes malgré quelques bonnes performances, les Bleus ont enfin le sourire à Sotchi. Martin Fourcade a offert à la France son premier titre olympique de la quinzaine et son coéquipier Jean-Guillaume Béatrix a pris une très belle troisième place synonyme de médaille de bronze.


Dès le départ, le leader tricolore s’est employé pour combler le léger retard (lié au classement du sprint) sur le Norvégien Bjoerndalen.


Au sein d’un groupe de six coureurs, Fourcade a progressivement écoeuré la concurrence, sur les skis comme face aux cibles.


Confortablement installé en tête, sa faute au premier tir debout ne l’a pas empêché de ressortir en tête de l’anneau de pénalité et de se présenter avec quelques secondes d’avance sur ses adversaires au dernier passage sur le pas de tir.


Auteur d’un sans faute sur ses cinq dernières balles, Martin s’est offert le luxe d’exulter en regardant la foule avant d’entamer son dernier tour de piste.


Derrière lui, le Tchèque Moravec a tiré son épingle du jeu grâce à un sans-faute au tir.


Et la troisième place est revenue à un autre Français, Jean-Guillaume Béatrix. Parti en 14e position, il s’est rapproché peu à peu des leaders. Avec une seule faute lors du troisième tir et un 5/5 à son dernier passage quand beaucoup d’autres ont tourné, il a parfaitement profité de sa dizaine de secondes d’avance sur ses poursuivants pour résister in-extremis au retour de Bjoerndalen, encore remarquable sur les skis malgré ses trois fautes au tir.


L’image de Martin Fourcade prenant dans ses bras Béatrix dès son passage de la ligne d'arrivée restera à coup sûr comme un moment fort des JO de Sotchi pour l’équipe de France.

 

C'est une grande satisfaction pour Bessans et la Haute-Maurienne de voir le biathlon tricolore en grande forme, les équipes nationales venant régulièrement se préparer sur le stade international de Bessans.


Les deux autres Français, Simon Fourcade et Simon Desthieux, ont respectivement terminé 18e et 21e, en parvenant à grappiller plusieurs places, ce qui est de bon augure en vue des prochaines épreuves, notamment le relais.


Ca y est, les Bleus sont définitivement lancés à Sotchi !

Partager cet article

Repost0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 19:15

Face à une équipe de Bastia réputée très faible à l’extérieur, l’Olympique de Marseille l’a facilement emporté 3-0 pour le compte de la 24e journée de Ligue 1.


Ce n’est pas encore le retour au premier plan, mais Marseille s’est donné un peu d’air et de baume au cœur. Après un 2-2 face à Toulouse au parfum de défaite, c’est cette fois-ci une vraie belle victoire que les coéquipiers de Steve Mandanda ont conquis face à Bastia.


Rapidement, les joueurs offensifs se sont montrés à leur avantage et ont mis la pression d’entrée sur le but de Landreau.


Dimitri Payet, qui revient progressivement en grande forme, a inscrit le premier but après une belle combinaison avec André-Pierre Gignac, d‘une reprise de volée surprenante qui a pris à défaut le gardien adverse.


Un peu plus tard, l’ancien lillois a parfaitement profité de l’espace laissé par les défenseurs adverses pour armer une frappe en pleine lucarne des 25 mètres.


Gignac, à l’affût suite à une frappe surpuissante sur la barre d’Imbula en deuxième période, a conclu cette belle soirée.


L’OM reste à cinq points de Lille, mais revient à deux points de Saint-Etienne, tenu en échec.


Le podium reste à portée, surtout si Payet confirme son retour au premier plan dans les semaines à venir.


Dimanche 16 février, l’OM se déplacera à Saint-Etienne, concurrent direct pour le podium, pour le compte de la 25e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur Canal+ à 21h00).


Résumé du match OM – Bastia

Ligue 1 – 24e journée

8 février 2014


 

Partager cet article

Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 19:44

OM---Toulouse---fevrier-2014.JPGL'Olympique de Marseille peine à trouver les ressources pour sortir de la crise. Battu sans discussions possibles à Monaco (2-0) dimanche dernier, le club phocéen est parvenu à s'imposer dans la douleur face à Valenciennes mercredi (2-1), avant de concéder un match nul à domicile face à Toulouse ce dimanche soir (2-2).


Pour l'OM, l'année 2014 avait plutôt bien débuté. Mais rapidement, la situation s'est dégradée, avec deux éliminations en Coupe de la Ligue à Lyon (2-1) et en Coupe de France face à Nice (4-5).


Attendus au tournant par leurs supporters, les hommes de José Anigo sont apparus totalement amorphes face à Monaco, prétendant au titre. Plus que le score (2-0), c'est la manière qui a déplu. Jamais les Marseillais n'ont semblé en mesure d'inquiéter le club de la Principauté.


Dominés de bout en bout, les joueurs n'ont fait que repousser les assauts adverses jusqu'à encaisser un but juste avant la mi-temps. Incapables de réagir, les Phocéens ont cédé une deuxième fois en seconde période et terminé la rencontre totalement meurtris.


Quelques jours plus tard, après une explication musclée avec les groupes de supporters, les joueurs ont saisi l'occasion de relever la tête dans un match en retard à domicile face à Valenciennes.


Sans être séduisants, en souffrant pendant une bonne partie de la rencontre, les Phocéens ont profité d'une erreur défensive pour ouvrir le score par Gignac, avant de l'emporter sur une frappe surprenante de Thauvin.


Entre temps, les largesses défensives de Fanni combinées à une mauvaise anticipation de Mandanda avaient permis aux Nordistes d'égaliser.


Peu rassurés sur leur niveau de jeu mais relancés dans la course au podium, les Marseillais avaient une superbe occasion dimanche de réaliser la bonne opération du week-end après les défaites de Lille et Lyon. Seul l'ASSE avait réussi à empocher trois points.


Opposés à Toulouse, ils avaient surtout le devoir d'enchainer devant leur public par une nouvelle victoire.


Malheureusement, cet OM manque de confiance et aussi de niveau, il ne faut pas le nier.


Si le secteur offensif possède de belles qualités avec le talent de Valbuena et Thauvin, la motivation à toutes épreuves de Gignac et le retour progressif au premier plan de Payet, la défense est tout à fait catastrophique.


N'Koulou n'est que l'ombre de lui-même depuis le début de saison, Fanni enfile les erreurs de placement comme des perles, Mendy est débordé derrière comme l'était Morel lorsqu'il était titulaire à gauche et Diawara a fini par perdre sa place de titulaire dans l'axe. Seul Lucas Mendès donne satisfaction, mais c'est bien trop peu pour ne pas encaisser de buts.


Le milieu de terrain défensif n'a rien de sécurisant non plus avec Romao, Lémina et Imbula.


Tout cela a fini par mettre dans le doute Steve Mandanda, plus aussi intraitable qu'à son habitude. Dimanche, le portier marseillais a encaissé un but sur corner après une sortie aérienne totalement ratée.


Avant cela, son équipe avait mené deux fois au score grâce à des réalisations de Payet, bien lancé par Valbuena, puis de Valbuena en personne, bien présent dans l'axe pour conclure un joli débordement de Gignac.


Mais à chaque fois, quelques minutes après avoir marqué, l'OM encaisse un but, preuve d'un gros manque de concentration et d'une absence de hargne totalement désolant pour les supporters.


Avant la réception de Bastia lors de la 24e journée, l'OM reste 5e du classement à cinq points de Lille, mais surtout très loin du duo PSG - Monaco qui se dispute le titre.


L'OM recevra Bastia samedi 8 février à 17h00 (match à suivre en direct sur Canal+).

 

Résumé du match Monaco - OM

Ligue 1 - 22e journée

26 janvier 2014

 

Résumé du match OM - VA

Ligue 1 - 21e journée

29 janvier 2014


Résumé du match OM - Toulouse

Ligue 1 - 23e journée

2 février 2014

 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 18:52

Alexis-Pinturault---janvier-2014.jpgAlexis Pinturault a une nouvelle fois parfaitement négocié son week-end de Coupe du Monde. A Kitzbuehel en Autriche, le leader tricolore a pris la 4e place du slalom vendredi, avant de grapiller des points en Super G dimanche (18e) et de conclure en beauté par un succès dans le Super combiné.

 

Alexis Pinturault est en pleine confiance. Sans pépin physique jusqu'aux début des Jeux Olympiques de Sotchi (Russie), il sera assurément l'un des grands espoirs de médaille pour l'équipe de France.

 

Sur les mythiques pistes de Kitzbuehel, l'un des temples du ski alpin, le skieur de Courchevel a laissé son empreinte ce week-end.

 

Vendredi, lors du slalom, il a confirmé sa récente embellie dans la discipline après un début d'hiver catastrophique. Au pied du podium, Pinturault n'a pas démérité malgré un dossard moins avantageux en première manche que les autres favoris. Jamais rassasié de podiums et de succès, il a fait part d'un peu de déception en indiquant qu'il aurait pu mieux skier sur la partie haute lors de la deuxième manche.

 

Après avoir fait l'impasse samedi sur la descente, une discipline qui ne lui convient guère, Pinturault a conclu son week-end en beauté dimanche.

 

18e du Super G comptant également pour le Super combiné, il a parfaitement limité la casse pour se positionner idéalement avant la manche de slalom.

 

Un slalom en nocturne au cours duquel Pinturault a survolé les débats, reléguant ses adversaires à une distance confortable, à l'exception de l'accrocheur Américain Ted Ligety.

 

Pour Pinturault, 3e du classement général de la Coupe du Monde, un avenir en or semble se dessiner. Il restera à conclure sur les pistes de Sotchi.

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 18:56

OM---Nice---janvier-2014.JPGEn une semaine, l'Olympique de Marseille a abandonné tout espoir de remporter un trophée cette saison. Battu à domicile en Coupe de France par Nice (4-5) mardi soir, le club phocéen, distancé en Championnat, est éliminé de la dernière compétition dans laquelle il pouvait encore briller.

 

Après une élimination logique en Coupe de la Ligue face à Lyon, l'OM avait fait de la Coupe de France un objectif prioritaire. En vérité le dernier accessible en dehors d'une éventuelle place sur le podium de Ligue 1.

 

Suite à une victoire au terme des prolongations en 32e de finale face à Reims, l'accueil de Nice au stade Vélodrome devait permettre d'accéder aux 8e de finale et de tracer ainsi une belle route vers la finale au stade de France.

 

Malheureusement, tous les espoirs olympiens ont été douchés au terme de 90 minutes pitoyables.

 

Face à une équipe de Nice largement remaniée, avec dans le onze de départ plusieurs jeunes sans expérience, José Anigo alignait lui son équipe-type afin de maximiser les chances de qualification.

 

Une semaine plus tôt au stade Gerland, les Marseillais avaient eu toutes les peines du monde à se créer des occasions.

 

Face à Nice, cela a été bien différent. Devant, le trio Valbuena - Thauvin - Gignac a largement mis en danger la défense azuréenne.

 

Gignac, après seulement 4 minutes de jeu, avait mis son équipe sur la bonne voie. Imité par Florian Thauvin sur coup-franc, APG avait même réussi un doublé d'un superbe retourné acrobatique sur un centre d'Abdallah, très en jambes sur le côté droit. Avec également une réalisation de Diawara, l'OM aurait du largement l'emporter avec quatre réalisations.

 

Seulement, la défense phocéenne a été tout simplement ridicule, dominée tout au long de la rencontre par des attaquants vifs mais souvent surpris d'être à ce point oubliés. La charnière N'Koulou - Diawara a été méconnaissable et les latéraux ont trop souvent délaissé les couloirs.

 

Avec un tel amateurisme, une défense de CFA ayant sûrement été plus efficace, impossible de gagner un match. A cinq reprises, le pauvre Steve Mandanda s'est trouvé impuissant et est allé chercher le ballon au fond de ses filets.

 

Les rares joueurs qui ont accepté de répondre aux journalistes (Cheyrou, Mandanda...) n'ont pas nié leurs responsabilités et ont abondé dans le sens de leur entraineur en parlant de "honte". Un terme en effet tout à fait approprié pour qualifier le spectacle offert au public du Vélodrome.

 

Difficile de croire que les joueurs seront en mesure de relever la tête pour accrocher le podium en fin de saison. Mais l'espoir fait vivre.

 

Dimanche, l'OM aura un déplacement difficile à Monaco (match à suivre en direct sur Canal+ à 21h00) pour le compte de la 22e journée de Ligue 1.

Mercredi 29 janvier à 19h00, le match reporté de la 21e journée de Ligue 1 face à Valenciennes sera joué (à suivre en direct sur Canal+).


Résumé du match OM - Nice

Coupe de France - 16e de finale

21 janvier 2014

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 14:49

Alexis Pinturault - 2014A trois semaines des Jeux Olympiques de Sotchi (Russie), le leader du ski alpin français Alexis Pinturault a marqué les esprits en remportant dimanche le slalom de Wengen (Suisse), après sa deuxième place lors du Super Combiné, samedi.

 

En plein doute en slalom depuis le début de saison avec de fréquentes sorties de piste, Alexis Pinturault a choisi le bon moment pour remettre les pendules à l'heure.

 

Ce week-end de Coupe du Monde à Wengen a été très productif. Dès samedi, le coureur de Courchevel a montré de belles disposition en se classant deuxième du Super Combiné.

 

Avec une avance confortable sur ses principaux rivaux à l'issue de la manche de slalom, Pinturault a fait en sorte de gérer au mieux son capital dans une descente légèrement raccourcie. Mais face à l'Américain Ted Ligety, très complet dans les disciplines techniques comme dans celles de vitesse, il n'a été possible de faire illusion que sur le haut du tracé, avant de progressivement lâcher du terrain et échouer à 22 centièmes.

 

Cette belle performance a semble-t-il donner une grosse confiance au jeune Français pour aborder le slalom.

 

Dans une première manche dominée par l'Autrichien Marcel Hirscher, les Français Pinturault et Grange ont réussi à s'accrocher aux 7e et 9e rang, à moins d'une seconde.

 

C'est dans le second tracé que Pinturault fit parler son talent en réalisant un passage d'anthologie, reléguant loin derrière la concurrence. Les six derniers coureurs à s'élancer ne purent que limiter la casse, à l'image de l'Allemand Neureuther et d'Hirscher, respectivement 2e et 3e. Mais aujourd'hui, la première marche du podium était pour la France.

 

Dans le Top 10, Grange (8e) et Missilier (9e) accompagnent Pinturault. Lizeroux est 21e.

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 12:57

Battu à Lyon (2-1), l'Olympique de Marseille a été éliminé de la Coupe de la Ligue en quart de finale.

 

Sortis des compétitions européennes avant la trêve hivernale, les Phocéens ont abandonné mercredi l'un de leurs trois objectifs restant de la saison en perdant en Coupe de la Ligue sur la pelouse de Gerland face à Lyon.

 

Avec une équipe en partie remaniée, notamment dans le secteur offensif, les Marseillais ont eu toutes les peines du monde à se montrer dangereux sur la cage de Lopes.

 

Globalement dominés, ils ont encaissé un premier but par Gourcuff en milieu de première période. Avant la mi-temps, on vit un peu plus les hommes d'Anigo, motivés pour revenir au score avant de rentrer au vestiaire.

 

Mais une erreur d'arbitrage allait faire basculer définitivement la rencontre. Sur un face à face Lopes - Khalifa, la sortie complètement illicite du gardien lyonnais ne fut pas sanctionnée d'un penalty et d'un carton rouge qui semblaient pourtant s'imposer.

 

En deuxième période, la domination des Lyonnais se confirma, avec à la clé un deuxième but signé Gomis.

 

Le penalty accordé dans les dernières minutes pour une main de Briand ne suffit pas à renverser la vapeur, malgré la transformation de Gignac.

 

avec des regrets mais aussi une forme de logique, l'OM quitte la Coupe de la Ligue qui leur a pourtant globalement souri ces dernières années.

 

Résumé du match OL - OM

Coupe de la Ligue - 1/4 de finale

15 janvier 2014


 

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 23:54

Opposée à Evian à Annecy pour le compte de la 20e journée de Ligue 1, l’Olympique de Marseille s’est imposée 2-1 grâce à des buts de Cheyrou et Gignac.


Il a fallu trente minutes à l’OM pour se mettre en route à l’occasion de son retour en Championnat après la trêve hivernale.


En déplacement en Haute-Savoie pour affronter une équipe d’Evian-Thonon-Gaillard en difficultés, les hommes de José Anigo ont débuté timidement la partie.


Surpris par une tête lobée de Sougou, prêté par l’OM jusqu’à la fin de saison, les Phocéens ont peu à peu pris le pas sur leurs adversaires.


Sous l’impulsion d’un Florian Thauvin de plus en plus indispensable, les coéquipiers de Steve Mandanda ont tout d’abord égalisé grâce à une belle frappe enroulée de Benoît Cheyrou à 25 mètres. Sur l’action Gignac réalise un bon travail pour s’imposer de la tête et servir le milieu de terrain, parfaitement placé pour faire parler la précision de son pied gauche.


Quelques minutes plus tard, Thauvin, bien servis par Khalifa, parvint in-extremis à centrer en retrait pour Gignac, seul aux six mètres pour catapulter le ballon sous la barre transversale et s’offrir un nouveau but décisif.

 Décisif car ensuite, plus rien n’a été marqué, malgré une belle frappe de Khalifa sur la barre en seconde période et plusieurs occasions franches.


Après sa qualification en Coupe de France, l’OM confirme son bon début d’année 2014, avant un déplacement délicat à Lyon en Coupe de la Ligue.


Mercredi à 20h45, l’OM se déplace à Lyon pour un quart-de-finale de Coupe de la Ligue (match à suivre en direct sur France 3 à 20h45).

 

Résumé du match Evian – OM

Ligue 1 – 20e journée

12 janvier 2014

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 23:59

OM---Reims---2014.JPGL'Olympique de Marseille a du attendre les prolongations pour venir à bout de Reims (2-0) et se qualifier pour les 16e de finale de la Coupe de France. Une compétition dans laquelle l'OM entend bien briller cette saison.

 

Eliminés des compétitions européennes, distancés en Championnat (même s'il reste de l'espoir d'accrocher une place sur le podium), les Marseillais accordent désormais une importance particulière aux coupes nationales.

 

Qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue avec un déplacement difficile à Lyon au programme, les hommes de José Anigo sont toujours en lice également en Coupe de France.

 

Dimanche soir, dans un stade Vélodrome inhabituellement vide (les virages avaient même été fermés et les supporters regroupés en tribune Ganay), ils ont éliminé Reims au terme d'une rencontre tout sauf ennuyeuse.

 

Chaque équipe a eu des occasions, mais les deux gardiens ont fait des prouesses pour éviter à leur équipe d'encaisser un but fatal. Côté marseillais, le jeune Brice Samba, dont c'était la première apparition en match officiel, a été très bon malgré les errements de sa défense par périodes.

 

Mais c'est bien son homologue Placide qui s'est particulièrement illustré. Il aurait même pu devenir l'homme du match tant il a multiplié les parades, les arrêts réflexes, et les face-à-face victorieux. Hormis sur une frappe de Payet repoussée par le transversale, Placide n'a jamais été pris à défaut au cours des 90 minutes du temps réglementaire.

 

Il était cependant écrit que ce soir, le boss sur le terrain serait phocéen. André-Pierre Gignac a longtemps buté sur Placide, malgré un volume de jeu impressionnant et une omniprésence dans les différentes actions marseillaises. Avec plus de dix occasions franches, l'OM semblait se diriger droit vers une séance de tirs aux buts incertaine.

 

Mais APG a fini par trouver la faille au cours de la prolongation, à deux reprises. Sa détermination a fini par payer, d'abord sur une remise de la tête de Cheyrou (95e), puis sur une passe en retrait de Payet (116e). L'avant-centre n'a d'ailleurs pas manqué de fustiger les quelques supporters qui avaient entrepris de le siffler un peu plus tôt dans la partie.

 

Il est vrai que ce soir, à défaut d'une énorme efficacité, Gignac a affiché, à l'image de toute l'équipe, beaucoup d'envie. Et la récompense a été au bout.

 

L'aventure continue, avec une statistique qui ravira les superstitieux : les quatre dernières fois que l'OM a éliminé Reims en Coupe de France, le parcours s'est terminé par une finale...

 

Le tirage au sort des 16e de finale de la Coupe de France aura lieu ce lundi à 20h45 (en direct sur Eurosport).

 

Dimanche 12 janvier à 17h00, l'OM se déplacera à Evian pour le compte de la 20e journée de Ligue 1 (match à suivre en direct sur BeInSport 1).

 

Résumé du match OM - Reims

Coupe de France - 32e de finale

5 janvier 2014

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 19:47

OM---Bordeaux---2013.JPGComme face à Lyon une semaine plus tôt, l’Olympique de Marseille a été mené 2-0 par les Girondins de Bordeaux avant de revenir au score et d’arracher un match nul (2-2).


L’arrivée sur le banc de l’OM de José Anigo n’a pas créé l’électrochoc tant espéré par les supporters. Du moins pas complètement.


Si les Phocéens semblent acquérir peu à peu la « haine de la défaite » qu’a souhaité inculquer le coach / directeur sportif, ils peinent à gagner des points en Championnat, alors que cela est absolument indispensable pour garder espoir d’accrocher une place sur le podium en fin de saison.


Dimanche, pour leur dernière sortie de l’année, les coéquipiers de Steve Mandanda ont d’abord semblé pouvoir faire rapidement la différence. Grâce notamment au duo Gignac – Thauvin, très en jambes, le danger est arrivé rapidement sur le but de Cédric Carrasso. Mais l’ancien portier marseillais a d’abord sortie d’une belle parade une frappe puissante de Thauvin. Puis c’est le jeune milieu de terrain offensif qui a loupé le plus facile après avoir effacé d’une feinte de frappe bien sentie deux défenseurs bordelais.


Après vingt minutes plutôt abouties, l’OM a commencé à se relâcher et à subir davantage. Et il a suffit d’un corner bien frappé pour que Jussié profite de l’apathie défensive générale des Marseillais pour déposer tranquillement le ballon au fond des filets.


Menés à la pause, les Olympiens ont tenté de se révolter dès le retour des vestiaires. Mais sur un centre anodin, une incroyable tête en retrait loupée par Abdallah offrit à Maurice-Bellay un but tout fait.


Partis pour concéder une défaite moralement très difficile à encaisser, les Phocéens se sont ensuite rebellés avec une minute de folie, de celles qui font chavirer le Vélodrome de bonheur.


Romao, à la réception d’un coup-franc de Thauvin repoussé par Carrasso, remis son équipe sur les bons rails. Il fut imité quelques instants plus tard par Gignac, bien servi par Mendy et à l’affût pour devancer le retour des défenseurs adverses.


En fin de partie, plusieurs opportunités de l’emporter ont été sorties par le gardien, laissant donc un sentiment mitigé : celui d’avoir su se révolter pour ne pas perdre, mais de ne pas avoir pu l’emporter malgré deux buts inscrits en raison d’erreurs défensives inacceptables à ce niveau.


Après la trêve, dimanche 5 janvier, l’OM accueillera Reims au Vélodrome pour les 32e de finale de la Coupe de France (match à suivre en direct sur Eurosport à 20h45).

 

Résumé du match OM – Bordeaux

Ligue 1 – 19e journée

22 décembre 2013

Partager cet article

Repost0